Contenu commandité
Tourisme 2019 : à la découverte du Canada
Tourisme 2019 : à la découverte du Canada
Les rythmes entrainants sont contagieux à Up Here.
Les rythmes entrainants sont contagieux à Up Here.

Festival UpHere de Sudbury : Changer les perceptions

Le Voyageur, On. Depuis 2013, plus de 30 nouvelles murales colorent les murs des édifices du centre-ville de Sudbury grâce au festival d’art urbain et de musique émergente Up Here, qui veut changer l’image de la ville minière.

Le centre-ville de Sudbury, en Ontario, est de plus en plus reconnu pour ses murales. Depuis 2013, plus de 30 nouvelles œuvres d’art visuel sont apparues sur les murs des édifices grâce au festival Up Here, un festival d’art urbain et de musique émergente qui veut changer la perception que les gens ont de la ville minière.

Le festival Up Here 5 se déroulera du 16 au 18 aout 2019 au centre-ville de Sudbury. Fondée en 2015, la célébration rassemble plusieurs muralistes, musiciens et artistes qui tentent de transformer le centre-ville de Sudbury en une galerie d’art et salle de concert. Le public aura la chance de voir la création de nouvelles murales au centre-ville. Une douzaine de lieux sont prévus pour des prestations musicales, dont un dôme géodésique installé sur la rue Durham.

Une douzaine de groupes musicaux ont déjà été annoncés. Des formations telles qu’ESG de New York, Snotty Nose Rez Kids de la Colombie-Britannique, Milk & Bone de Montréal, Naya Ali, Pale Lips et bien d’autres artistes émergents. Parmi les artistes francophones, Police des mœurs, Xarah Dion, Charlotte Cardin et Hubert Lenoir, qui connait un début de carrière fulgurant.

Le cofondateur du festival et de l’organisme We Live Up Here, Christian Pelletier, assure qu’il y a des genres musicaux pour tout le monde, des activités et des lieux pour les spectacles qui sortent de l’ordinaire : «C’est très éclectique comme programmation. On veut que quand les gens vont d’une salle à une autre, qu’ils vivent toujours des moments incroyables, qu’ils ne s’en s’attendent pas. On sait, en connaissant les artistes, que ce sont ces expériences inoubliables qu’on va créer.»

À Up Here, tout passe pour une application pour téléphone intelligent. Des lieux de spectacles hors du commun sont parfois annoncés quelques heures seulement avant la représentation.

Passer du gris aux couleurs

Une des motivations derrière le volet des murales du festival est de changer la perception que les gens de l’extérieur ont de Sudbury. Pour Christian Pelletier, elle n’était pas toujours plaisante à entendre. «L’évènement apporte un œil de l’extérieur sur notre ville. Si on s’appelle Up Here, c’est parce que c’est pour les gens d’ici, pour que ça résonne dans notre communauté. Pendant longtemps, Sudbury a été stigmatisé comme étant la ville qui ressemble à la Lune, c’est mort, il n’y a rien qui se passe. Nous, on prouve le contraire en lançant le festival. On est cool nous aussi.»

La perception devait changer. Il a eu l’idée d’embellir le centre-ville afin de créer une atmosphère positive, vibrante et invitante pour le public. C’était son but de faire de Sudbury une capitale de l’art public au pays. C’est pourquoi, aujourd’hui, on voit une œuvre près de chaque coin dans le centre-ville.

Près de six ans plus tard, le public commence déjà à vivre la différence. «Les gens riaient de nous un petit peu, ils pensaient que notre idée était folle. Mais nous voici, au-delà de cinq ans plus tard, et on est rendu proche de notre but», affirme M. Pelletier.

Le projet continuera à grandir cet été : «On continue à créer des murales au centre-ville, mais on aimerait commencer à s’élargir pour vraiment entrer au cœur de certaines communautés autour du centre-ville», dévoile-t-il.

Au moment d’écrire ces lignes, les muralistes de cette année n’avaient pas encore été dévoilés, mais le groupe espère avoir au moins une murale bien ancrée dans l’une des communautés hors du centre-ville afin de bâtir le sens d’appartenance des résidents. «Quand tu fais une murale dans une plus petite communauté, comme le Moulin à Fleur, on voit un impact direct sur le monde. Ils sortent de chez eux, ils emmènent la limonade aux muralistes, ils les rencontrent et ils jasent avec eux. Donc, pour nous, c’est important d’avoir de l’art qui reflète nos histoires, notre vécu. C’est une idée à laquelle on songe.»


