Le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa, Eugene Melnyk.
Le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa, Eugene Melnyk.

Un nouveau vieux logo pour les Sénateurs

Marc Brassard
Le Droit
LE DROIT (Ontario) – Les Sénateurs d’Ottawa ont confirmé ce qui était un secret de polichinelle dans la capitale nationale : lorsqu’ils sauteront à nouveau sur la glace, ils auront de nouveaux uniformes et un nouveau logo.

Ce dernier a été présenté officiellement vendredi et en fait, il n’est pas vraiment nouveau puisque l’équipe revient à son logo original en deux dimensions, utilisé à partir de son retour dans la Ligue nationale de hockey en 1992, puis modifié légèrement en 1997 et conservé jusqu’en 2007, quand une version modernisée avait été adoptée.

Les dirigeants des Sénateurs ont affirmé dans le communiqué de presse pour annoncer la nouvelle que ce changement est en réponse aux souhaits des partisans de l’équipe, des partenaires et même des joueurs, qui ont endossé des chandails des premières années de la franchise en 2017 dans le cadre des festivités entourant le 25e anniversaire de la franchise.

«Le temps est venu pour les Sénateurs de revenir à nos racines, a déclaré le propriétaire Eugene Melnyk. Les partisans de ce grand club ont des attentes élevées.»


« Nous avons entendu nos partisans, nos partenaires et nos joueurs et nous les avons écoutés. Il est temps de revenir à notre héritage, mais avec une nouvelle approche audacieuse. Les Sénateurs possèdent une riche histoire au sein de notre communauté et nous sommes prêts à entreprendre le prochain chapitre. »
Eugene Melnyk, propriétaire des Sénateurs

Même si des détaillants locaux de compagnies comme Canadian Tire et Giant Tiger vendent déjà des chandails blancs et noirs affichant le nouveau logo, leur présentation officielle se fera le 6 octobre dans le cadre du repêchage de la LNH qui sera tenu de façon virtuelle.

La principale différence entre le logo original et la nouvelle version est que les mots «Ottawa Senators» ne se retrouvent pas sur le demi-cercle où on voit le soldat romain en deux dimensions. Il y a d’autres modifications mineures.

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Droit