George Dalton, Jeffrey Barglowski, Edward MacDonald et Simon Lloyd étaient présents pour officialiser la remise du livre historique à la bibliothèque Robertson. À manipuler avec des gants blancs!
George Dalton, Jeffrey Barglowski, Edward MacDonald et Simon Lloyd étaient présents pour officialiser la remise du livre historique à la bibliothèque Robertson. À manipuler avec des gants blancs!

Un livre français historique trouve demeure à l’Ile

Ericka Muzzo
La Voix acadienne
Joseph-Bernard Chabert de Cogolin, aussi connu sous le nom du Marquis de Chabert, a écrit l’ouvrage au début des années 1750. De plus, l’exemplaire résidant désormais à la bibliothèque de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard aurait appartenu à Samuel Holland, célèbre arpenteur, reconnu pour avoir créé la toute première carte moderne précise de l’Î.-P.-É.

Voyage fait par ordre du roi en 1750 et 1751, dans l’Amérique septentrionale : pour rectifier les cartes des côtes de l’Acadie, de l’isle Royale & de l’isle de Terre-Neuve, et pour en fixer les principaux points par des observations astronomiques a été publié en 1753 en France.

«L’ouvrage a beaucoup de valeur et présente un travail important en soi, mais ce qui nous excite particulièrement de cette copie spécifique, c’est la connexion directe avec Samuel Holland, qui est une figure historique iconique pour l’Île-du-Prince-Édouard», explique avec enthousiasme Simon Lloyd, archiviste universitaire et bibliothécaire des collections spéciales à la bibliothèque Robertson.

Il a orchestré la cérémonie qui a eu lieu le 26 aout dernier, pour accueillir officiellement le livre au sein de la collection d’ouvrages historiques. Étaient aussi présents le donateur, Jeffrey Barglowski, ainsi qu’un descendant de Samuel Holland, George Dalton.

La chose à faire

Si le livre revient aujourd’hui au bercail, c’est en partie grâce à un heureux hasard. Jeffrey Barglowski, en visite spéciale d’Hawaï, a expliqué qu’il l’avait trouvé parmi des boites récupérées chez une vieille dame qu’il avait rencontrée dans le cadre de son travail. Cette dame avait chez elle une trentaine de boites remplies de livres, et avait proposé à M. Barglowski d’en prendre quelques-unes. Il avait pu en rentrer quatre dans son camion. 


Lire l’article dans son intégralité sur le site de La Voix acadienne