Serge Brideau critique le premier ministre : Un doigt d’honneur en Acadie

François Gravel
Acadie Nouvelle
Petite controverse dans le monde de la Fête nationale de l’Acadie, alors qu’un chanteur a profité sa présence sur scène pour critiquer le premier ministre Blaine Higgs. Serge Brideau est-il allé trop loin? Aurait-il dû choisir un autre moment pour s’exprimer? Non. Il était en droit de partager ses opinions.

 

Serge Brideau et son groupe, Les Hôtesses d’Hilaire, ne sont pas allergiques à la controverse. Ils n’ont pas hésité par le passé à dénoncer des situations politiques, parfois lors de moments les plus inattendus.

Au début de l’année à l’émission Belle et Bum, diffusée sur Télé-Québec, Brideau a soudainement déboutonné sa chemise, pendant une chanson. Sur son ventre était écrit en grosses lettres Kris Austin (le nom du chef de la People’s Alliance).

Le droit des francophones du Nouveau-Brunswick d’être servis dans leur langue chez Ambulance NB était alors victime d’un assaut sans précédent de la part du gouvernement progressiste-conservateur et de la People’s Alliance. En réalisant son coup d’éclat, Brideau s’assurait de tourner les projecteurs vers cet enjeu.

C’est sans oublier qu’il ne s’est jamais gêné pour repousser les limites ou même choquer. Sa présence en 2017 à une heure de grande écoute à une émission de Radio-Canada, maquillé et vêtu d’une robe mauve, avait suscité de nombreuses critiques. «Pour moi, lire des commentaires sur les réseaux sociaux, c’est comme lire des graffitis dans une toilette publique. Ça n’a pas beaucoup d’importance», avait-il confié à l’Acadie Nouvelle.

Espérer de Serge Brideau qu’il se contente de sa présence au 15 août pour souhaiter bonne fête nationale et dire à quel point nous sommes tous heureux en Acadie, sans brasser la cage, relevait donc de la pensée magique.

C’est ainsi qu’en plein spectacle, il a décrit Blaine Higgs comme étant un premier ministre unilingue anglophone, bien installé dans sa section VIP, avec «son boss Irving».


Lire l’éditorial dans son intégralité sur le site d’Acadie Nouvelle


« «Pour moi, lire des commentaires sur les réseaux sociaux, c’est comme lire des graffitis dans une toilette publique. Ça n’a pas beaucoup d’importance.» »
Serge Brideau, chanteur