L’entraineur-chef originaire de Hawkesbury, Bob Hartley, a mené son équipe, l’Avangard d’Omsk, aux grands honneurs en remportant la Coupe Gagarine à la fin avril.
L’entraineur-chef originaire de Hawkesbury, Bob Hartley, a mené son équipe, l’Avangard d’Omsk, aux grands honneurs en remportant la Coupe Gagarine à la fin avril.

L’entraîneur franco-ontarien Bob Hartley au sommet du hockey russe

Francis Legault
Le Régional
LE RÉGIONAL (Hawkesbury) – L’entraineur-chef originaire de Hawkesbury, Bob Hartley, a mené son équipe, l’Avangard d’Omsk, aux grands honneurs en remportant la Coupe Gagarine à la fin avril, symbole de la suprématie de la Ligue continentale de hockey (KHL).

Après la Coupe Bogart en deux occasions (Ligue centrale de hockey junior A), la Coupe du Président (Ligue de hockey junior majeur du Québec), la Coupe Calder (Ligue américaine de hockey), la Coupe Stanley (Ligue nationale de hockey) et le Championnat de la Ligue nationale A suisse, Bob Hartley ajoute la Coupe Gagarine à son palmarès alors que l’Avangard d’Omsk a remporté son premier championnat dans la KHL.

L’équipe a vaincu le CSKA Moscou 1 à 0 dans le sixième match de la série finale, remportée 4 à 2 par Omsk.

Il s’agit d’un juste retour des choses pour Omsk alors que la formation avait été balayée lors de la finale de la saison 2018-2019, la première pour Hartley derrière le banc de l’équipe, face à ce même club moscovite.

Ironiquement, l’Avangard vient de disputer ses deux dernières saisons à Balashikha, en banlieue de Moscou et à plus de 2200 kilomètres d’Omsk puisque l’aréna de l’équipe, datant de 2007 seulement, avait d’importants problèmes structurels le rendant dangereux. Un nouvel amphithéâtre est en cours de construction.

Ils ont cependant été des milliers à accueillir l’équipe le 29 avril dernier lorsque celle-ci a tenu une célébration à Omsk avec ses partisans. Le lendemain, de retour à Moscou, Hartley se faisait photographier avec la coupe devant la célèbre cathédrale Basile-le-Bienheureux.


« Ce n’est que ce matin que j’ai réalisé que l’on était champions de la KHL, a admis l’entraineur en entrevue avec RDS. Le CSKA Moscou, ce sont les Yankees de New York ou le Canadien de Montréal des années 70 au hockey russe. »
Bob Hartley, entraineur-chef originaire de Hawkesbury, l’Avangard d’Omsk

Il poursuit : «Quand on a gagné le premier match de la finale 4 à 1, j’avais défié mes joueurs. C’est une équipe que j’aime et dont je vais me souvenir pour le restant de mes jours. C’est incroyable ce qu’ils m’ont fait vivre.»

Consultez le site du Régional 

Pas de retour au pays tout de suite

Ce n’est pas tout de suite que les gens de Hawkesbury pourront revoir Bob Hartley dans la région : celui-ci est déjà de retour au boulot puisqu’il est aussi l’entraineur-chef de l’équipe nationale de hockey de la Lettonie.

Il est déjà à Riga, capitale du pays, en prévision du Championnat du monde de la Fédération internationale de hockey sur glace qui doit justement avoir lieu dans cette ville à partir du 21 mai prochain.

Et pour ceux qui voudraient voir Hartley, 60 ans, devenir le prochain pilote du Canadien de Montréal, cela ne semble pas faire partie de ses plans immédiats, surtout que l’actuel entraineur de l’équipe, Dominique Ducharme, est très proche de sa famille.

Avec encore un an de contrat à faire à Omsk, Hartley ne devrait pas être de retour en Amérique du Nord l’an prochain.

«Dominique, c’est mon deuxième p’tit gars, a-t-il déclaré en entrevue à La Presse. Je suis allé le chercher pour jouer à Hawkesbury avec moi (NDLR Lors de la saison 1990-1991, année de la dernière Coupe Bogart de Hartley). Je l’ai mis en pension chez mon voisin. Je faisais une patinoire extérieure pour Steve et Christine, mes deux enfants, et il venait jouer au hockey en bottines avec Steve, qui avait 5 ans, et moi.»

Ducharme aurait fait appel à Hartley au temps où il était entraineur-chef de L’Action de Joliette, dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec, et que l’équipe participait à la finale nationale de la Coupe RBC. Et le fils de Bob, Steve, a été adjoint à Ducharme au niveau de la LHJMQ.

Avec encore un an de contrat à faire à Omsk, Hartley ne devrait pas être de retour en Amérique du Nord l’an prochain, à moins d’un miracle. Mais les gens de Hawkesbury peuvent quand même espérer revoir le fils du pays faire un saut dans la région avant la prochaine saison. Qui sait s’il n’apportera pas la Coupe Gagarine avec lui?