Quand Mike Mitchell a commencé à exploiter cette forêt près de Yellowknife, cet arbre était de la même hauteur que lui. Aujourd’hui, il se dit qu’il l’entaillera peut-être un jour.
Quand Mike Mitchell a commencé à exploiter cette forêt près de Yellowknife, cet arbre était de la même hauteur que lui. Aujourd’hui, il se dit qu’il l’entaillera peut-être un jour.

Sirop de bouleau : Pour les plaisirs avant l’argent

À quelques kilomètres de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, Mike Mitchell et Craig Scott perpétuent une tradition autochtone en produisant du sirop de bouleau. Un simple prétexte pour jouir de la nature, mais n’empêche, il y a là une expertise qui se développe.

«On s’installe fin avril, on assiste à l’arrivée des oiseaux, on écoute les chorales de grenouilles. Les enfants jouent, ils nous “aident”. On ne vise pas à faire de l’argent. On a quelques semaines de plein air, c’est ce qui compte.»

C’est Mike Mitchell qui s’exprime ainsi, s’autoproclamant, avec beaucoup d’ironie, seul producteur de sirop de bouleau «à but lucratif» des Territoires du Nord-Ouest (TNO).

Au quotidien, Mitchell, qui parle un excellent français, est conservateur des programmes scolaires et publics du Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, le musée de la capitale des TNO.

Il a lancé la compagnie Sapsucker et la dirige aujourd’hui avec son ami Craig Scott.


Chasser l’eau

Au 62e degré parallèle, des érables, on n’en retrouve pas, mais les bouleaux sont légion.

Dans leur camp de la route Ingraham, cette espèce de banlieue très sauvage de la capitale ténoise, Craig Scott, Mike Mitchell, leur famille et quelques bénévoles («une sorte de commune, mais pas hippie», rigole le conservateur), entaillent annuellement 400 bouleaux, ce qui procure entre 50 et 70 gallons de sirop.

«Ce n’est pas énorme, commente Mike Mitchell, mais c’est assez pour le marché.»

Au sortir de l’arbre, la sève a 1 % de sucre; le produit final, lui, en a 66 %. Entre les deux, à travers l’osmose inversée, l’évaporateur et le bain-marie au propane, 85 % du liquide s’en va.

Les travailleurs se servent du filtrat pour leurs ablutions; le sirop, lui, est embouteillé à Yellowknife.

Le sirop de bouleau est majoritairement composé de fructose alors que l’érable, plus sucré et visqueux, est davantage basé sur le sucrose, avance Mike Mitchell.

La température est capitale pour la cueillette et la fabrication. Si elle est trop élevée à la première étape, par exemple 20 degrés, les bactéries absorbent le sucre. Trop basse, la glace obstrue les chalumeaux.

Idem lors de la production du sirop. «Nous cherchons un gout caramélisé et le fructose brule à température plus basse que le sucrose, observe le maitre d’œuvre de Sapsucker. Si on chauffe trop, ça devient amer.»

Mike Mitchell devant son installation de fabrication de sirop de bouleau, à quelques kilomètres de Yellowknife.

Sur le poisson ou les fèves, en beurre ou en guimauve…

Le sirop de bouleau, Mike Mitchell s’en sert à toutes les sauces. Il l’utilise dans sa vinaigrette, en asperge ses poissons, s’en sert comme substitut de cassonade sur les fèves au lard, ou encore dans le porc effiloché. D’autres en font des guimauves ou encore du beurre inspiré du beurre métis.

De plus en plus de chefs des restaurants des Territoires du Nord-Ouest s’en servent, dit Mike Mitchell.

Lui-même s’est associé de manière informelle avec Étienne Croteau, réputé chef du restaurant de Prince-de-Galles. Celui-ci envisage notamment de s’en servir pour fabriquer des barres tendres.

«Frederick Beaulieu [un mentor de Mitchell] le buvait comme tonique printanier, rappelle Mitchell. Il disait qu’il y avait des vitamines, des métaux. On prétend que c’est un antioxydant, mais ce n’est pas ma raison. J’aime le gout et l’expérience.»


Les origines

Selon Mike Mitchell, l’utilisation de la sève de bouleau est une tradition autochtone répandue dans le monde circumpolaire. «J’essaie de toujours souligner que ce n’est pas notre idée, prévient-il. Je ne sais pas si les autochtones concentraient la sève, mais ils entaillaient les bouleaux. La production de sirop et l’évaporation de la sève sont peut-être venues avec la traite des fourrures.»

