Le shérif adjoint Oscar Masimengo a désinfecté une bible avant de la remettre à un témoin fictif, mardi lors d’une simulation de procès au Palais de justice de Moncton.
Le shérif adjoint Oscar Masimengo a désinfecté une bible avant de la remettre à un témoin fictif, mardi lors d’une simulation de procès au Palais de justice de Moncton.

Un procès malgré la COVID-19 : «Je vais demander au shérif de nettoyer la bible»

Pascal Raiche-Nogue
Acadie Nouvelle
ACADIE NOUVELLE (Moncton) – Un procès pas comme les autres a eu lieu mardi à Moncton. De vrais avocats ont croisé le fer devant un vrai juge de la Cour du Banc de la Reine. Mais les faits allégués et les témoins étaient on ne peut plus fictifs.

On pourrait entendre tomber une aiguille dans le palais de justice de Moncton, mardi en début d’après-midi. Dans le hall d’entrée, les deux shérifs ont l’air de trouver le temps long.

Dans la salle 15, au quatrième étage, ça bouge pas mal plus.

Les avocats André G. Richard et Philippe J. Eddie, deux grosses pointures de la région, s’apprêtent à poser des questions à un témoin.

Devant eux, assise dans la première rangée de bancs de la salle d’audience, se trouve la juge en chef de la Cour du Banc de la Reine. Assise sur un «X» de ruban adhésif, le menton dans la paume de sa main, elle suit l’action de près.

Gus Driver — un chauffeur d’autobus de Covid Transpo impliqué dans un accident de la route en aout 2017 à Covid City — se lève et se dirige vers le box des témoins.

Le juge Robert Dysart s’adresse à lui et l’avise que le box vient d’être désinfecté.

«Voulez-vous prêter serment sur un livre saint ou sur l’honneur, Monsieur Driver», lui demande-t-il.

Le témoin choisit de le faire en mettant sa main sur une bible. «Je vais demander au shérif de nettoyer la bible», répond immédiatement le magistrat.

Le shérif — la bouche couverte d’un masque bleu et le visage protégé par une visière transparente — s’exécute. Avec une lingette humide, il désinfecte un exemplaire du livre religieux avant de le remettre au témoin.

Gus Driver est en fait un personnage joué par le jeune avocat acadien Alexis Couture. Son nom, fictif, est un jeu de mots qui fait penser à «bus driver» (conducteur d’autobus). L’accident en question n’a jamais eu lieu. Covid City n’existe pas.