Buzz Aldrin se tient près du module lunaire Eagle.

Cinquantenaire d’Apollo 11 : Une révolution dans l’histoire spatiale

Francopresse. Des premiers hommes dans l’espace à la fusée la plus puissante de l’histoire, les années 1960 resteront la décennie de tous les records spatiaux. Un véritable accomplissement qui bouleversera les générations futures.

Les années 1960 resteront la décennie de tous les records spatiaux. Premiers hommes dans l’espace, première aventure hors de l’orbite terrestre, fusée la plus puissante de l’histoire et, bien sûr, premiers pas sur la Lune un certain 20 juillet 1969. Un véritable accomplissement qui bouleverse l’époque, et les générations futures.

De gauche à droite - Neil A. Armstrong, commandant, Michael Collins, pilote du module de commande et Edwin E. Aldrin Jr., pilote du module lunaire

La télévision en couleurs débarquait tout juste, les ordinateurs étaient bien moins intelligents que les téléphones actuels et, pourtant, le pari a été emporté : les hommes ont marché sur la Lune, il y a exactement 50 ans. «C’était un exploit, commente Robert Lamontagne, astrophysicien au Centre de recherche en astrophysique du Québec. On a fait ça à une époque où tout était à inventer.»

À commencer par une fusée capable de propulser vers l’espace plus de 3000 tonnes. Saturn V, avec ses 111 mètres de hauteur, reste la fusée la plus puissante jamais créée. «Par la suite, les fusées n’ont plus eu besoin d’être aussi puissantes, nous sommes devenus plus efficaces avec le carburant», précise Michael Unger, responsable des programmes au Centre spatial H. R. MacMillan à Vancouver.

Eagle en orbite lunaire photographié par Columbia

Une prouesse technique

Il fallait aussi inventer les lanceurs et les cabines pour accueillir l’équipage, imaginer la connexion de deux vaisseaux dans l’espace, développer les scaphandres pour marcher sur la Lune et confectionner l’ordinateur de bord… «Dans les années 1960, un ordinateur occupe une pièce au complet, c’est gros, ça chauffe et c’est lourd», rappelle Robert Lamontagne. La NASA développe donc le premier ordinateur de bord, petit et compact pour l’époque, pesant tout de même 32 kilos, «l’ancêtre de nos ordinateurs et autres gadgets électroniques».

La miniaturisation des appareils est l’aspect le plus fascinant pour Paul-Émile Legault, directeur du Planétarium Doran à l’Université Laurentienne : «Ça a tout changé. On a réduit la taille de l’ordinateur d’une pièce à une valise», illustre-t-il. En outre, de nombreux outils et matériaux révolutionnaires sont inventés, parmi lesquels la chaussure lunaire qui donnera naissance aux chaussures de sport telles qu’on les connait aujourd’hui, des combinaisons ignifuges et légères utilisées plus tard par les pompiers, une version miniature du défibrillateur actuel, les premiers panneaux solaires, l’aspirateur sans fil et bien d’autres encore.

Le module de commande Columbia flotte dans l’océan Pacifique, secouru par les plongeurs de la Navy américaine
Le Planétarium Doran accueillera les écoles du Nord de l’Ontario en octobre pour observer le lieu d’alunissage d’Apollo 11.
Le Planétarium Doran accueillera les écoles du Nord de l’Ontario en octobre pour observer le lieu d’alunissage d’Apollo 11.

De grands apports scientifiques

Certes, en pleine guerre froide entre les États-Unis et l’URSS, les sciences ne sont pas le moteur premier de la conquête lunaire. «On est allés sur la Lune pour les mauvaises raisons, estime Robert Lamontagne. C’était avant tout pour gagner la course spatiale, pour une dimension politique, un prestige national.» Malgré tout, les sciences prennent une place croissante au cours des missions successives d’Apollo.

Au total, 382 kilos de roche lunaire sont rapportés entre 1969 et 1972. Leur analyse est à l’origine de l’une des découvertes les plus importantes de l’astronomie : la Terre et la Lune ne formaient un jour qu’un seul et même astre. La Lune serait née d’une collision cataclysmique entre un objet céleste et la Terre il y a plus de 4,4 milliards d’années.

