L'historien Georges Arsenault
L'historien Georges Arsenault

Questions et réponses avec l’historien Georges Arsenault. 2020, 300 ans de présence française à l’Île-du-Prince-Édouard

FRANCOPRESSE – L’année 2020 marque le tricentenaire de l’arrivée des premiers colons français à l’Île-du-Prince-Édouard, connue à l’époque sous le nom de l’Isle Saint-Jean. L’historien Georges Arsenault tient à souligner le début de la présence francophone dans la province. L’auteur de l’ouvrage Histoire illustrée de l’Acadie de l’Île-du-Prince-Édouard  aux éditions La Grande Marée en 2019 nous offre un survol de ces premières années de présence acadienne et française dans l’Ile.

Francopresse : Pouvez-vous décrire le contexte de l’époque? 

Georges Arsenault : En 1720, c’est l’arrivée des premiers Français, les premiers Acadiens à l’ile, concédée à la Compagnie de l’Isle Saint-Jean par la France avec le mandat d’amener des colons et, surtout, d’y développer l’agriculture. On cherchait alors à produire de la nourriture pour [la forteresse de] Louisbourg puisque la terre n’était pas trop fertile au Cap Breton et les autorités françaises n’arrivaient pas vraiment à encourager les Acadiens de la Nouvelle-Écosse à déménager [à l’ile Saint-Jean].

Qui étaient donc ces premiers colons à s’y établir?

G. A. : Ces premiers colons sont venus directement de France et s’intéressaient beaucoup à la pêche à la morue qui était la pêche commerciale la plus importante. Environ 200 colons sont amenés à l’ile et ils se sont établis sur la côte nord.

La même année, quelques familles acadiennes sont recrutées dont celle de Michel Haché, dit Gallant, qui se trouvait à Beaubassin et dont les premiers membres sont venus [à l’Isle Saint-Jean] en 1720.

Une autre famille acadienne est celle de Pierre Martin qui s’est établie près d’un marais à la source de la rivière du nord-est dans ce que l’on appelle aujourd’hui le marais de Mount Stewart. Cette famille est venue du Cap-Breton, mais elle est native de Port-Royal.

Très peu de ces familles qui sont venues de France sont restées. La Compagnie a fait faillite quelques années plus tard et les familles sont reparties ailleurs ou retournées en France. Mais la famille Gallant est toujours bien représentée aujourd’hui et il y a encore des descendants de ce Pierre Martin.


Reste-t-il aujourd’hui des vestiges de leur présence? 

G. A. : Pas vraiment. Les Gallant se sont établis à Port-la-Joye, le centre administratif et militaire de l’Isle Saint-Jean. Nous savons que Michel y a été enterré, mais nous n’avons pas réussi à situer le cimetière. Quelques années passées, des fouilles archéologiques ont eu lieu où se trouvait, croit-on, sa maison. Le lieu historique national de Skmaqn–Port-la-Joye–Fort-Amherst a installé un panneau qui indique où se trouvait la maison de Michel à Port-la-Joye.

Georges Arsenault s'intéresse à l'Acadie de l'Ile-du-Prince-Édouard

Comment s’est développée cette première présence française dans la province insulaire au fil des années? 

G. A. : Entre 1720 et 1748, la population française et acadienne de l’ile était seulement de 735 personnes. À partir de 1749, les Acadiens de la Nouvelle-Écosse se sentaient menacés de déportation et le gouvernement mettait de plus en plus de pression pour qu’ils prennent le serment d’allégeance. À ce moment, on voit beaucoup plus de familles de la Nouvelle-Écosse déménager à l’ile et, en 1755, la déportation commence en Nouvelle-Écosse et l’ile accueille beaucoup de réfugiés. Entre 1748 et 1758, la population a pris de l’ampleur avec ces centaines ou même quelques milliers de réfugiés et on estime que la population était d’environ 4250 à la veille de la Déportation.


Qu’est-il arrivé à ces gens lors de la Déportation?

