Le disque golf, un sport qui cherche à attirer des adeptes

Normand A. Léger
Initiative de journalisme local — APF — Atlantique
Plusieurs nouveaux sports ou activités qui ont vu le jour au fil des ans ont su attirer l’attention d’un petit groupe de gens dès le départ pour ensuite prendre de l’ampleur partout dans le monde. Le disque golf est l’une de ces activités qui se pratique de plus en plus dans la région, les adeptes ayant accès à de beaux terrains à Dieppe, Hillsborough et Sackville.

Le concept de ce sport est comparable au golf, mais il se pratique avec des disques similaires à des frisbees — quoique plus petits et plus lourds — qu’on lance vers des paniers munis de chaines en suspension, au lieu d’un trou sur un vert. C’est un sport accessible et abordable pour tout le monde et on peut s’y adonner 12 mois par année. 

Ce sport a connu ses débuts dans les Maritimes en 2008 et compte maintenant plus de 1 000 adeptes dans les trois provinces. Il est très populaire en Europe, aux États-Unis ainsi que dans l’Ouest canadien. 

L’Association de disque golf des Maritimes et la communauté de Bonshaw, à l’Île-du-Prince-Édouard, sont les hôtes des championnats canadiens depuis les trois dernières années, ce qui attire des adeptes amateurs et professionnels de partout dans monde. Le parcours Hillscrest Farms de Bonshaw est classé parmi les trois meilleurs terrains au monde.

Le terrain de Dieppe, situé dans le secteur Lakeburn, est un petit bijou de parcours avec un énorme potentiel. Conçu et établi par Benjamin Smith de l’Association de disque golf des Maritimes en 2018, il compte 18 trous qui sillonnent les boisées et espaces ouvertes dans la cour arrière du Club garçons et filles. 

Le parcours a beaucoup évolué et maturé grâce à son groupe de bénévoles ainsi qu’au dévouement de ses membres qui, cette année, sont au nombre de 100. Le terrain est prêt à passer à la phase deux, soit la modification de quelques trous, l’entretien de certaines surfaces de départ, ainsi que des modifications au niveau du drainage. 

Dieppe pourra ensuite profiter de sa situation géographique pour devenir l’un des points d’ancrage pour le sport dans la province, selon Luc Richard, un adepte.

Isabelle Morris au départ d’un trou.

Un sport pour les jeunes et les moins jeunes

Les membres de Disc Golf Dieppe sont très diversifiés. On y retrouve par exemple Pierre Landry et sa conjointe Isabelle Morris, tous deux des anciens athlètes à l’Université de Moncton et mordus du sport. Il y a également des adolescents de l’école Mathieu-Martin qui formeront la relève comme Philippe Giard (17 ans), Mitchell Doucet (17 ans) et Antoni Richard (14 ans). Le fils de Nicholas Martin, Jacob (7 ans), pratique le sport en famille depuis les deux dernières années.

Jacob adore les marches en plein air tout en se mesurant aux adultes. Son père est l’un des meilleurs joueurs de son groupe. Il a terminé parmi les trois meilleurs amateurs aux championnats canadiens l’an dernier et accèdera au tableau des professionnels cette année. Il aura la chance de se mesurer contre les meilleurs au monde, dont le Canadien Thomas Gilbert. Il espère que les championnats canadiens pourront avoir lieu en septembre comme prévu. 

Nicholas Martin joue depuis trois ans au disque golf. «J’étais un golfeur sérieux quand j’étais plus jeune et le disque golf est venu me chercher, raconte-t-il. C’est un sport que j’aime beaucoup, qui est moins dispendieux que le golf et je peux jouer avec mon jeune garçon de 7 ans et demi. Je suis ici presque tous les jours pour jouer.»

Il possède plusieurs disques qu’il utilise selon les conditions et la distance qui le sépare du panier. «Ils sont tous différents avec un poids différent ; certains vont vers la droite et d’autres vers la gauche. Tout dépend du vent et tous font différentes choses», raconte le joueur.

On joue un «18 trous» comme au terrain de golf avec un nombre de lancers selon la distance du panier du départ. Il y a une normale à chaque trou comme au golf et on compte. «Je me suis aperçu que je pouvais bien tirer et j’ai commencé à jouer dans des tournois. J’en ai gagné et cela m’a motivé. J’ai beaucoup d’intérêt et j’aime la compétition», ajoute Nicholas Martin.

Nicholas Martin et son fils Jacob.  

En amélioration constante

Antoni Richard, 14 ans de Dieppe, est un joueur de hockey, de basketball et maintenant de disque golf. «On est venu ici pour le plaisir et j’ai aimé cela, dit-il. Je ne joue que depuis huit semaines, mais j’ai vite pris le tour. Je jouais au golf et j’ai décidé d’essayer ceci et j’ai eu bien du plaisir. Je joue maintenant moins au golf et plus au disque golf. Ma première fois a été plus difficile, mais je m’y suis habitué et cela va mieux. Le putting est encore difficile. J’ai 13 disques dans ma collection et je les connais assez bien. Je vais continuer à jouer.»

Isabelle Morris, une ancienne athlète universitaire, est une adepte depuis un an et demi. «Ce sport est moins intense que l’autre, je viens ici pour relaxer et avoir du plaisir, souligne-t-elle. J’aime passer du temps dans la nature et prendre mon temps. Mon ami Pierre (Landry) m’a initiée et je continue.»

Elle dit s’améliorer constamment et en profite de plus en plus. «C’est gratuit et je peux y venir à n’importe quelle heure. C’est un bon exercice et du fun à jouer. Il faut prendre le temps de maitriser la technique. Je réussis assez bien à lancer du coup droit, mais mon revers laisse à désirer. Je suis plus motivée à jouer. Il faut environ une heure pour compléter les 18 trous, tout dépend si tu ne visites pas souvent les bois.»

Les personnes intéressées à essayer le sport ou à développer un parcours peuvent visiter la page Facebook de Disc golf Dieppe ou celle de l’Association de disque golf des Maritimes.