La présidente du comité et conseillère du quartier cinq, Michelle Boileau, croit que les statistiques seront utiles dans la prise de décisions futures.
La présidente du comité et conseillère du quartier cinq, Michelle Boileau, croit que les statistiques seront utiles dans la prise de décisions futures.

Une ville de l’Ontario collecte des données pour améliorer les services en français

Éric Boutilier
Le Voyageur
LE VOYAGEUR (Ontario) – La Ville de Timmins, dans le Nord de l’Ontario, souhaite augmenter et améliorer la qualité de ses services en français. Pour atteindre cet objectif, elle compte recueillir des données sur l’usage de la langue lors d’entretiens avec la population. Un rapport trimestriel sera publié, de façon à comprendre où est la demande et quels sont les besoins. Une initiative qui pourrait inspirer ailleurs à travers le pays?

Les francophones de la ville de 42 000 habitants représentent un peu plus de la moitié du poids démographique municipal. En revanche, certains ont toujours de la difficulté à obtenir un service dans la langue de leur choix.

Le Comité de liaison francophone de la Ville de Timmins a entre autres pour mission de faire des recommandations aux élus municipaux. La présidente du comité et conseillère du quartier cinq, Michelle Boileau, croit que les statistiques seront utiles dans la prise de décisions futures.

«Au sein de la Corporation de la Ville, on est toujours en train de faire une évaluation continue de chaque département. En ayant des statistiques par rapport à la langue demandée ou même utilisée, on pourrait s’assurer qu’on ait les capacités de servir les résidents dans la langue demandée», fait-elle valoir.

«Tous les postes à Service Timmins doivent être bilingues et on est déjà en mesure de servir les personnes en français ou en anglais. C’est une fois qu’ils font l’aiguillage vers un autre département de la ville qu’on n’a pas nécessairement cette capacité de desservir en français», explique-t-elle.

Consultez le site du journal Le Voyageur