Le Titanic a frappé un iceberg le 14 avril 1912, entrainant la mort de plus de 1500 passagers. Ayant quitté l’Angleterre quatre jours auparavant, le paquebot luxueux traversait l’océan Atlantique en direction de New York. L’épave se situe à environ 600 km au sud-sud-est de Saint-Jean.
Le Titanic a frappé un iceberg le 14 avril 1912, entrainant la mort de plus de 1500 passagers. Ayant quitté l’Angleterre quatre jours auparavant, le paquebot luxueux traversait l’océan Atlantique en direction de New York. L’épave se situe à environ 600 km au sud-sud-est de Saint-Jean.

Dès 2020 depuis Terre-Neuve : L’exploration sous-marine du Titanic devient réalité

Dominique Liboiron
L’Eau vive
Le Titanic fascine depuis plus de 100 ans. Objet de plusieurs livres et de l’un des films les plus rentables de l’histoire du cinéma, le Titanic est l’un des bateaux les plus populaires. Pourtant, moins de 200 personnes seulement ont visité les décombres du navire. Une compagnie américaine entend bien corriger cela avec des visites guidées en sous-marin.

OceanGate Expeditions, basée à Everett, Washington, lance une expérience touristique unique : une exploration en sous-marin de l’épave du Titanic. Chaque voyage partira de Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, et durera 10 jours. Lors de leur virée, les touristes suivront des ateliers et de l’entrainement par des experts en exploration maritime.

En visitant l’épave du Titanic, les touristes font partie d’un petit groupe de privilégiés. En fait, plus de gens sont allés dans l’espace que sur le site du célèbre navire. Cette expérience de tourisme océanique coute quelque 125 000 dollars américains (soit 166 000 dollars canadiens) par personne.

Le fondateur d’OceanGate, Stockton Rush, est un passionné de l’exploration. L’entrepreneur détient une formation en génie aérospatial qu’il a complétée à l’Université de Princeton en 1984. Jeune homme, il rêvait de devenir astronaute… L’homme d’affaires a fondé sa compagnie en 2009, en se concentrant d’abord sur des visites guidées d’épaves de bateaux comme l’Andrea Doria, un navire italien qui a subi en 1956 le même sort que le Titanic.


Lire l’article dans son intégralité sur le site de L’Eau vive