Contenu commandité
Artisans et métiers traditionnels
Milieu de type Coventry réalisée en Angleterre sur métier

Une ceinture lourde d’histoire : Le fléché, symbole de chez nous

Yvette Michelin nourrit une passion pour le fléché qui va au-delà de la période des carnavals. Spécialiste incontournable du fléché, elle l’enseigne aux adultes et donne des ateliers aux enfants. Et si c’était sa façon à elle de perpétuer un savoir-faire digne de la persévérance et de la ténacité de ces francophones qui ont fait l’Amérique?

En ce samedi d’un printemps trop tardif, rendez-vous à Québec, plus précisément à la Maison Routhier dans l’arrondissement Sainte-Foy. Bâtiment historique construit sous le régime français, c’est maintenant le siège du Centre d’arts textiles de Québec où une variété de cours allant de la broderie à la courtepointe y est donnée. C’est le cas aussi pour le fléché. Et c’est dans cette maison construite vers 1757 que se répand le savoir et la passion d’Yvette Michelin.

Celle qui flèche notamment les bandoulières de la Compagnie des Cent-Associés francophones s’est faite en quelque sorte embobinée par le fléché à l’âge de 14 ans. Lors du premier Carnaval de Québec en 1955, la jeune Yvette s’achète une première ceinture fléchée. Sa mère, toute contente de l’achat, et ayant appris chez les dames ursulines étant jeune, lui parlera des rudiments du fléché aux doigts. Puis les Ursulines, à l’école, continueront l’apprentissage. «J’ai eu la piqure d’une flèche», dira-t-elle à la blague. Il lui faudra toutefois attendre 15 ans pour faire son apprentissage auprès de Marie-Anna Lemire, qui deviendra sa véritable première professeure. Les yeux d’Yvette Michelin s’illuminent quand elle parle de sa passion pour le fléché. «C’est tellement relié à l’histoire. C’est ça qui m’intéresse.»

 

Un peu de technique

Cousin du fléché, il y eut tout d’abord le chevron qu’on retrouvait sur les jarretières en France. Selon la thèse de doctorat de l’ethnologue québécoise Monique Genest-Leblanc, Une jolie cinture à flesche, parue en 2003, le plus ancien chevron a été répertorié dans une publication japonaise. Celui-ci datait du 8e siècle! Technique répandue en France, le chevron est plus apparenté à une forme de tressage avec les doigts. Concrètement, quelle est la différence entre le chevron et le fléché? Le dernier donne des pointes de flèches plus courtes, proposant ainsi un certain rythme à la ceinture ce que n’a pas le chevron dont les pointes finissent toujours à la bordure de la ceinture ou de la parure. 

Et techniquement, comment cela s’explique-t-il? C’est là que le savoir-faire de Mme Michelin prend tout son sens. Pour le chevron, la course du fil de la trame — les fils transversaux formant la largeur de la ceinture — se rend jusqu’à la lisière sans jamais être changée. Pour le fléché canadien-français, et c’est ce qui fait sa particularité, il «contient toujours un changement de fil de trame à l’intérieur d’une duite», la duite étant une rangée formée par l’entrecroisement des fils au-dessus et au-dessous de la trame d’une lisière à l’autre. Le tout se fait avec les doigts.

Les ceintures qu’on retrouve dans le commerce sont surtout réalisées au métier. Le temps de production n’est évidemment pas le même. Une compagnie comme Les Textiles Castors de Québec, qui fournit, par exemple, des ceintures fléchées à l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) ou au Carnaval de Québec, peut en produire une centaine par jour. Il faut entre 600 et 700 heures pour une ceinture réalisée avec le fléché au doigt… 

Yvette Michelin est l’auteure du Fléché traditionnel et actuel : l’art du fléché québécois de la ceinture à la parure publié par Les Flécherands du Saint-Laurent.

Le fléché, symbole d’ici

Certains historiens ou ethnologues comme Marius Barbeau ont pensé pendant un certain temps que la ceinture fléchée avait été créée par les Premières Nations. S’il est exact de constater que nombre de ceintures ont été retrouvées chez les membres de ces communautés, des recherches plus poussées ont permis de constater que la technique du fléché au doigt semble bien avoir été inventée par des Canadiens français du 18e siècle. 

En fait, les coureurs des bois en échangeaient avec les Autochtones contre des fourrures. Symbole d’une culture qui ne veut pas mourir après la Conquête, le fléché a ainsi tissé, non seulement des liens économiques, mais aussi des liens amicaux entre les premiers habitants du pays et les nouveaux arrivants.

