L’année dernière, 70 inscrits ont participé à la course virtuelle.
L’année dernière, 70 inscrits ont participé à la course virtuelle.

En Alberta, dix jours de course pour la bonne cause

Maxime Mainieri
Le Franco
LE FRANCO (Alberta) – C’est reparti pour un tour de course virtuelle. Après le succès rencontré en 2020, la Fédération du sport francophone de l’Alberta réitère son opération avec un double objectif : soutenir financièrement la communauté et inciter à la pratique d’une activité physique.

La Fédération du sport francophone de l’Alberta (FSFA) prépare la deuxième édition de sa course virtuelle, qui se déroule actuellement et prend fin le 28 juin. Dans un contexte de confinements successifs dus à la COVID-19 et avant que les sports en extérieur soient à nouveau totalement autorisés, cet évènement a pour ambition de «garder les gens motivés et en forme», explique Loubna Laaouad, directrice adjointe de la FSFA.

Ouverte à tous et gratuite, cette initiative consiste à parcourir la plus grande distance possible, au pas de course ou en marchant. Les participants envoient ensuite leurs résultats et une photo d’eux, afin qu’ils soient publiés sur les réseaux sociaux.

Des défis à la carte ont également été mis en place. «Chacun choisit ses jours et les défis qu’il souhaite relever : 1 km, 5 km, 10 km, 15 km, 20 km et plus», précise Loubna Laaouad.

À l’issue de ces dix jours de sport, la FSFA va additionner l’ensemble des résultats et ainsi postuler au défi "Ensemble, tout va mieux". Proposé par l’organisme ParticipAction, il récompense la communauté s’étant montrée la plus active, avec 100 000 $ à la clé. Cette somme est ensuite dédiée à différents projets liés à l’activité physique.

170 inscrits sont attendus

L’an dernier, la course virtuelle a réuni 70 participants. Un sondage réalisé par la FSFA avait révélé que 95 % d’entre eux étaient prêts à la refaire. Promesse tenue cette année, avec 170 inscrits. Parmi eux, la grande majorité vient de l’Alberta et on retrouve tous types de publics.

«Il y a des enfants, des ainés ; les gens viennent en famille, entre amis ou en couple. Nous avons même trois classes d’Edmonton, de Wainwright et de Llyodminster», se félicite la directrice adjointe qui aurait aimé pouvoir réunir toutes ces personnes en un même lieu.

Consultez le site du journal Le Franco

3 $ par kilomètre

Parmi eux, Étienne Alary participe pour la seconde fois. Directeur général du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA), il se définit comme «un membre très impliqué de la communauté francophone». Il a ainsi ajouté un défi dans le défi, en faisant un don de 3 $ à la Fondation franco-albertaine, pour chaque kilomètre qu’il aura couru.

Étienne Alary va tenter de battre son propre record, en atteignant les 50 km.

Après avoir atteint les 30 km l’année passée, il a l’objectif d’atteindre les 50 km. «J’ai commencé la course à pied il y a trois ans, ça permet de se vider le cerveau et de commencer la journée du bon pied», affirme celui qui considère qu’il est important de «prêcher par l’exemple».

Son conseil pour les gens qui débutent et se lancent dans la course virtuelle : «Ne pas partir trop vite afin d’éviter les blessures».