Jean-Marie Leduc n’a pas d’ordinateur… et il n’en veut pas. Il tient à recevoir ses factures par la poste.
Jean-Marie Leduc n’a pas d’ordinateur… et il n’en veut pas. Il tient à recevoir ses factures par la poste.

Le droit de résister

Patrick Duquette, chroniqueur
Patrick Duquette, chroniqueur
Le Droit
LE DROIT (Ontario) – Jean-Marie Leduc n’a ni ordinateur ni adresse courriel. Et à 84 ans, le retraité de la fonction publique fédérale d’Ottawa ne veut ni l’un ni l’autre.

Pourquoi, au fait? «Je n’en ai pas besoin. Le téléphone fonctionne très bien, la poste aussi!», me lance-t-il.

Comme vous le constatez, M. Leduc assume sans complexe son obsolescence technologique. Il résiste.

Quand la Ville d’Ottawa lui a offert de recevoir son compte de taxes par courriel, il a refusé. Les compagnies de téléphone, de câble, de gaz lui ont fait la même offre : non merci, j’aime mieux recevoir mes factures par la poste.

Oui, il résiste à la modernité. Il l’avoue lui-même. Il ne veut rien savoir d’un ordinateur ou d’un courriel. Il préfère Le Droit papier au Droit numérique. Sans tomber dans l’âgisme, on peut bien dire que c’est son droit, non? À partir d’un certain âge, on a le droit de résister.

Sauf que… ça devient de plus en plus compliqué de résister.

Début novembre, M. Leduc reçoit une lettre – par la poste.

Le secrétariat du Conseil du Trésor l’informe que, selon un sondage, la plupart des retraités préfèrent recevoir des renseignements sur les régimes de pensions et d’avantages sociaux… par courriel.

(Vérification faite, c’est à moitié vrai. Le courriel est le premier choix de 60 % des retraités. Mais le bon vieil envoi postal obtient quand même la faveur de 50 % d’entre eux…)

Mais le gouvernement du Canada ne s’embarrasse pas de ces détails. Et il est «heureux» d’annoncer à M. Leduc le lancement de son nouveau système de notification… par courriel. Ai-je besoin de vous dire que M. Leduc, lui, n’est pas heureux? Qu’il n’en a rien à cirer du nouveau système? Qu’il veut recevoir les renseignements sur sa pension par la poste, comme avant?

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Droit