À l’époque, la Compagnie du Nord-Ouest, concurrente de la Compagnie de la Baie d’Hudson, voyant une façon de mousser son commerce avec les Premières Nations s’est intéressée au fléché. Comme il y avait un poste de traite à l’Assomption, certaines artisanes ont reçu des commandes pour la confection de ceintures. Le fléché de l’Assomption était né avec son typique centre en rouge, ses courtes flèches ou ses éclairs.

Pourquoi le symbole de la flèche? Premièrement, il pourrait difficilement en être autrement compte tenu du mouvement des doigts. De plus, sur le plan de la symbolique, comme l’explique Yvette Michelin, «la flèche symbolise l’élévation de l’homme, l’ouverture d’esprit; quand elle redescend, on peut penser à l’humilité nécessaire à l’humanité.» Beau symbole d’une rencontre entre deux peuples.

 

Patrimoine immatériel

Confectionnée au départ pour garder les manteaux bien fermés l’hiver (la boutonnière n’était pas alors très courante), la ceinture fléchée est devenue au fil du temps un trait d’union entre les voyageurs, les Autochtones et les Métis de l’Ouest canadien. La ceinture méritait bien de se retrouver au sein du patrimoine immatériel du Canada français.

Face à un tel art, le métier de flécherande — on doit le mot à Mme Michelin, qui a réussi à le faire accepter par l’Office québécois de la langue française — prend tout son sens.

Avec ses différents motifs tels dents de scie, demi-pointes ou l’Acadienne, Yvette Michelin trouve primordial de transmettre ses connaissances dans les cours qu’elle offre comme c’est le cas à la maison des Métiers d’art du Québec. Il faut d’ailleurs suivre une formation de 75 heures pour devenir flécherand ou flécherande. Bien qu’elle reconnaisse que les étudiants ne se bousculent pas au portillon, le fléché trouve encore preneur en 2019. Une entreprise comme Étchiboy au Manitoba produit divers accessoires de mode en y insérant du fléché.

Yvette Michelin continue à y croire. Et elle n’a jamais regretté son choix de carrière. «C’est le savoir-faire qui est vrai. Le chevron, ça se fait en France, au Maroc, en Tunisie, en Irlande, mais le fléché, c’est vraiment unique!»

 


Le projet «Artisans et métiers traditionnels de la francophonie canadienne» a été rendu possible grâce à l’appui financier de Financement agricole Canada. Tous les articles ont été produits conformément à la Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire au Canada.

 

Originaire de Belgique, l’ingénieur-brasseur Cédric Dauchot fait saliver depuis 8 ans les habitants de Powell River en Colombie-Britannique. Adaptant les traditions plusieurs fois séculaires des brasseurs belges aux palais des Canadiens, l’homme de 39 ans honore la profession avec sa brasserie artisanale Townsite Brewing, une formule unique en son genre dans l’Ouest.

Cédric Dauchot est tombé dans la cuve tardivement. Attiré par le monde scientifique dès l’enfance, il entame des études d’ingénierie en biochimie à l’Institut Meurice à Anderlecht, en Belgique, sans trop savoir vers quel métier se diriger. Une chose est sûre : ce sera un métier manuel.

Le déclic survient après quelques stages dans des brasseries en Belgique : «Je me suis très vite rendu compte que c’est ce que j’aimais. C’est très scientifique, mais aussi très physique, très pratique. Il y a cette satisfaction de voir le produit de l’effort. Et j’aime ça, travailler avec les gouts et les saveurs», explique-t-il.

Mac, c’est l’orignal emblématique de la ville de Moose Jaw. Le géant a retrouvé récemment son titre de plus gros orignal au monde après l’avoir perdu en 2015 au profit de la sculpture norvégienne Storelgen.

Le grand Mac pèse dorénavant 10 tonnes et mesure 10 mètres de hauteur. Jacki L’Heureux-Mason, directrice du tourisme pour la ville de Moose Jaw, est fière d’avoir récupéré le titre. «Nous espérons en profiter longtemps, s’exclame-t-elle. Notre communauté s’est ralliée autour de Mac, à l’instar de gens du monde entier. Tout le travail effectué provient de fonds donnés par des entreprises locales et nationales. Mais aussi des dons personnels venus du monde entier!»


Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal L’Eau vive