Buzz Aldrin se tient près du module lunaire Eagle.
Buzz Aldrin se tient près du module lunaire Eagle.

Cinquantenaire d’Apollo 11 : Une révolution dans l’histoire spatiale

Francopresse. Des premiers hommes dans l’espace à la fusée la plus puissante de l’histoire, les années 1960 resteront la décennie de tous les records spatiaux. Un véritable accomplissement qui bouleversera les générations futures.

Les années 1960 resteront la décennie de tous les records spatiaux. Premiers hommes dans l’espace, première aventure hors de l’orbite terrestre, fusée la plus puissante de l’histoire et, bien sûr, premiers pas sur la Lune un certain 20 juillet 1969. Un véritable accomplissement qui bouleverse l’époque, et les générations futures.

De gauche à droite - Neil A. Armstrong, commandant, Michael Collins, pilote du module de commande et Edwin E. Aldrin Jr., pilote du module lunaire

La télévision en couleurs débarquait tout juste, les ordinateurs étaient bien moins intelligents que les téléphones actuels et, pourtant, le pari a été emporté : les hommes ont marché sur la Lune, il y a exactement 50 ans. «C’était un exploit, commente Robert Lamontagne, astrophysicien au Centre de recherche en astrophysique du Québec. On a fait ça à une époque où tout était à inventer.»

À commencer par une fusée capable de propulser vers l’espace plus de 3000 tonnes. Saturn V, avec ses 111 mètres de hauteur, reste la fusée la plus puissante jamais créée. «Par la suite, les fusées n’ont plus eu besoin d’être aussi puissantes, nous sommes devenus plus efficaces avec le carburant», précise Michael Unger, responsable des programmes au Centre spatial H. R. MacMillan à Vancouver.

Eagle en orbite lunaire photographié par Columbia

Une prouesse technique

Il fallait aussi inventer les lanceurs et les cabines pour accueillir l’équipage, imaginer la connexion de deux vaisseaux dans l’espace, développer les scaphandres pour marcher sur la Lune et confectionner l’ordinateur de bord… «Dans les années 1960, un ordinateur occupe une pièce au complet, c’est gros, ça chauffe et c’est lourd», rappelle Robert Lamontagne. La NASA développe donc le premier ordinateur de bord, petit et compact pour l’époque, pesant tout de même 32 kilos, «l’ancêtre de nos ordinateurs et autres gadgets électroniques».

La miniaturisation des appareils est l’aspect le plus fascinant pour Paul-Émile Legault, directeur du Planétarium Doran à l’Université Laurentienne : «Ça a tout changé. On a réduit la taille de l’ordinateur d’une pièce à une valise», illustre-t-il. En outre, de nombreux outils et matériaux révolutionnaires sont inventés, parmi lesquels la chaussure lunaire qui donnera naissance aux chaussures de sport telles qu’on les connait aujourd’hui, des combinaisons ignifuges et légères utilisées plus tard par les pompiers, une version miniature du défibrillateur actuel, les premiers panneaux solaires, l’aspirateur sans fil et bien d’autres encore.

Le module de commande Columbia flotte dans l’océan Pacifique, secouru par les plongeurs de la Navy américaine
Le Planétarium Doran accueillera les écoles du Nord de l’Ontario en octobre pour observer le lieu d’alunissage d’Apollo 11.
Le Planétarium Doran accueillera les écoles du Nord de l’Ontario en octobre pour observer le lieu d’alunissage d’Apollo 11.

De grands apports scientifiques

Certes, en pleine guerre froide entre les États-Unis et l’URSS, les sciences ne sont pas le moteur premier de la conquête lunaire. «On est allés sur la Lune pour les mauvaises raisons, estime Robert Lamontagne. C’était avant tout pour gagner la course spatiale, pour une dimension politique, un prestige national.» Malgré tout, les sciences prennent une place croissante au cours des missions successives d’Apollo.

Au total, 382 kilos de roche lunaire sont rapportés entre 1969 et 1972. Leur analyse est à l’origine de l’une des découvertes les plus importantes de l’astronomie : la Terre et la Lune ne formaient un jour qu’un seul et même astre. La Lune serait née d’une collision cataclysmique entre un objet céleste et la Terre il y a plus de 4,4 milliards d’années.

Début 2019, les scientifiques analysent un morceau issu de la mission Apollo 14 en 1971, conservé intact jusque-là. Ils remarquent à l’intérieur une incrustation d’un morceau de roche provenant de la Terre. «Cela montre qu’il y a eu des interactions, détaille l’astrophysicien. Lorsque la Terre se fait percuter par un objet de grande taille, comme l’astéroïde qui a éliminé les dinosaures, une partie de la croute terrestre est projetée dans les airs et certains de ces morceaux ont la vitesse nécessaire pour atteindre la Lune.» Ces roches, véritables météorites d’origine terrestre, sont presque introuvables sur Terre. Vieilles de plusieurs milliards d’années, elles contiennent des informations précieuses pour expliquer l’apparition de la vie sur Terre.

