Décès de Robert Pichette : Monsieur Pichette, le N.-B. vous doit beaucoup

François Gravel
Acadie Nouvelle
Quand une personnalité francophone rend l’âme au Nouveau-Brunswick, il est de mise de déclarer qu’il s’agit d’une lourde perte pour l’Acadie. Peu de gens méritent autant que l’on dise cela à propos d’eux que Robert Pichette.

Robert Pichette est décédé le 24 octobre. Il était âgé de 83 ans. Son héritage est immense. Il est l’un de ceux qui ont contribué à sortir le Nouveau-Brunswick du Moyen-Âge, où la province a été enfermée jusque dans les années 1960.

Le premier ministre libéral Louis J. Robichaud a transformé le Nouveau-Brunswick à jamais avec son programme Chances égales pour tous. Mais aussi important fût le rôle joué par le premier ministre, celui-ci n’a pas tout fait seul. Il a dû s’adjoindre une équipe de jeunes réformateurs.

Robert Pichette, alors âgé dans la vingtaine, a répondu à l’appel. Ses qualités de communicateur allaient aider le gouvernement Robichaud. Il est rapidement devenu le bras droit du premier ministre.


Lire l’éditorial dans son intégralité sur le site du journal Acadie Nouvelle