Peu importe la marque, la texture et l’odeur, il est primordial de porter de la crème solaire avec une protection FPS minimale de 30.

Soleil : bon pour le moral, moins pour la peau

Plus de 90 % des cancers de peau viennent des rayons ultraviolets (UV). Ils peuvent traverser les nuages, le brouillard et la brume, puis réfléchissent considérablement sur la neige et l’eau.

Ce sont 80 000 Canadiens qui sont diagnostiqués d’un cancer de la peau chaque année, révèle l’Association canadienne de dermatologie. Sur ces 80 000, 7200 ont le mélanome, l’un des cancers les plus dangereux, et 1200 en meurent.

«On espère que les mentalités ont changé et que les gens se protègent. On travaille beaucoup pour éduquer les Canadiens à ce niveau-là. Malheureusement, les cas de mélanome augmentent d’année en année», affirme la coordonnatrice à l’éducation aux patients du Réseau mélanome Canada, Ève Dufour.

Le mélanome est l’un des cancers les plus courants chez les 15 à 29 ans, bien qu’il puisse toucher n’importe qui sans distinction de sexe, d’âge ou de couleur de peau. C’est un cancer redoutable puisqu’il peut se propager dans d’autres parties du corps lorsqu’il est détecté trop tard.

En effet, le risque de mourir d’un mélanome est aujourd’hui d’un cas sur 63 comparativement à un cas sur 1500 dans les années 1930. De plus, en Amérique du Nord, une personne meurt du mélanome toutes les heures. Il suffit d’attraper un coup de soleil brulant pour doubler ses chances d’être affecté. Bien sûr, l’exposition précoce aux appareils bronzants peut augmenter les risques de mélanome de 75 %.

Lire l’article dans son intégralité sur le site de La Voix acadienne


« Quelle est la meilleure crème solaire? Celle que vous portez. »
Kathleen Bernard, présidente et fondatrice, Sauve ta peau