Les rythmes entrainants sont contagieux à Up Here.

Un festival qui grandit et fait grandir

Le festival a commencé avec des artistes provenant en majorité de la région, mais la variété des invités augmente chaque année. M. Pelletier constate que les publics extérieurs commencent d’ailleurs aussi à s’intéresser au contenu. «Quand on analyse nos chiffres, en tourisme, on constate que la participation extérieure grandit chaque année. On a plus de gens de l’Abitibi qui viennent, des gens de Toronto, d’Ottawa, de Montréal et de partout dans le nord-est de l’Ontario. C’est devenu un rendez-vous culturel de plein de gens qui débarquent à Sudbury. C’est beau de voir ça grandir à ce niveau.»

Environ 25 % des festivaliers viennent maintenant de l’extérieur de la ville. Le bouche-à-oreille est un des grands facteurs de l’augmentation. «Il y a plusieurs gens qui sont venus au festival une fois, soit comme artiste ou comme spectateur, mais qui partagent leur expérience avec leurs amis. Ils reviennent d’année en année avec plus d’amis qu’auparavant. L’art public voyage beaucoup, donc, à chaque fois qu’on affiche une murale en ligne, notre cercle s’agrandit rapidement.»

L’impact des touristes est majeur, non seulement pour le festival comme tel, mais pour la ville en général, selon M. Pelletier. Les hôtels, les restaurants, les transports locaux et les petites entreprises au centre-ville en bénéficient grandement tout au long de l’évènement. «On voyait un impact immédiat pour la ville entière. C’est plus que juste le festival qui en profite.»

Une deuxième vague d’artistes et de muralistes sera dévoilée à la mi-mai lors du dévoilement de l’horaire et de la programmation complète. Les billets individuels seront mis en vente par la suite. Consultez uphere.ca pour les plus récents détails.

Ben Johnston de Toronto achève la création de sa murale Heart of Gold en 2018.
Histoire des Noirs

FRANCOPRESSE – En ce mois de l’histoire des Noirs, l’auteur de l’ouvrage L’Histoire oubliée de la contribution des esclaves et soldats noirs à l’édification du Canada (1604-1945)  aux Éditions Afrikana, a répondu aux questions de Francopresse. Le Dr Amadou Ba éclaircit en ces pages des chapitres négligés de l’histoire du pays. Chargé de cours à la Nipissing University de North Bay et à l’Université Laurentienne de Sudbury, ce passionné d’histoire africaine souhaite ainsi contribuer à réconcilier les Canadiens et Canadiennes avec leur passé.
Entrevue

FRANCOPRESSE – La Fédération culturelle canadienne-française, qui regroupe 22 associations artistiques et culturelles de l’extérieur du Québec, défend de plus en plus activement le besoin pour le Canada de se doter d’une politique culturelle nationale. Cette politique prendrait la forme d’un «Cadre national d’action pour la culture». La FCCF s’est associée avec plus de 40 organismes artistiques et culturels, tant francophones, anglophones, qu’autochtones, pour créer une large coalition afin de convaincre le gouvernement fédéral d’aller de l’avant avec ce projet ambitieux, dont découlent aussi plusieurs autres priorités de la Fédération.

L’EXPRESS (Ontario) – Connaissez-vous le fondateur de la ville de Québec et de la Nouvelle-France au début du 17e siècle : Samuel de Champlain? Chez nous, la réponse est plus souvent oui. Champlain est un héros, l’un des personnages les plus illustres de l’histoire du Canada. En France, la réponse est non. Champlain y est plutôt un illustre inconnu.
Nord canadien

AURORE BORÉALE (Yukon) – Le geste vif et le regard clair, la jeune quinquagénaire Alice Cyr avoue ne jamais se lasser de raconter l’histoire de la famille de son défunt époux. Une histoire tissée d’aventure et d’amour ancrée dans la grande Ruée vers l’or yukonaise à tout jamais intégrée à son récit de vie personnel.
Entrevue

