Mychèle Fortin
L'Eau vive
Mychèle Fortin
Une des nombreuses manifestations qui ont suivi l'acquittement, le 9 février 2018, de Gerald Stanley, le fermier saskatchewanais qui a abattu Colten Boushie en août 2016.
Une des nombreuses manifestations qui ont suivi l'acquittement, le 9 février 2018, de Gerald Stanley, le fermier saskatchewanais qui a abattu Colten Boushie en août 2016.

Est-ce que Indigenous Lives Matter ?

L’EAU VIVE (Saskatchewan) – Comme beaucoup de mes semblables, je regarde avec effarement ce qui se passe chez nos voisins états-uniens. Misère! Il y a bien sûr le cauchemar de la COVID-19 et le spectacle d’un président inapte et dangereux qui se prend pour un tsar. Il y a une société profondément divisée, dangereusement armée et belliqueuse. Et, depuis quelques semaines, cet éveil populaire qu’est Black Lives Matter, immense mouvement dont Trump a dit qu’il était un «symbole de haine» et qu’il compte bien réprimer par la force.

On regarde tout ça et on se dit que chez nous, ce n’est pas parfait, mais Dieu qu’on est contents de vivre ICI et pas LÀ-BAS. Notre premier ministre n’attise pas la haine et ne croit pas avoir la science infuse. Malgré d’importants dérapages, la pandémie semble mieux gérée ici et la population plus patiente. Qu’on aime ou pas, le masque n’a pas de résonance politique. Et, bien sûr, on est de tout cœur avec Black Lives Matter parce que chez nous, le racisme, la discrimination systémique, on est contre. N’est-ce pas?

La paille dans l’œil du voisin…

Il est facile de pointer du doigt et des mots la paille (grosse, grosse paille, j’en conviens) dans l’œil de nos voisins. Il est encore plus facile de ne pas voir la poutre dans le nôtre.

Alors qu’on s’émeut, à juste titre, du sort de George Floyd, mort étouffé sous le genou d’un policier blanc, il n’y a pas eu beaucoup de vagues autour de la mort de Chantel Moore, une jeune Autochtone abattue par un policier à Edmunston, au Nouveau-Brunswick, le mois dernier.

George Floyd n’était pas le premier Noir à mourir aux mains des policiers. Mais cette fois, quelqu’un a filmé la scène et la diffusion sur les réseaux sociaux a allumé un incendie. Personne n’a filmé la mort de Chantel Moore. Est-ce que ça aurait changé quelque chose?

Alors qu’on applaudit, avec raison, Black Lives Matter, parle-t-on de Idle no More? Ce mouvement de contestation autochtone pancanadien est né du ras-le-bol des Premières Nations en novembre 2012.