La Cathédrale est une propriété municipale du patrimoine d'environ un demi-hectare située dans la ville de Gravelbourg, SK. Elle a été construite en 1918-1919 et est une cathédrale catholique canadienne-française. Le bâtiment est un mélange de styles classique et romanesque.
La Cathédrale est une propriété municipale du patrimoine d'environ un demi-hectare située dans la ville de Gravelbourg, SK. Elle a été construite en 1918-1919 et est une cathédrale catholique canadienne-française. Le bâtiment est un mélange de styles classique et romanesque.

Gravelbourg, la pépite francophone des Prairies canadiennes

Arnaud Decroix
Francopresse
FRANCOPRESSE – Gravelbourg est une localité d’un peu plus d’un millier d’habitants, perdue au cœur des vastes Prairies canadiennes. Pourtant, cette municipalité du sud de la Saskatchewan possède une histoire étonnante et plus grande que nature, qui commence au début du XXe siècle avec l’arrivée de l’abbé Louis-Pierre Gravel. En seulement quelques années, ce prêtre-colonisateur fonde non seulement une paroisse, mais y crée surtout des institutions capables de lui donner un rayonnement spectaculaire.

Le peuplement historique des Prairies

L’histoire de Gravelbourg se confond avec celle du peuplement de l’Ouest.

En 1870, environ 50 000 personnes, dont une moitié d’Autochtones, habitent l’ensemble du territoire situé entre l’Ontario et les Rocheuses canadiennes. Toutefois, en moins d’un demi-siècle, ce territoire connait une expansion démographique remarquable.

Ainsi, à la veille de la Première Guerre mondiale, près de 1,8 million d’habitants résident désormais sur ce vaste territoire. La population y est assez équitablement répartie entre le Manitoba, devenu province canadienne en 1870, la Saskatchewan et l’Alberta, devenues à leur tour des provinces en 1905.

Vue de Gravelbourg à partir de l’élévateur à grains. (Année inconnue)

Cet essor démographique est notamment le résultat des efforts des évêques de l’Ouest qui désignent des curés colonisateurs chargés de favoriser l’établissement dans les Prairies de francophones catholiques. Ce recrutement de colons vise particulièrement les Canadiens français, souvent attirés, à cette époque, par une émigration vers la Nouvelle-Angleterre, mais aussi des Français et des Belges, qui contribuèrent à la création et au peuplement de nombreux villages dans les Prairies.

Né au Québec en 1868, l’abbé Louis-Pierre Gravel exerce d’abord son ministère à New York pendant une quinzaine d’années. En 1906, il est autorisé par l’archevêque de Saint-Boniface, Mgr Adélard Langevin, à fonder une nouvelle paroisse dans le sud-ouest de la Saskatchewan.

En une vingtaine d’années, jusqu’à sa mort à Montréal en 1926, le père Gravel, agissant à titre de missionnaire-colonisateur, pose alors les bases des principales institutions de la municipalité qui, en son honneur, choisira d’adopter son nom.

Né au Québec en 1868, l’abbé Louis-Pierre Gravel exerce d’abord son ministère à New York pendant une quinzaine d’années. En 1906, il est autorisé par l’archevêque de Saint-Boniface, Mgr Adélard Langevin, à fonder une nouvelle paroisse dans le sud-ouest de la Saskatchewan.

Le patrimoine gravelbourgeois

Tout visiteur arrivant à Gravelbourg est frappé par la démesure des édifices qui l’environnent, témoins non seulement d’un riche passé, mais aussi du rôle de Gravelbourg comme forteresse francophone pour tout l’ouest du pays et donc bien au-delà des limites de son propre territoire.

Le bâtiment qui suscite le plus d’intérêt est sans conteste la cocathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption. Cette somptueuse église, construite en 1919, est l’œuvre de l’architecte québécois Joseph-Ernest Fortin, tandis que la décoration intérieure a été réalisée, entre 1921 et 1931, par le prêtre Charles Maillard.

Intérieur de la cocathédrale de Gravelbourg.

Cette église a acquis le statut de cathédrale en 1930, lorsqu’est créé le diocèse catholique de Gravelbourg. La présence d’une lignée d’évêques francophones à Gravelbourg témoigne de l’importance de cette localité, rapidement devenue le principal lieu d’épanouissement de l’identité canadienne-française en Saskatchewan.