Les archives des Territoires du Nord-Ouest possèdent des photos datant du début du 20e siècle montrant une autochtone et son fils entaillant un bouleau pour se faire du thé. Les Gwich’ins, une Première Nation du nord des TNO, ont, rappelle Mitchell, un nom pour l’eau du bouleau. Mais lui, c’est auprès des Anishnabés qu’il a appris le métier, à Sioux Lookout, 392 kilomètres au nord de Thunder Bay, en Ontario. «J’étais professeur d’éducation environnementale dans une école autochtone, dit-il. C’était un de mes projets.»

Il a ensuite développé sa maitrise des savoirs lorsqu’il est devenu professeur à l’école Diamond Jenness de Hay River, dans les Territoires, près de la frontière de l’Alberta. «Nous avions un évaporateur dans la cour d’école, se rappelle-t-il. Mes expériences faisaient partie des classes de français, de sciences sociales et d’environnement.»

C’est à Hay River qu’il a rencontré Frederick Beaulieu, un ainé métis fort connu dans la région, décédé en 2018. «C’était le seul Beaulieu capable de prononcer correctement son nom, dit Mike Mitchell. Il fabriquait du sirop de bouleau et m’a appris des choses. Nous comparions nos productions.» Les deux hommes ont continué à échanger sur le métier après que Mike Mitchell soit déménagé à Yellowknife en 2008.

C’est avec la permission de la Première Nation des Yellowknives Déné que Sapsuscker s’installe chaque année quelques semaines dans la bétulaie d’Ingraham. En échange, Sapsucker accueille des classes de Yellowknife, Ndilo et Dettah. Des ainés les accompagnent et mettent à profit l’occasion pour enseigner les langues, donner une perspective autochtone.


Les changements…

Les changements climatiques se font sentir aux TNO comme ailleurs. Cette année, le fameux Château de glace, construit sur la baie, qui attire tant de visiteurs, s’est mis à fondre et a été fermé le 24 mars, un record.

«Je croyais que la saison commencerait plus tôt», analyse Mike Mitchell, qui fait partie du conseil d’administration du Château.

Il a tout de même entaillé la première semaine de mai, comme d’habitude.

Cependant, observe-t-il, avec le réchauffement climatique, le sol de la bétulaie (le nom qu’on donne à une forêt de bouleaux) devient plus sec, les étangs perdent de l’eau. Y aura-t-il une incidence sur la production?


Le projet «Artisans et métiers traditionnels de la francophonie canadienne» a été rendu possible grâce à l’appui financier de Financement agricole Canada. Tous les articles ont été produits conformément à la Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire au Canada.

Histoire des Noirs

FRANCOPRESSE – En ce mois de l’histoire des Noirs, l’auteur de l’ouvrage L’Histoire oubliée de la contribution des esclaves et soldats noirs à l’édification du Canada (1604-1945)  aux Éditions Afrikana, a répondu aux questions de Francopresse. Le Dr Amadou Ba éclaircit en ces pages des chapitres négligés de l’histoire du pays. Chargé de cours à la Nipissing University de North Bay et à l’Université Laurentienne de Sudbury, ce passionné d’histoire africaine souhaite ainsi contribuer à réconcilier les Canadiens et Canadiennes avec leur passé.
Entrevue

FRANCOPRESSE – La Fédération culturelle canadienne-française, qui regroupe 22 associations artistiques et culturelles de l’extérieur du Québec, défend de plus en plus activement le besoin pour le Canada de se doter d’une politique culturelle nationale. Cette politique prendrait la forme d’un «Cadre national d’action pour la culture». La FCCF s’est associée avec plus de 40 organismes artistiques et culturels, tant francophones, anglophones, qu’autochtones, pour créer une large coalition afin de convaincre le gouvernement fédéral d’aller de l’avant avec ce projet ambitieux, dont découlent aussi plusieurs autres priorités de la Fédération.