FRANCOPRESSE – L’année 2020 marque le tricentenaire de l’arrivée des premiers colons français à l’Île-du-Prince-Édouard, connue à l’époque sous le nom de l’Isle Saint-Jean. L’historien Georges Arsenault tient à souligner le début de la présence francophone dans la province. L’auteur de l’ouvrage Histoire illustrée de l’Acadie de l’Île-du-Prince-Édouard  aux éditions La Grande Marée en 2019 nous offre un survol de ces premières années de présence acadienne et française dans l’Ile.
Ontario

FRANCOPRESSE – En 1990, il y a encore les Nordiques à Québec. La Cour suprême vient tout juste de donner raison à des parents francophones de l’Ile-du-Prince-Édouard qui souhaitaient avoir leurs propres écoles et déclare inconstitutionnel l’Official Language Act du Manitoba. Mais en ce premier mois de l’année, le 30 plus précisément, alors qu’on négocie le fameux accord du lac Meech, la ville de Sault-Sainte-Marie fait parler d’elle.

Kim Pasche a un parcours atypique. Déjà dans son enfance en Suisse, son attirance vers les matériaux bruts le pousse à questionner son entourage sur l’origine des objets les plus anodins du quotidien : «J’ai toujours eu cette curiosité de connaitre un cran plus loin l’origine des objets.» Après avoir obtenu son baccalauréat (l’équivalent de la 12e année), il décide de faire son propre compagnonnage afin de recevoir les savoirs et les savoir-faire liés aux métiers de la pierre, du bois, du métal ou encore du cuir.

Gérard Dubé a passé une grande partie de sa vie à militer pour la préservation de l’environnement. Originaire de La Broquerie au Manitoba, il est d’ailleurs un pionnier dans le secteur du compostage. Il a travaillé à développer et à promouvoir le compostage comme un moyen de concilier la productivité agricole et le respect de la nature.

Dans le nord de l’Ontario, nombreux sont les trappeurs qui adoptent un passetemps qui évoque le travail des premiers peuples et l’arrivée des Européens dans le Nouveau Monde. La récolte des fourrures demeure cependant bénéfique à plusieurs chapitres, dans le contexte actuel. Ces entrepreneurs de la forêt, œuvrant dans une région immense et peu densément peuplée, jouent un rôle important dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes et de la circulation de biens dans l’ensemble du pays.

À quelques kilomètres de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, Mike Mitchell et Craig Scott perpétuent une tradition autochtone en produisant du sirop de bouleau. Un simple prétexte pour jouir de la nature, mais n’empêche, il y a là une expertise qui se développe.

Au cœur de la vallée de l’Okanagan, Andréa McFadden diffuse des parfums de lavande, de rose, de menthe, de calendula ou encore de camomille. Installée depuis longtemps dans la région, la famille McFadden perpétue un savoir-faire ancestral : celui de la distillation d’huiles essentielles.

Yvette Michelin nourrit une passion pour le fléché qui va au-delà de la période des carnavals. Spécialiste incontournable du fléché, elle l’enseigne aux adultes et donne des ateliers aux enfants. Et si c’était sa façon à elle de perpétuer un savoir-faire digne de la persévérance et de la ténacité de ces francophones qui ont fait l’Amérique?

Le hookage trouverait ses origines à Terre-Neuve, où des pêcheurs fabriquaient des tapis pour mettre au fond des bateaux et aux fenêtres. Cet artisanat est devenu un passe-temps des femmes de l’Atlantique : de la toile de jute sur un cadre de bois, des bandes de tissus découpées dans de vieux vêtements, des brins de laine récupérée, un crochet et voilà de quoi faire un tapis qui ajoutera un peu de confort à la maison, l’hiver.

Les portes de la science sont grandes ouvertes pendant une semaine au Canada. Du 16 au 22 septembre, écoles, bibliothèques, musées et universités du pays joignent leurs efforts pour nourrir la culture scientifique des Canadiens. Grand moment de sensibilisation, l’évènement repose sur la participation et l’engagement de milliers de férus des sciences d’un océan à l’autre.
Festivités francos

La vitalité des communautés de la francophonie en situation linguistique minoritaire ne fait pas l’ombre d’un doute, lorsqu’on voit la liste des manifestations francophones dans les provinces et territoires du Canada!