Dans nos journaux

Le plant d’eau de Hearst

Depuis le scandale de Walkerton en 2000 où une épidémie d’Escherichia coli a provoqué diverses maladies et même des morts dans cette communauté ontarienne de presque 5000 personnes, l’Ontario a mis en place une régulation et des contrôles stricts en matière de formation du personnel, d’équipements et de surveillance des processus de traitement d’eau potable. Ce sont même les plus stricts au Canada, d’après Denis Dolbec, le gestionnaire d’exploitation de l’Agence ontarienne des eaux, à qui la ville de Hearst sous-traite la gestion de l’usine de traitement de l’eau potable.