Début 2019, les scientifiques analysent un morceau issu de la mission Apollo 14 en 1971, conservé intact jusque-là. Ils remarquent à l’intérieur une incrustation d’un morceau de roche provenant de la Terre. «Cela montre qu’il y a eu des interactions, détaille l’astrophysicien. Lorsque la Terre se fait percuter par un objet de grande taille, comme l’astéroïde qui a éliminé les dinosaures, une partie de la croute terrestre est projetée dans les airs et certains de ces morceaux ont la vitesse nécessaire pour atteindre la Lune.» Ces roches, véritables météorites d’origine terrestre, sont presque introuvables sur Terre. Vieilles de plusieurs milliards d’années, elles contiennent des informations précieuses pour expliquer l’apparition de la vie sur Terre.

Michael Unger, à côté de la combinaison spatiale de Michael Collins.
Paul-Émile Legault, directeur du Planétarium Doran

En outre, plusieurs appareils de mesure ont été laissés sur la Lune. Des sismomètres ont permis de découvrir qu’elle rétrécissait et tremblait. Des capteurs de vent solaire ont été posés ainsi que des miroirs rétroréflecteurs qui renvoient les faisceaux lumineux envoyés depuis la Terre pour mesurer, au centimètre près, la distance Terre-Lune.

Ces outils ont notamment permis de se rendre compte que la Lune s’éloignait de la Terre à mesure de 4 centimètres par an. Il y a 4,5 milliards d’années, elle était donc 16 fois plus proche de notre planète, fait remarquer Robert Lamontagne. «Parler de super Lune à cette époque, c’était vrai», ironise-t-il.

Plus important encore, le satellite aurait joué un rôle dans l’apparition de la vie sur Terre. Avec une action gravitationnelle bien plus importante, les marées, dont la Lune est responsable, constituaient de véritables tsunamis, érodant les continents et enrichissant les océans en minéraux et composés chimiques essentiels aux organismes.

Robert Lamontagne, astrophysicien au Centre de recherche en astrophysique du Québec

Une inspiration pour le monde

Les années 1960 sont occupées par la course à l’espace entre Américains et Soviétiques. Le projet de conquête lunaire captive alors le monde : «C’était inspirant, tous les petits garçons de mon âge voulaient être astronautes. Ça a changé la vie de nombreux jeunes. Je suis devenu astronome et astrophysicien à cause des missions Apollo», confie Robert Lamontagne, qui a eu plus tard la chance de rencontrer l’un des douze moonwalkers.

Les carrières scientifiques connaissent alors un bel engouement. Déjà présent au Planétarium Doran de l’Université Laurentienne, Paul-Émile Legault a constaté l’intérêt pour l’univers des étoiles. «Ça a piqué l’intérêt du monde, il y avait beaucoup plus de visiteurs que d’ordinaire du temps des missions Apollo», témoigne-t-il.

Les premiers pas sur la Lune marquent les débuts de la conquête spatiale. Pour la première fois, des humains atteignent un autre monde dans le cosmos, quittant leur berceau originel. «C’est un accomplissement d’atteindre un lieu comme la Lune, considérée comme un phare pour l’humanité depuis qu’elle a commencé à lever les yeux», observe Michael Unger.

Un morceau de roche lunaire conservé au Centre spatial de Vancouver

Un moment charnière

L’impact est énorme dans le domaine des arts, notamment pour la science-fiction qui passe de fantaisie à réalité future. Georges Lucas, Steven Spielberg, Isaac Asimov… «Les humains ont commencé à ce moment-là à rêver plus grand», rapporte Michael Unger. En pleine période de contestation de la guerre du Vietnam, cette réussite tombe à pic et redonne foi en l’humanité.

Ce premier alunissage attise aussi l’esprit de conquête de jeunes rêveurs, futurs entrepreneurs accomplis : les Richard Branson, Steve Jobs, Bill Gates et autres Elon Musk plus tard. «Ça a inspiré les générations suivantes», résume le passionné.

Cinquante ans plus tard, la Lune fascine moins, détrônée de son rang de sommet spatial à gravir. «C’est Mars qui intrigue tout le monde», constate Paul-Émile Legault. La planète rouge aurait-elle remplacé la Lune dans l’imaginaire collectif? Une chose est sure, l’esprit d’Apollo perdurera.

Une photo prise par Aldrin, l’une des rares où l’on voit Armstrong sur la surface de la Lune, car la plupart du temps il tenait lui-même l’appareil.