Le presbytère, qui jouxte la cocathédrale, présente aussi un certain intérêt architectural.

En 1915, l’abbé Louis-Pierre Gravel parvient aussi à faire venir, dans cette paroisse naissante, des religieuses enseignantes. Le couvent Jésus-Marie, qui les hébergera, est également un imposant édifice au centre de la communauté.

La cocathédrale, l’ancienne résidence épiscopale et le couvent ont été déclarés lieu historique national en 1995.

Cette église a acquis le statut de cathédrale en 1930, lorsqu’est créé le diocèse catholique de Gravelbourg.

Grâce à l’obtention, en 1917, d’une charte du gouvernement provincial, l’abbé Gravel, Monseigneur Charles Maillard et Monseigneur Olivier-Elzéar Mathieu, créent un collège catholique francophone, le Collège Mathieu. Il porte son nom en l’honneur de Mgr Mathieu, premier archevêque de Regina (1911-1929), qui jouera un rôle central pour la formation d’une élite francophone dans tout l’Ouest.

À ces bâtiments s’ajoutent aussi un palais de justice, un hôpital et une gare, l’abbé Gravel étant bien conscient de l’importance du chemin de fer tant pour favoriser le peuplement de l’Ouest que pour permettre l’arrivée des matériaux de construction nécessaires à l’expansion de sa paroisse.

Le Collège Mathieu porte son nom en l’honneur de Mgr Mathieu, premier archevêque de Regina (1911-1929), qui jouera un rôle central pour la formation d’une élite francophone dans tout l’Ouest.

Gravelbourg d’hier à aujourd’hui

Un siècle après la création de ces imposants édifices et institutions, l’avenir de la fransaskoisie à Gravelbourg est désormais incertain. Paradoxalement, certaines victoires des francophones en situation minoritaire ont aussi contribué à affaiblir cette fière citadelle des Prairies.

Ainsi, si la gestion scolaire, à partir des années 1990, a permis la création progressive de nombreuses écoles francophones à travers la Saskatchewan, elle a aussi rendu le pensionnat du Collège Mathieu en grande partie obsolète.

Cette institution, victime d’un grave incendie en 1988, bénéficie pourtant de vastes locaux reconstruits en 1990. Le Conseil des écoles fransaskoises (CEF), qui gère l’édifice, a tenté un temps d’héberger des élèves haïtiens pour perpétuer la vocation du pensionnat, mais ce programme n’a pas été reconduit alors que l’édifice représente toujours une charge financière conséquente.

Pour sa part, le diocèse de Gravelbourg n’existe plus puisqu’il a essentiellement été fusionné à celui de Regina en 1998. Cette suppression symbolique témoigne de la perte d’influence de ce lieu autrefois si catholique et francophone.

Vue aérienne de la ville de Gravelbourg.

Le premier évêque de Gravelbourg, Mgr Villeneuve, n’était-il pas devenu archevêque de Québec puis cardinal? De son côté, le septième et dernier évêque de Gravelbourg, Mgr Roussin, est décédé en 2015 après une période de dépression dont certains voient l’une des causes dans ces changements intervenus à Gravelbourg.

Par ailleurs, depuis plusieurs années, une nouvelle vocation est recherchée pour le couvent Jésus-Marie. La volonté de sauvegarder ce bel édifice et de le transformer en une éventuelle résidence pour ainés se heurte pourtant à des couts de rénovation dissuasifs.

Dans ce contexte incertain, des institutions fransaskoises poursuivent courageusement leur mission. Ainsi, le Centre culturel Maillard, qui avait connu des difficultés financières à la suite de la décision de Patrimoine Canada de lui retirer des subventions en 2013, continue d’être un pôle de rassemblement.

La radio communautaire qu’il héberge constitue un excellent outil d’intégration, en particulier pour les nouveaux arrivants. Plusieurs d’entre eux, notamment originaires d’Afrique, se sont récemment établis à Gravelbourg pour continuer l’œuvre du père Gravel dans un contexte où, selon Statistique Canada, ceux qui ont le français pour langue maternelle ne représentent plus que le quart des résidents de Gravelbourg, tandis que 40 % de l’ensemble des habitants se déclarent bilingues.

La francophonie est donc devenue minoritaire au sein même de ce qui fut longtemps considéré, en Saskatchewan, comme son bastion.