En raison de son passé francophone, Ste. Geneviève au Missouri abrite beaucoup de bâtisses en pierres semblables à celles qu’on trouve au Vieux-Québec.
En raison de son passé francophone, Ste. Geneviève au Missouri abrite beaucoup de bâtisses en pierres semblables à celles qu’on trouve au Vieux-Québec.

Un passé francophone au cœur des États-Unis

Dominique Liboiron, chroniqueur
L’Eau vive
L’EAU VIVE (Saskatchewan) – À tous les 24 juin, à l’occasion de la Saint-Jean-Baptiste, les francophones d’Amérique du Nord sont à l’honneur. Lorsqu’on pense francophonie aux États-Unis, on pense forcément à la Louisiane. Mais auriez-vous aussi pensé au Missouri? Ste. Geneviève, une petite ville de l’État, dévoile un passé peu connu et constitue une destination touristique inattendue.

Au Missouri, il existe plusieurs communautés aux racines francophones. Regardez une carte de l’État, surtout près du fleuve Mississippi, et vous verrez des endroits avec des noms tels que Bonne Terre, Cape Girardeau ou St. Louis.  

En partant de St. Louis, suivez du bout de votre doigt le fleuve vers le sud et, sous peu, vous arriverez à Ste. Geneviève, notre destination. Comment expliquer cette présence de noms francophones en plein centre des États-Unis?

Ste. Geneviève a été fondée en 1735 par des pionniers aux origines canadiennes-françaises. À l’époque, le territoire appartenait à la Nouvelle-France. Les familles se rendaient dans la région surtout pour travailler dans l’agriculture et dans les mines de plomb.

Les descendants de ces pionniers habitent toujours Ste. Geneviève, une ville qui compte aujourd’hui quelque 4 400 âmes. On y trouve des noms de famille comme Vallé, Larose et Bequette. Certaines familles ont conservé des traditions canadiennes-françaises, comme manger de la tourtière lors des célébrations, mais les résidents ne parlent plus français.

Consultez le site du journal L’Eau vive

On ne s’attend pas à trouver du français au Missouri!

Home sweet home

En dépit de la perte de la langue, l’héritage des ancêtres canadiens-français reste bien vivant à Ste. Geneviève. La présence de cette histoire peut étonner les touristes francophones du Canada qui ont le sentiment de se retrouver chez eux tout en étant dépaysés.     

De nombreuses maisons en bois que les pionniers ont construites existent encore. L’une d’entre elles, l’ancienne maison d’un commerçant nommé Louis Bolduc, remonte à 1792. La maison a été convertie en un musée qui décrit le mode de vie d’autrefois axé sur la foi catholique, la ferme et la famille. Un passé semblable à celui du Canada français pendant des siècles.

Dans le cimetière de la ville, les épitaphes des pierres tombales les plus anciennes sont écrites en français. En les lisant, on a l’impression de se retrouver dans une ville francophone du Canada. On retrouve aussi un grand nombre de belles bâtisses en pierre comme celles du Vieux-Québec.

Ainsi, bien que Ste. Geneviève se trouve au cœur des États-Unis, elle donne tout de même l’impression de découvrir une partie du Canada. Les panneaux routiers indiqués en miles et les drapeaux américains flottants nous rappellent malgré tout que nous sommes bel et bien au Missouri.