« Les humains ont commencé à ce moment-là à rêver plus grand. »
Michael Unger, responsable des programmes au Centre spatial H. R. MacMillan à Vancouver

Les portes de la science sont grandes ouvertes pendant une semaine au Canada. Du 16 au 22 septembre, écoles, bibliothèques, musées et universités du pays joignent leurs efforts pour nourrir la culture scientifique des Canadiens. Grand moment de sensibilisation, l’évènement repose sur la participation et l’engagement de milliers de férus des sciences d’un océan à l’autre.

L’idée est née en 2014 de la passion d’un jeune Torontois, Jesse Hildebrand, diplômé en écologie. «J’ai toujours eu une fascination pour la science. Quand j’étais petit, j’adorais David Attenborough et Steve Irwin. Je voulais faire en sorte que d’autres Canadiens puissent connaitre le même genre d’expériences.» Et le pari semble plutôt fonctionner avec plus de 850 activités dans 200 villes au pays l’an dernier.

Soirées d’astronomie, démonstrations de chimie, visites de laboratoires… Les centaines d’organismes participants ne manquent pas d’idées. À la bibliothèque publique de Fredericton, une vingtaine d’enfants suivent même un programme d’éducation scientifique en pyjamas. Un autre jour, ils construisent leur propre robot. «Nous avons plein d’activités amusantes, créatives et éducatives pour faire de l’instruction autour de la science», indique Rose Morton, aide-bibliothécaire.

Les activités se font en association avec tout un monde de passionnés : des organismes tels que Labos Créatifs et Science East dont le mandat est d’offrir des programmes gratuits aux plus jeunes, des agences gouvernementales comme Parcs Canada, ou des institutions comme l’Université de Fredericton. «C’est tellement important que les enfants aient la chance d’avoir accès à des activités de ce genre gratuitement, pour avoir les mêmes chances à l’école», relève l’accompagnatrice.

La vitalité des communautés de la francophonie en situation linguistique minoritaire ne fait pas l’ombre d’un doute, lorsqu’on voit la liste des manifestations francophones dans les provinces et territoires du Canada!

La vitalité des communautés de la francophonie en situation linguistique minoritaire ne fait pas l’ombre d’un doute, lorsqu’on voit la liste des manifestations francophones dans les provinces et territoires du Canada. Francopresse vous livre un calendrier des festivals et célébrations qui ont lieu d’un océan aux autres, en milieu francophone minoritaire.

C’est à la NCAA Pace University à Pleasantville, New York, qu’Isabelle Boudreau de Memramcook entreprendra ses études universitaires en Sciences de la santé, en septembre. Grâce à une bourse d’études, elle y pratiquera également son sport préféré : la balle-molle.

Après avoir étudié à l’école Yale Secondary High School, à Abbotsford en Colombie-Britannique, au cours de ses deux dernières années de son secondaire, Isabelle Boudreau se joint à cette prestigieuse université pour poursuivre ses rêves. «Lorsque j’étais en Colombie-Britannique, il y avait plusieurs dépisteurs de collèges américains lors de nos tournois dans plusieurs villes américaines et en Colombie-Britannique. J’espérais poursuivre mes études postsecondaires dans une institution américaine.» Aux États-Unis, précise-t-elle, la Division 1 offre plus de possibilités qu’au Canada, où il n’y a qu’une équipe de la Division 2.

Plus de 90 % des cancers de peau viennent des rayons ultraviolets (UV). Ils peuvent traverser les nuages, le brouillard et la brume, puis réfléchissent considérablement sur la neige et l’eau.

Ce sont 80 000 Canadiens qui sont diagnostiqués d’un cancer de la peau chaque année, révèle l’Association canadienne de dermatologie. Sur ces 80 000, 7200 ont le mélanome, l’un des cancers les plus dangereux, et 1200 en meurent.

La Liberté, Man. Anatasia Kelekis-Cholakis est maintenant doyenne du Collège de médecine dentaire, une faculté de l’Université de Manitoba. C’est la première femme nommée à ce poste. Quels sont ses objectifs ?

Anatasia Kelekis-Cholakis a officiellement pris le poste de doyenne du Collège de médecine dentaire, une faculté de l’Université de Manitoba, le 1er juillet. C’est la première femme nommée à ce poste. Pendant cinq ans, les principales missions de la nouvelle doyenne seront d’assurer la bonne qualité des cours, de faire avancer la recherche et d’impulser de nouvelles idées pour le Collège.