G. A. : Quand les Britanniques ont pris possession de Louisbourg, l’Isle Saint-Jean est automatiquement tombée dans les mains des Britanniques et l’ordre a été donné de déporter sa population vers la France. Près de 3000 Acadiens ont été déportés des mois d’aout à novembre 1758. Ce fut une déportation assez meurtrière. Juste en mer, près de 1500 morts sont dues à la noyade ou à la maladie et bien d’autres sont ensuite morts après leur arrivée en France. On estime que près de 40 % de la population de l’ile a péri pendant la Déportation ou dans les mois qui l’ont suivie.


Qu’est-il arrivé à ceux qui ont survécu?

G. A. : Quelques familles seraient restées sur place et le reste, entre 1000 et 2000 personnes, aurait quitté l’ile pour aller se réfugier sur la terre ferme. Certains sont allés sur la rivière Miramichi, la rivière Restigouche ou dans la baie des Chaleurs. Quelques années plus tard, certains ont commencé à revenir à l’ile, surtout qu’à cette époque, les gens ne savaient pas trop où aller. Même des entrepreneurs britanniques ont recruté des Acadiens puisqu’ils cherchaient des pêcheurs. De ceux qui ont été déportés en France, seulement deux familles sont revenues s’établir à l’ile de façon permanente : une famille de Doiron et une famille de Longuépée.


Que représente ce tricentenaire pour les Acadiens de l’ile aujourd’hui?

G. A. : Comme historien, j’essaye de sensibiliser les gens à l’importance de souligner ce 300e de l’arrivée des premiers Européens à s’établir ici et qui ont beaucoup de descendants à l’ile. C’est aussi pour faire reconnaitre la contribution des Acadiens et des francophones à l’Ile-du-Prince-Édouard. Depuis quelques années, on met beaucoup en valeur la communauté acadienne, mais ça n’a pas toujours été le cas. C’est aussi une occasion de rappeler l’histoire et, finalement, l’histoire acadienne n’est pas beaucoup enseignée dans les écoles. Cela pourrait encourager les gens à se renseigner davantage sur le parcours acadien et francophone à l’ile et reconnaitre leur contribution.


De quelles façons la communauté acadienne marquera-t-elle ce tricentenaire?

G. A. : C’est encore en planification. Nous avons accueilli le Congrès mondial acadien en 2019 et toutes les énergies ont été mises de ce côté. Nous avons pris un peu de retard, mais le gouvernement semble vouloir faire une certaine contribution qui sera probablement annoncée dans les prochaines semaines. Moi-même je vais faire des conférences à des organismes acadiens et anglophones. Le ministère de l’Éducation veut faire quelque chose, tout comme plusieurs organismes acadiens veulent souligner cet anniversaire dans leur programmation culturelle.

Histoire des Noirs

FRANCOPRESSE – En ce mois de l’histoire des Noirs, l’auteur de l’ouvrage L’Histoire oubliée de la contribution des esclaves et soldats noirs à l’édification du Canada (1604-1945)  aux Éditions Afrikana, a répondu aux questions de Francopresse. Le Dr Amadou Ba éclaircit en ces pages des chapitres négligés de l’histoire du pays. Chargé de cours à la Nipissing University de North Bay et à l’Université Laurentienne de Sudbury, ce passionné d’histoire africaine souhaite ainsi contribuer à réconcilier les Canadiens et Canadiennes avec leur passé.
Entrevue

FRANCOPRESSE – La Fédération culturelle canadienne-française, qui regroupe 22 associations artistiques et culturelles de l’extérieur du Québec, défend de plus en plus activement le besoin pour le Canada de se doter d’une politique culturelle nationale. Cette politique prendrait la forme d’un «Cadre national d’action pour la culture». La FCCF s’est associée avec plus de 40 organismes artistiques et culturels, tant francophones, anglophones, qu’autochtones, pour créer une large coalition afin de convaincre le gouvernement fédéral d’aller de l’avant avec ce projet ambitieux, dont découlent aussi plusieurs autres priorités de la Fédération.

