S’afficher en français

Louis V. Patry
L'Orléanais
L'ORLÉANAIS - Je suis né dans l’environnement francophone de la basse-ville d’Ottawa et j’y ai vécu jusqu’à mon adolescence. En 1956, j’ai déménagé avec mes parents à Eastview (maintenant Vanier), encore un milieu très francophone. En 1978, marié et père de deux enfants, j’ai opté avec mon épouse d’élever notre famille à Orléans, un village d’environ 15 000 personnes et majoritairement francophone. À l’époque.

Cependant, j’ai découvert en peu de temps que nous avions déménagé dans un village en pleine évolution démographique avec une forte concentration d’anglophones qui voulaient eux aussi s’acheter une maison et vivre dans ce paisible village non loin de la ville d’Ottawa.

Certains francophones d’Orléans commençaient à s’inquiéter de l’environnement francophone et des services en français. J’étais parmi ces francophones et je me suis joint à un groupe qui mijotait la création du Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO). Une fois le MIFO fondé, j’en suis devenu le 1er président des activités socioculturelles, lesquelles rassemblaient les familles francophones et contribuaient à faire connaitre l’organisme à ses débuts.

Le MIFO, qui a brillamment réussi dans le domaine communautaire, a amélioré la qualité de vie des Orléanais francophones et francophiles de tout âge. Cependant, l’implication de l’organisme dans l’affichage et dans l’offre de services en français par les commerces et les organismes à Orléans s’est graduellement effacée.

Nous en venons donc à la situation présente où l’affichage est de loin majoritairement en anglais uniquement, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur des commerces, ainsi que dans leur publicité. Il en est ainsi pour l’offre de service en français aussi.

Vu que plus de la moitié d’Orléans est maintenant bilingue, ne devrait-il pas y avoir un plus gros effort pour desservir la population de façon bilingue? Où sont les milliers de francophones, où sont les milliers d’anglophones issus des cours d’immersion en français lorsque nous demandons un service en français dans un commerce? S’ils sont là, comment pouvons-nous les reconnaitre?

À mon avis, le Business Club d’Orléans (BCO), la Zone d’amélioration commerciale (ZAC) et nos représentants politiques devraient en faire plus pour encourager nos commerces à respecter cette dualité linguistique. Ceci est sans oublier qu’il est important que chacun d’entre nous s’affiche comme francophone en s’adressant en français. Ceci démontrera aux commerçants que nous existons et qu’il est avantageux financièrement de nous servir en français.

Pour sa part, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a un projet intitulé Bonjour/Welcome. Si vous allez sur le site www.bonjourwelcome.ca vous pourrez en prendre connaissance, entre autres, avec les humoristes franco-ontariens Vincent Poirier et Stéphane Guertin.


Consultez le site du journal L’Orléanais.