Simon Gauthier, le regard déterminé pendant les qualifications aux Mondiaux juniors de biathlon à Québec.
Simon Gauthier, le regard déterminé pendant les qualifications aux Mondiaux juniors de biathlon à Québec.

Un Franco-Albertain a participé aux Mondiaux juniors de biathlon

Gabrielle Beaupré
Le Franco
LE FRANCO (Alberta) – Représenter le Canada sur la scène internationale était un rêve de jeunesse de ce Calgarien. Ce rêve, Simon Gauthier l’a réalisé récemment lorsqu’il a pris part aux Championnats du monde juniors de biathlon à Obertilliach, en Autriche.

Simon Gauthier se dit très satisfait de ses performances et de s’être qualifié pour ces Championnats du monde sous la sélection canadienne. Le biathlète de 18 ans a obtenu une 70e place à l’épreuve individuelle, une 63e position au sprint et a terminé 16e au relai avec l’équipe canadienne.

Mais peu importe, il fera mieux la prochaine fois. «Ce que je retiens, vraiment, c’est que je suis fier de ce que j’ai accompli. Dans les prochaines années, j’espère y retourner et je vais pouvoir me baser sur cette expérience pour avoir de meilleurs résultats», souligne-t-il.

Simon Gauthier recharge son fusil pendant l’épreuve de tir lors de la Coupe Calforex de biathlon, à Canmore.

Une déception effacée par un apprentissage

Pour l’épreuve individuelle, Simon est satisfait de sa 70e position. «J’étais heureux d’y être et d’avoir fait de mon mieux.» Pour le sprint, il a terminé à la 63e position. Même s’il a conscience de l’amélioration de son résultat, il ne peut cacher une certaine déception.

Cette course était en fait une épreuve de qualification pour la poursuite qui rassemblait les 60 meilleurs biathlètes. «Si j’avais été 8 secondes plus rapide, 8 petites secondes, j’aurais été 60e et j’aurais fait partie de cette course», indique-t-il.

Simon a assisté à l’épreuve de poursuite en tant que spectateur. Regarder la course aux premières loges a été pour lui un grand apprentissage. Lorsqu’il prend part aux épreuves, il reste dans sa bulle et il ne porte pas attention aux autres participants.

«J’ai vu comment ils skiaient et comment ils tiraient. Je me suis dit “Oh oui! C’est ça que je dois faire pour être parmi les meilleurs.”»

Protocoles Covid-19

En raison de la crise sanitaire, Simon Gauthier pensait que ces Mondiaux juniors de biathlon allaient être annulés, mais Biathlon Canada ainsi que l’Union internationale de biathlon (IBU) ont instauré des protocoles pour permettre la tenue de l’évènement.

Pour se rendre à l’évènement sportif, le biathlète comme le reste de l’Équipe Canada ont dû se confiner une semaine avant le départ et présenter un test de COVID-19 négatif à l’aéroport. De plus, il devaient avoir en leur possession des lettres d’autorisation du gouvernement canadien les autorisant à voyager et à revenir au pays.

Consultez le site du journal Le Franco

Ils ont aussi obtenu une lettre du gouvernement allemand leur autorisant un transfert d’avion sans faire de quarantaine.

Il ajoute que le masque de type médical N95 était obligatoire sauf pour les courses. La distanciation de deux mètres était obligatoire pour tous, sauf pour les personnes partageant la même bulle que lui. «Je partageais un petit appartement avec trois autres coéquipiers de mon groupe d’âge. Avec eux, on formait une bulle.»

Simon Gauthier [à gauche] est avec ses coéquipiers d’Équipe Canada pendant le Championnat du monde junior de biathlon.

Un début de passion laborieux

Simon a commencé le ski de fond lorsqu’il avait 4 ans. «Petit, je faisais du ski de fond avec mes parents tout le temps. J’aimais ça, sauf quand il faisait trop froid.» À l’âge de 9 ans, ses parents lui ont proposé d’essayer le biathlon puisque le club de biathlon offrait une journée d’essai.

«Je leur ai dit : “Ben oui! Ça a l’air cool de tirer au fusil.”» En rigolant, il se rappelle n’avoir pas eu de coup de foudre à sa première journée. Impossible de réussir à tirer une seule cible! Il a alors dit à ses parents ne pas avoir aimé son expérience, qu’il se trouvait mauvais et qu’il ne voulait plus jamais recommencer.

«Mes parents m’ont dit d’essayer une autre journée, alors j’ai essayé une autre journée. J’ai peut-être touché cinq cibles. Je me suis dit : “OK, ce n’est pas si pire. Je vais essayer une autre journée.”»

Une, deux, puis trois journées. Finalement, d’année en année, le biathlon est devenu son sport de prédilection. L’enfant de l’époque n’aurait jamais imaginé représenter le Canada dans cette discipline un jour.

Au mois de décembre prochain, le biathlète portera de nouveau le maillot à la feuille d’érable, ainsi que celui de l’Université de Laval aux Jeux universitaires mondiaux.