Appui aux journaux communautaires : Soyons solidaires!

Nicole Patry
L'Orléanais
L’Orléanais, On. Le gouvernement fédéral a un plan d’aide pour les grands journaux. Mais qu’advient-il des journaux communautaires qui racontent l’histoire des citoyens? Un éditorial de Nicole Patry.

Le nom d’un enfant, lauréat d’un concours d’orthographe ou d’art oratoire, un coup d’œil sur les talents sportifs ou musicaux exceptionnels de nos ados, l’histoire d’un ainé qui souffle ses 100 chandelles; la publication des succès de nos écoles francophones et de nos associations, la présentation de nos héros, de nos organismes de bienfaisance, des enjeux traitant de la francophonie ontarienne; un regard historique sur les pionniers d’Orléans; voilà quelques exemples de ce que L’Orléanais, la voix francophone d’Orléans, s’est donné comme mandat de transmettre à sa communauté.

Depuis la fondation de ce journal attrayant en janvier 2017, L’Orléanais, qui est membre du groupe de journaux de l’APF (Association de la presse francophone), a été sélectionné chaque année pour le Prix d’excellence pour le cahier spécial de l’année, qui traite de la francophonie au mois de septembre. De plus, l’an dernier, il a été sélectionné pour le Prix d’excellence générale pour la qualité graphique du journal, et cette année, pour le Prix d’excellence pour la photographie de l’année. Assez bien pour un débutant!

Il est évident que les citoyens apprécient le messager, car les commentaires sont positifs, et pour les gens qui ne le reçoivent pas, ils demandent où ils peuvent se le procurer. La publication, propriété de Fred Sherwin et dirigée par deux bénévoles, est donc un succès.


Lire l’éditorial dans son intégralité dans le journal L’Orléanais