Michael Unger, à côté de la combinaison spatiale de Michael Collins.
Paul-Émile Legault, directeur du Planétarium Doran

En outre, plusieurs appareils de mesure ont été laissés sur la Lune. Des sismomètres ont permis de découvrir qu’elle rétrécissait et tremblait. Des capteurs de vent solaire ont été posés ainsi que des miroirs rétroréflecteurs qui renvoient les faisceaux lumineux envoyés depuis la Terre pour mesurer, au centimètre près, la distance Terre-Lune.

Ces outils ont notamment permis de se rendre compte que la Lune s’éloignait de la Terre à mesure de 4 centimètres par an. Il y a 4,5 milliards d’années, elle était donc 16 fois plus proche de notre planète, fait remarquer Robert Lamontagne. «Parler de super Lune à cette époque, c’était vrai», ironise-t-il.

Plus important encore, le satellite aurait joué un rôle dans l’apparition de la vie sur Terre. Avec une action gravitationnelle bien plus importante, les marées, dont la Lune est responsable, constituaient de véritables tsunamis, érodant les continents et enrichissant les océans en minéraux et composés chimiques essentiels aux organismes.

Robert Lamontagne, astrophysicien au Centre de recherche en astrophysique du Québec

Une inspiration pour le monde

Les années 1960 sont occupées par la course à l’espace entre Américains et Soviétiques. Le projet de conquête lunaire captive alors le monde : «C’était inspirant, tous les petits garçons de mon âge voulaient être astronautes. Ça a changé la vie de nombreux jeunes. Je suis devenu astronome et astrophysicien à cause des missions Apollo», confie Robert Lamontagne, qui a eu plus tard la chance de rencontrer l’un des douze moonwalkers.

Les carrières scientifiques connaissent alors un bel engouement. Déjà présent au Planétarium Doran de l’Université Laurentienne, Paul-Émile Legault a constaté l’intérêt pour l’univers des étoiles. «Ça a piqué l’intérêt du monde, il y avait beaucoup plus de visiteurs que d’ordinaire du temps des missions Apollo», témoigne-t-il.

Les premiers pas sur la Lune marquent les débuts de la conquête spatiale. Pour la première fois, des humains atteignent un autre monde dans le cosmos, quittant leur berceau originel. «C’est un accomplissement d’atteindre un lieu comme la Lune, considérée comme un phare pour l’humanité depuis qu’elle a commencé à lever les yeux», observe Michael Unger.

Un morceau de roche lunaire conservé au Centre spatial de Vancouver

Un moment charnière

L’impact est énorme dans le domaine des arts, notamment pour la science-fiction qui passe de fantaisie à réalité future. Georges Lucas, Steven Spielberg, Isaac Asimov… «Les humains ont commencé à ce moment-là à rêver plus grand», rapporte Michael Unger. En pleine période de contestation de la guerre du Vietnam, cette réussite tombe à pic et redonne foi en l’humanité.

Ce premier alunissage attise aussi l’esprit de conquête de jeunes rêveurs, futurs entrepreneurs accomplis : les Richard Branson, Steve Jobs, Bill Gates et autres Elon Musk plus tard. «Ça a inspiré les générations suivantes», résume le passionné.

Cinquante ans plus tard, la Lune fascine moins, détrônée de son rang de sommet spatial à gravir. «C’est Mars qui intrigue tout le monde», constate Paul-Émile Legault. La planète rouge aurait-elle remplacé la Lune dans l’imaginaire collectif? Une chose est sure, l’esprit d’Apollo perdurera.

Une photo prise par Aldrin, l’une des rares où l’on voit Armstrong sur la surface de la Lune, car la plupart du temps il tenait lui-même l’appareil.

« Les humains ont commencé à ce moment-là à rêver plus grand. »
Michael Unger, responsable des programmes au Centre spatial H. R. MacMillan à Vancouver
Histoire des Noirs

FRANCOPRESSE – En ce mois de l’histoire des Noirs, l’auteur de l’ouvrage L’Histoire oubliée de la contribution des esclaves et soldats noirs à l’édification du Canada (1604-1945)  aux Éditions Afrikana, a répondu aux questions de Francopresse. Le Dr Amadou Ba éclaircit en ces pages des chapitres négligés de l’histoire du pays. Chargé de cours à la Nipissing University de North Bay et à l’Université Laurentienne de Sudbury, ce passionné d’histoire africaine souhaite ainsi contribuer à réconcilier les Canadiens et Canadiennes avec leur passé.
Entrevue

FRANCOPRESSE – La Fédération culturelle canadienne-française, qui regroupe 22 associations artistiques et culturelles de l’extérieur du Québec, défend de plus en plus activement le besoin pour le Canada de se doter d’une politique culturelle nationale. Cette politique prendrait la forme d’un «Cadre national d’action pour la culture». La FCCF s’est associée avec plus de 40 organismes artistiques et culturels, tant francophones, anglophones, qu’autochtones, pour créer une large coalition afin de convaincre le gouvernement fédéral d’aller de l’avant avec ce projet ambitieux, dont découlent aussi plusieurs autres priorités de la Fédération.