L’EXPRESS (Ontario) – Connaissez-vous le fondateur de la ville de Québec et de la Nouvelle-France au début du 17e siècle : Samuel de Champlain? Chez nous, la réponse est plus souvent oui. Champlain est un héros, l’un des personnages les plus illustres de l’histoire du Canada. En France, la réponse est non. Champlain y est plutôt un illustre inconnu.
Nord canadien

AURORE BORÉALE (Yukon) – Le geste vif et le regard clair, la jeune quinquagénaire Alice Cyr avoue ne jamais se lasser de raconter l’histoire de la famille de son défunt époux. Une histoire tissée d’aventure et d’amour ancrée dans la grande Ruée vers l’or yukonaise à tout jamais intégrée à son récit de vie personnel.
Ontario

FRANCOPRESSE – En 1990, il y a encore les Nordiques à Québec. La Cour suprême vient tout juste de donner raison à des parents francophones de l’Ile-du-Prince-Édouard qui souhaitaient avoir leurs propres écoles et déclare inconstitutionnel l’Official Language Act du Manitoba. Mais en ce premier mois de l’année, le 30 plus précisément, alors qu’on négocie le fameux accord du lac Meech, la ville de Sault-Sainte-Marie fait parler d’elle.

Kim Pasche a un parcours atypique. Déjà dans son enfance en Suisse, son attirance vers les matériaux bruts le pousse à questionner son entourage sur l’origine des objets les plus anodins du quotidien : «J’ai toujours eu cette curiosité de connaitre un cran plus loin l’origine des objets.» Après avoir obtenu son baccalauréat (l’équivalent de la 12e année), il décide de faire son propre compagnonnage afin de recevoir les savoirs et les savoir-faire liés aux métiers de la pierre, du bois, du métal ou encore du cuir.

Gérard Dubé a passé une grande partie de sa vie à militer pour la préservation de l’environnement. Originaire de La Broquerie au Manitoba, il est d’ailleurs un pionnier dans le secteur du compostage. Il a travaillé à développer et à promouvoir le compostage comme un moyen de concilier la productivité agricole et le respect de la nature.

Dans le nord de l’Ontario, nombreux sont les trappeurs qui adoptent un passetemps qui évoque le travail des premiers peuples et l’arrivée des Européens dans le Nouveau Monde. La récolte des fourrures demeure cependant bénéfique à plusieurs chapitres, dans le contexte actuel. Ces entrepreneurs de la forêt, œuvrant dans une région immense et peu densément peuplée, jouent un rôle important dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes et de la circulation de biens dans l’ensemble du pays.

À quelques kilomètres de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, Mike Mitchell et Craig Scott perpétuent une tradition autochtone en produisant du sirop de bouleau. Un simple prétexte pour jouir de la nature, mais n’empêche, il y a là une expertise qui se développe.

Au cœur de la vallée de l’Okanagan, Andréa McFadden diffuse des parfums de lavande, de rose, de menthe, de calendula ou encore de camomille. Installée depuis longtemps dans la région, la famille McFadden perpétue un savoir-faire ancestral : celui de la distillation d’huiles essentielles.

Yvette Michelin nourrit une passion pour le fléché qui va au-delà de la période des carnavals. Spécialiste incontournable du fléché, elle l’enseigne aux adultes et donne des ateliers aux enfants. Et si c’était sa façon à elle de perpétuer un savoir-faire digne de la persévérance et de la ténacité de ces francophones qui ont fait l’Amérique?

Le hookage trouverait ses origines à Terre-Neuve, où des pêcheurs fabriquaient des tapis pour mettre au fond des bateaux et aux fenêtres. Cet artisanat est devenu un passe-temps des femmes de l’Atlantique : de la toile de jute sur un cadre de bois, des bandes de tissus découpées dans de vieux vêtements, des brins de laine récupérée, un crochet et voilà de quoi faire un tapis qui ajoutera un peu de confort à la maison, l’hiver.

Les portes de la science sont grandes ouvertes pendant une semaine au Canada. Du 16 au 22 septembre, écoles, bibliothèques, musées et universités du pays joignent leurs efforts pour nourrir la culture scientifique des Canadiens. Grand moment de sensibilisation, l’évènement repose sur la participation et l’engagement de milliers de férus des sciences d’un océan à l’autre.
Festivités francos

La vitalité des communautés de la francophonie en situation linguistique minoritaire ne fait pas l’ombre d’un doute, lorsqu’on voit la liste des manifestations francophones dans les provinces et territoires du Canada!