Aurore boréale, parce que tu le vaux bien

Arthur Béague
L'Eau Vive
Nous lui devons la vie, nos saisons, le beau surnom de Louis XIV et même les aurores polaires. Merci ô grande étoile. Laisse-nous graviter encore un peu près de toi pour profiter de ta superbe. Soleil, ce n’est pas pour le tube de Lara Fabian et ces quelques brûlures chaque été que nous ne cesserons de t’aimer.

Tu es une force de la nature, il se passe chez toi plus d’évènements violents que dans n’importe quel match de la NFL. Une boule de gaz d’hydrogène tellement dense et chaude que tu ferais fondre n’importe qui. À ton cœur, sous 15 millions de degrés, tu es capable de rapprocher et faire fusionner quatre noyaux d’hydrogène en un d’hélium plus léger.


« Contrairement à beaucoup d’idées reçues, il n’y a pas véritablement de saisons à aurores, même si l’hiver reste plus propice du fait qu’il fasse nuit plus tôt et plus longtemps. »
Arthur Béague

Forcément, se câliner sous 15 millions de degrés, cela fait perdre du poids. Cette masse est ainsi transformée en énergie selon la célèbre formule d’Einstein et va voyager du cœur du soleil à sa surface pour rayonner sous forme de lumière. Nous n’avions pas vraiment besoin de ça pour être éblouis!

Lors d’éruptions solaires, des quantités colossales d’énergie sont libérées à la surface du soleil. L’expulsion de particules chargées d’électricité balaye tout sur son passage. L’ennui, c’est que nous sommes sur ce passage.

Lire la chronique dans son intégralité sur le site du journal L’Eau vive