L’EXPRESS (Ontario) – Connaissez-vous le fondateur de la ville de Québec et de la Nouvelle-France au début du 17e siècle : Samuel de Champlain? Chez nous, la réponse est plus souvent oui. Champlain est un héros, l’un des personnages les plus illustres de l’histoire du Canada. En France, la réponse est non. Champlain y est plutôt un illustre inconnu.
Nord canadien

AURORE BORÉALE (Yukon) – Le geste vif et le regard clair, la jeune quinquagénaire Alice Cyr avoue ne jamais se lasser de raconter l’histoire de la famille de son défunt époux. Une histoire tissée d’aventure et d’amour ancrée dans la grande Ruée vers l’or yukonaise à tout jamais intégrée à son récit de vie personnel.
Entrevue

FRANCOPRESSE – L’année 2020 marque le tricentenaire de l’arrivée des premiers colons français à l’Île-du-Prince-Édouard, connue à l’époque sous le nom de l’Isle Saint-Jean. L’historien Georges Arsenault tient à souligner le début de la présence francophone dans la province. L’auteur de l’ouvrage Histoire illustrée de l’Acadie de l’Île-du-Prince-Édouard  aux éditions La Grande Marée en 2019 nous offre un survol de ces premières années de présence acadienne et française dans l’Ile.
Ontario

FRANCOPRESSE – En 1990, il y a encore les Nordiques à Québec. La Cour suprême vient tout juste de donner raison à des parents francophones de l’Ile-du-Prince-Édouard qui souhaitaient avoir leurs propres écoles et déclare inconstitutionnel l’Official Language Act du Manitoba. Mais en ce premier mois de l’année, le 30 plus précisément, alors qu’on négocie le fameux accord du lac Meech, la ville de Sault-Sainte-Marie fait parler d’elle.

Kim Pasche a un parcours atypique. Déjà dans son enfance en Suisse, son attirance vers les matériaux bruts le pousse à questionner son entourage sur l’origine des objets les plus anodins du quotidien : «J’ai toujours eu cette curiosité de connaitre un cran plus loin l’origine des objets.» Après avoir obtenu son baccalauréat (l’équivalent de la 12e année), il décide de faire son propre compagnonnage afin de recevoir les savoirs et les savoir-faire liés aux métiers de la pierre, du bois, du métal ou encore du cuir.

Gérard Dubé a passé une grande partie de sa vie à militer pour la préservation de l’environnement. Originaire de La Broquerie au Manitoba, il est d’ailleurs un pionnier dans le secteur du compostage. Il a travaillé à développer et à promouvoir le compostage comme un moyen de concilier la productivité agricole et le respect de la nature.

Dans le nord de l’Ontario, nombreux sont les trappeurs qui adoptent un passetemps qui évoque le travail des premiers peuples et l’arrivée des Européens dans le Nouveau Monde. La récolte des fourrures demeure cependant bénéfique à plusieurs chapitres, dans le contexte actuel. Ces entrepreneurs de la forêt, œuvrant dans une région immense et peu densément peuplée, jouent un rôle important dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes et de la circulation de biens dans l’ensemble du pays.

À quelques kilomètres de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, Mike Mitchell et Craig Scott perpétuent une tradition autochtone en produisant du sirop de bouleau. Un simple prétexte pour jouir de la nature, mais n’empêche, il y a là une expertise qui se développe.

Au cœur de la vallée de l’Okanagan, Andréa McFadden diffuse des parfums de lavande, de rose, de menthe, de calendula ou encore de camomille. Installée depuis longtemps dans la région, la famille McFadden perpétue un savoir-faire ancestral : celui de la distillation d’huiles essentielles.

Yvette Michelin nourrit une passion pour le fléché qui va au-delà de la période des carnavals. Spécialiste incontournable du fléché, elle l’enseigne aux adultes et donne des ateliers aux enfants. Et si c’était sa façon à elle de perpétuer un savoir-faire digne de la persévérance et de la ténacité de ces francophones qui ont fait l’Amérique?

Le hookage trouverait ses origines à Terre-Neuve, où des pêcheurs fabriquaient des tapis pour mettre au fond des bateaux et aux fenêtres. Cet artisanat est devenu un passe-temps des femmes de l’Atlantique : de la toile de jute sur un cadre de bois, des bandes de tissus découpées dans de vieux vêtements, des brins de laine récupérée, un crochet et voilà de quoi faire un tapis qui ajoutera un peu de confort à la maison, l’hiver.

Les portes de la science sont grandes ouvertes pendant une semaine au Canada. Du 16 au 22 septembre, écoles, bibliothèques, musées et universités du pays joignent leurs efforts pour nourrir la culture scientifique des Canadiens. Grand moment de sensibilisation, l’évènement repose sur la participation et l’engagement de milliers de férus des sciences d’un océan à l’autre.
Festivités francos

La vitalité des communautés de la francophonie en situation linguistique minoritaire ne fait pas l’ombre d’un doute, lorsqu’on voit la liste des manifestations francophones dans les provinces et territoires du Canada!