L’EXPRESS (Ontario) – Connaissez-vous le fondateur de la ville de Québec et de la Nouvelle-France au début du 17e siècle : Samuel de Champlain? Chez nous, la réponse est plus souvent oui. Champlain est un héros, l’un des personnages les plus illustres de l’histoire du Canada. En France, la réponse est non. Champlain y est plutôt un illustre inconnu.
Nord canadien

AURORE BORÉALE (Yukon) – Le geste vif et le regard clair, la jeune quinquagénaire Alice Cyr avoue ne jamais se lasser de raconter l’histoire de la famille de son défunt époux. Une histoire tissée d’aventure et d’amour ancrée dans la grande Ruée vers l’or yukonaise à tout jamais intégrée à son récit de vie personnel.
Entrevue

FRANCOPRESSE – L’année 2020 marque le tricentenaire de l’arrivée des premiers colons français à l’Île-du-Prince-Édouard, connue à l’époque sous le nom de l’Isle Saint-Jean. L’historien Georges Arsenault tient à souligner le début de la présence francophone dans la province. L’auteur de l’ouvrage Histoire illustrée de l’Acadie de l’Île-du-Prince-Édouard  aux éditions La Grande Marée en 2019 nous offre un survol de ces premières années de présence acadienne et française dans l’Ile.
Ontario

FRANCOPRESSE – En 1990, il y a encore les Nordiques à Québec. La Cour suprême vient tout juste de donner raison à des parents francophones de l’Ile-du-Prince-Édouard qui souhaitaient avoir leurs propres écoles et déclare inconstitutionnel l’Official Language Act du Manitoba. Mais en ce premier mois de l’année, le 30 plus précisément, alors qu’on négocie le fameux accord du lac Meech, la ville de Sault-Sainte-Marie fait parler d’elle.

Kim Pasche a un parcours atypique. Déjà dans son enfance en Suisse, son attirance vers les matériaux bruts le pousse à questionner son entourage sur l’origine des objets les plus anodins du quotidien : «J’ai toujours eu cette curiosité de connaitre un cran plus loin l’origine des objets.» Après avoir obtenu son baccalauréat (l’équivalent de la 12e année), il décide de faire son propre compagnonnage afin de recevoir les savoirs et les savoir-faire liés aux métiers de la pierre, du bois, du métal ou encore du cuir.

Gérard Dubé a passé une grande partie de sa vie à militer pour la préservation de l’environnement. Originaire de La Broquerie au Manitoba, il est d’ailleurs un pionnier dans le secteur du compostage. Il a travaillé à développer et à promouvoir le compostage comme un moyen de concilier la productivité agricole et le respect de la nature.

Dans le nord de l’Ontario, nombreux sont les trappeurs qui adoptent un passetemps qui évoque le travail des premiers peuples et l’arrivée des Européens dans le Nouveau Monde. La récolte des fourrures demeure cependant bénéfique à plusieurs chapitres, dans le contexte actuel. Ces entrepreneurs de la forêt, œuvrant dans une région immense et peu densément peuplée, jouent un rôle important dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes et de la circulation de biens dans l’ensemble du pays.

Au cœur de la vallée de l’Okanagan, Andréa McFadden diffuse des parfums de lavande, de rose, de menthe, de calendula ou encore de camomille. Installée depuis longtemps dans la région, la famille McFadden perpétue un savoir-faire ancestral : celui de la distillation d’huiles essentielles.

Yvette Michelin nourrit une passion pour le fléché qui va au-delà de la période des carnavals. Spécialiste incontournable du fléché, elle l’enseigne aux adultes et donne des ateliers aux enfants. Et si c’était sa façon à elle de perpétuer un savoir-faire digne de la persévérance et de la ténacité de ces francophones qui ont fait l’Amérique?

Le hookage trouverait ses origines à Terre-Neuve, où des pêcheurs fabriquaient des tapis pour mettre au fond des bateaux et aux fenêtres. Cet artisanat est devenu un passe-temps des femmes de l’Atlantique : de la toile de jute sur un cadre de bois, des bandes de tissus découpées dans de vieux vêtements, des brins de laine récupérée, un crochet et voilà de quoi faire un tapis qui ajoutera un peu de confort à la maison, l’hiver.

Les portes de la science sont grandes ouvertes pendant une semaine au Canada. Du 16 au 22 septembre, écoles, bibliothèques, musées et universités du pays joignent leurs efforts pour nourrir la culture scientifique des Canadiens. Grand moment de sensibilisation, l’évènement repose sur la participation et l’engagement de milliers de férus des sciences d’un océan à l’autre.
Festivités francos

La vitalité des communautés de la francophonie en situation linguistique minoritaire ne fait pas l’ombre d’un doute, lorsqu’on voit la liste des manifestations francophones dans les provinces et territoires du Canada!