La COVID-19 vue par les journaux de l’APF

Ericka Muzzo
Francopresse
Les circonstances exceptionnelles dans lesquelles est plongé le monde depuis quelques semaines n’empêchent pas les journaux membres de l’Association de la presse francophone (APF) et du réseau Francopresse de travailler d’arrachepied pour fournir aux lecteurs de l’information locale de qualité. D’est en ouest, une panoplie d’articles ont été publiés sur le web par les journaux membres de l’APF. État de la situation.

Le Nord particulièrement vulnérable

Grande déception alors que les Jeux d’hiver de l’Arctique, qui devaient se tenir à Whitehorse du 15 au 21 mars, sont annulés. L’Équipe Nunavut, société hôtesse de l’édition 2020, a fait l’annonce de cette «décision très difficile» dès le 7 mars.

En date du 19 mars, il n’y avait toujours aucun cas de COVID-19 au Yukon. Cela n’empêche pas le médecin-hygiéniste en chef de la province, Brendan Hanley, de préconiser l’isolement social pour la population. L’Aurore boréale a même publié quelques rappels d’hygiène pour faire face à la COVID-19 et autres virus hivernaux.

Les Territoires du Nord-Ouest ont aussi pris des mesures pour éviter la propagation du virus, déclarant l’état d’urgence le 18 mars dernier même si aucun cas n’avait alors été signalé aux T. N.-O.

C’est que les populations du Nord peuvent être plus vulnérables à la crise que le reste de la population canadienne. Deux communautés du Nunavut, Coral Harbour et Cambridge Bay, ont même fermé leurs portes aux visiteurs pour éviter la propagation de la COVID-19.

La francophonie paralysée dans l’Ouest

En Saskatchewan, les écoles ont fermé le 20 mars. Des cours en ligne seront proposés aux élèves de maternelle à 12e année à partir de lundi.

Plusieurs évènements de la communauté francophone ont été reportés afin d’assurer la protection du personnel. Plusieurs pratiquent d’ailleurs le télétravail.

Le bimensuel L’Eau vive s’est aussi penché sur les raisons d’éviter de voyager : protéger les autres et éviter de ramener le virus au Canada plus qu’il n’y est déjà.

À qui la faute de cette pandémie? Difficile à dire!

La francophonie est également paralysée en Alberta. Les écoles sont fermées, tout comme les centres communautaires. Plusieurs évènements sont annulés en plein cœur du Mois de la francophonie, dont les Jeux francophones de l’Alberta. Le Réseau santé albertain a créé le # rsaAlberta pour partager les meilleurs trucs en temps de crise! Le Franco publiera la semaine prochaine les meilleures suggestions.

Au Manitoba, la rédactrice en chef de La Liberté invite les lecteurs à propager l’amour, pas le virus. Le journal a d’ailleurs opté pour le télétravail et continue sa mission d’informer la population. Les intéressés sont d’ailleurs invités à envoyer des témoignages d’amour et de reconnaissance au journal pour ajouter un peu de positif à la situation!

Les cas se multiplient en Ontario

Deux décès ont déjà été déclarés en Ontario en lien avec le coronavirus. Des jeunes dans la trentaine sont sévèrement affectés et les cas se multiplient : 257 en date du jeudi 19 mars, alors que près de 4000 personnes attendent leur résultat.

Comme le titrait Le Voyageur le 16 mars, le virus a mis la société sur «pause». Parmi les nombreux articles consacrés à la COVID-19 par L’Express, il y a d’ailleurs une liste de suggestions d’activités à faire durant la quarantaine.

Le journal torontois rapporte aussi l’état des fermetures en Ontario. Même les tribunaux sont forcés de limiter l’accès à la justice.

Le mercredi 18 mars dernier, le gouvernement fédéral a annoncé un Plan d’intervention économique qui pourrait totaliser 27 milliards $. L’Ontario investira pour sa part jusqu’à 304 millions $ pour améliorer la gestion de la pandémie. D’autres mesures seront mises en place.

Le quotidien Le Droit assure une couverture étroite des enjeux liés à la pandémie. Dans l’Est, les journaux d’Édition André Paquette rapportent notamment qu’un premier cas a été dépisté dans la région de Prescott-Russel et que le maire de Clarence-Rockland Guy Desjardins s’est placé en isolement volontaire.

L’Atlantique mobilise toutes ses ressources

Le quotidien Acadie Nouvelle propose une série d’articles sur la COVID-19 au Nouveau-Brunswick, où en date du vendredi 20 mars, sept cas étaient confirmés et quatre cas étaient présumés. Le Réseau de santé Vitalité a lancé un appel général aux professionnels de la santé qui souhaiteraient venir prêter mainforte.

À l’Île-du-Prince-Édouard, les premiers répondants sont prêts et les conférences de presse de la médecin-hygiéniste en chef Heather Morrison se succèdent, comme le rapporte La Voix acadienne. Deux cas positifs ont été déclarés sur l’ile.

La semaine a été longue pour le premier ministre Dennis King, qui a déclaré l’état d’urgence sanitaire le 16 mars. Des mesures de soutien économique ont aussi été dévoilées pour les Insulaires.

Le Gaboteur propose lui aussi un dossier spécial COVID-19, alors que le 20 mars un seul cas était confirmé sur l’ile et deux cas présumés. Le journal propose aussi quelques activités à faire en isolement ainsi qu’une recette de gel désinfectant fait maison.

Retrouvez la liste complète des journaux de l’APF sur le site web de l’Association de la presse francophone et profitez-en pour encourager vos journaux locaux en ces temps incertains!