Contenu commandité
Artisans et métiers traditionnels
Le trappeur Bob Desbiens

La trappe, une tradition ancestrale qui demeure utile

Dans le nord de l’Ontario, nombreux sont les trappeurs qui adoptent un passetemps qui évoque le travail des premiers peuples et l’arrivée des Européens dans le Nouveau Monde. La récolte des fourrures demeure cependant bénéfique à plusieurs chapitres, dans le contexte actuel. Ces entrepreneurs de la forêt, œuvrant dans une région immense et peu densément peuplée, jouent un rôle important dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes et de la circulation de biens dans l’ensemble du pays.

Le nord de l’Ontario, région réputée pour ses matières premières et ses minéraux précieux, est aussi reconnu comme un grand habitat d’espèces sauvages. Herbivores comme l’original, le chevreuil et le castor, des carnivores comme le loup et le renard, ou des omnivores comme l’ours noir, ces animaux emblématiques vivent nombreux dans les forêts et les marécages du Bouclier canadien.


Une question d’équilibre

Dans l’intérêt de diminuer les risques de problèmes environnementaux reliés à une surpopulation d’une espèce, des trappeurs nord-ontariens interviennent au nom de municipalités, de ministères ou d’entreprises. Leur objectif : assurer que les animaux ne nuisent pas à long terme aux activités humaines ou l’équilibre naturel dans une région donnée.

Bob Desbiens, piégeur de Nipissing Ouest, aime comparer le piégeage aux activités d’une ferme. Comme dans un pâturage, un terrain donné peut subvenir aux besoins d’un certain nombre d’animaux. «Si la quantité d’animaux dépasse [la capacité de] ce terrain-là, on risque d’avoir des problèmes de propagation de maladies et de manque d’aliments. Ce qui va aussi affecter les cours d’eau. La trappe permet de garder un certain équilibre. C’est une [pratique] très règlementée. O,n ne récolte pas à volonté, mais selon des normes et des quotas établis», explique le trappeur, aussi pigiste auprès de la maison de vente aux enchères Fur Harvesters de North Bay, qui vend des fourrures sauvages partout au monde, des États-Unis à la Corée en passant par la Grèce et la Russie.

«Souvent, les gens ne comprennent pas que c’est encore utile d’avoir des trappeurs, car ils ne veulent pas nécessairement porter de la fourrure. Par contre, si ces animaux-là ne sont pas récoltés, les compagnies ferroviaires, les propriétaires de chemins et les municipalités vont tous se retrouver avec de sérieux problèmes. Ils font souvent appel aux services d’un trappeur pour assurer que les cours d’eau ne soient pas à risque d’inondations autour des fermes, des chemins et des voies ferrées. C’est un travail très important.»

Les piégeurs sont aussi des travailleurs essentiels dans la préservation des routes. Ils assurent, du moins en partie, une ouverture relativement constante des chemins forestiers ainsi que des sentiers de véhicule tout-terrain et de motoneige.

Depuis plus de quatre décennies, le Franco-Ontarien, professeur à la retraite, emprunte deux voies provinciales pour accéder à son terrain de piégeage, en périphérie du lac Silver, soit à une trentaine de kilomètres au nord de River Valley.

Selon l’Institut de la fourrure du Canada, en 2006, 60 000 trappeurs étaient actifs. De ce nombre, 25 000 étaient Autochtones. Le commerce de la fourrure employait directement 70 000 personnes.

Un métier parfois difficile, mais en besoin de rajeunissement

Bob Desbiens espère transmettre ses connaissances à de prochaines générations de piégeurs afin de préserver cette tradition. «Dans plusieurs régions du Canada, la population est vieillissante et on a besoin d’une relève. En Ontario, il faut suivre 45 heures de cours avec un instructeur qualifié, d’où l’importance de se jumeler avec des personnes qui sont un peu plus âgées afin que la relève puisse apprendre et continuer la trappe», poursuit-il. Heureusement, dans son coin de pays, la relève est au rendez-vous, et déjà formée.

 «Le Canada et l’Amérique du Nord sont des endroits (très) vastes. Lorsqu’on parle de gens qui vivent dans l’extrême nord (dont le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest), la trappe est vraiment importante à deux niveaux. La viande est aussi importante que la fourrure.» La trappe devient source de nourriture, et les revenus représentent aussi une ressource financière importante.

N’empêche, la trappe, c’est surtout un passetemps, une passion souvent, qui se double d’un revenu d’appoint. «Je pense que pour le reste du Canada, lorsque les gens piègent, c’est simplement un travail à la pige. 95 % des trappeurs ont un autre emploi, et ils n’ont pas besoin de ça pour subvenir à leurs besoins.» À leurs besoins personnels. Mais dans l’optique de l’aménagement du territoire, les collectivités ont encore besoin de leur travail.


Le projet «Artisans et métiers traditionnels de la francophonie canadienne» a été rendu possible grâce à l’appui financier de Financement agricole Canada. Tous les articles ont été produits conformément à la Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire au Canada.

Originaire de Belgique, l’ingénieur-brasseur Cédric Dauchot fait saliver depuis 8 ans les habitants de Powell River en Colombie-Britannique. Adaptant les traditions plusieurs fois séculaires des brasseurs belges aux palais des Canadiens, l’homme de 39 ans honore la profession avec sa brasserie artisanale Townsite Brewing, une formule unique en son genre dans l’Ouest.

Cédric Dauchot est tombé dans la cuve tardivement. Attiré par le monde scientifique dès l’enfance, il entame des études d’ingénierie en biochimie à l’Institut Meurice à Anderlecht, en Belgique, sans trop savoir vers quel métier se diriger. Une chose est sûre : ce sera un métier manuel.

Le déclic survient après quelques stages dans des brasseries en Belgique : «Je me suis très vite rendu compte que c’est ce que j’aimais. C’est très scientifique, mais aussi très physique, très pratique. Il y a cette satisfaction de voir le produit de l’effort. Et j’aime ça, travailler avec les gouts et les saveurs», explique-t-il.

Mac, c’est l’orignal emblématique de la ville de Moose Jaw. Le géant a retrouvé récemment son titre de plus gros orignal au monde après l’avoir perdu en 2015 au profit de la sculpture norvégienne Storelgen.

Le grand Mac pèse dorénavant 10 tonnes et mesure 10 mètres de hauteur. Jacki L’Heureux-Mason, directrice du tourisme pour la ville de Moose Jaw, est fière d’avoir récupéré le titre. «Nous espérons en profiter longtemps, s’exclame-t-elle. Notre communauté s’est ralliée autour de Mac, à l’instar de gens du monde entier. Tout le travail effectué provient de fonds donnés par des entreprises locales et nationales. Mais aussi des dons personnels venus du monde entier!»


Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal L’Eau vive