Recensement : qui est francophone, qui ne l’est pas?

Frederic Bérard
Dénombrement des francophones : Les périls du recensement

Qui est francophone ? Qui a le français comme langue maternelle ? Qui parle le français à la maison ? Toutes ces questions renvoient à des variables différentes mesurées par Statistique Canada. Si les données du recensement sont riches, les conclusions n’en sont pas moins complexes, voire ambiguës. Problématique sociologique mais aussi politique, le flou du dénombrement peut nuire aux communautés francophones en situation minoritaire.

Diagramme sur la démographie francophone dans les Amériques
Dénombrement des francophones au Canada : Qui dit vrai ?

La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) parle dorénavant de 2,7 millions de personnes qui ont choisi le français dans neuf provinces et trois territoires. Le Centre de la francophonie des Amériques avance dans son site que près de 23 % de francophones composent le Canada. À travers tout ça, les chiffres du dernier recensement de 2016 de Statistique Canada nous montrent que 950 000 personnes hors Québec affirment avoir le français comme langue maternelle. Est-ce qu’on fait vraiment dire tout et n’importe quoi aux colonnes de chiffres en matière de francophonie canadienne ? La question est probablement plus complexe.

Données du recensement: Des chiffres et des âmes…

Grand-Pré, Nouvelle-Écosse. C’est là que tout a commencé, dit la chanson. J’y suis, derrière la chapelle évocatrice du drame que les Acadiens ont vécu en septembre 1755. D’ici, on contemple la baie de Fundy empruntée par Samuel de Champlain en 1605, l’année où tout a commencé, pour continuer bien au-delà de l’Acadie, pour atteindre les confins de notre continent.

Article 23 et recensement L’éducation en français : une demande sous-estimée

Depuis plusieurs années, divers organismes francophones à travers le pays pointent du doigt une irrégularité dans la partie du questionnaire portant sur les langues établi par Statistique Canada pour le recensement de la population au Canada. Selon eux, les deux questions qui manquent permettraient aux divisions scolaires francophones de mieux mesurer le potentiel des ayants droit à l’éducation en français. Au cœur de ce débat : l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, qui concerne le droit à l’instruction dans une langue minoritaire. Pourquoi est-ce important? Décryptage avec Mark Power, avocat spécialisé en droits linguistiques.

Recensement 2016: Le vieillissement s’accélère-t-il en milieu minoritaire ?

Jean-Pierre Dubé (Francopresse) – Les organismes francophones n’ont pas réagi à la publication le 3 mai de données de 2016 sur l’âge des Canadiens. Pourtant, le portrait que dégage Statistique Canada confirme deux tendances ayant un impact majeur sur les communautés minoritaires, grugées aux deux bouts par la dénatalité et le vieillissement.