Manifestation pour le climat du 20 septembre à Regina devant le Palais législatif.
Manifestation pour le climat du 20 septembre à Regina devant le Palais législatif.

Coup d'oeil sur le monde : ces jeunes qui changent le monde

Mychèle Fortin
Mychèle Fortin
L'Eau vive
Le « Printemps érable », les « carrés rouges », ça vous rappelle quelque chose ? C'était en 2012, inoubliable printemps de grèves étudiantes contre la hausse des frais de scolarité. Je me souviens d'avoir été portée par une immense espérance devant ces milliers de jeunes défilant dans les rues du Québec, impressionnée par le discours et la manière de faire de leurs porte-paroles. À l'instar de beaucoup de citoyens de tous âges, j'ai arboré le carré rouge des étudiants. Leur mobilisation m’a redonné confiance en l'avenir.

C'est ce que j'ai ressenti quand j'ai découvert Greta Thunberg. De l'espoir. Tout le monde connaît désormais la jeune activiste environnementale suédoise. Celle qu'on a appelée «la Jeanne d'Arc de l'environnement» porte sa cause sur toutes les tribunes et inspire des millions de jeunes (et moins jeunes). Il y avait longtemps que scientifiques et autres gens concernés parlaient des changements climatiques. Greta Thunberg les a propulsés à l’avant-scène.

Changer le monde pour le sauver est un énorme défi. Il y a urgence. Et puisque «les fils repus du 20e siècle» ne bougent pas, ce sont les enfants du 21e siècle qui s'apprêtent à prendre les commandes.


Lire la chronique dans son intégralité sur le site du journal L’Eau vive