Bernadeth Betchi, porte-parole du groupe Recours collectif noir.
Bernadeth Betchi, porte-parole du groupe Recours collectif noir.

Discrimination systémique au gouvernement fédéral : environ 600 personnes inscrites au recours collectif

Louis-Denis Ébacher
Le Droit
LE DROIT (Ottawa) – Un peu plus de 600 personnes noires se sont inscrites au recours collectif sur la discrimination systémique dans les embauches et les promotions au gouvernement fédéral.

La demande de recours collectif de 900 millions $ a été déposée le 2 décembre dernier devant la Cour fédérale. À la fin mars, un peu plus de 600 personnes étaient inscrites à titre de retraitées ou de fonctionnaires toujours actifs.

L’action vise à dédommager 30 000 employés noirs ayant travaillé pour le gouvernement fédéral depuis 1970.

«Les actions légales ont été soumises de la part des employés noirs de la fonction publique qui subissent et ont subi de la discrimination systémique, du racisme et l’exclusion en tant qu’employé», explique par courriel une des porte-paroles du groupe, Bernadeth Betchi. 


« Les Canadiens noirs souffrent des préjudices économiques et psychologiques comme résultats de ces pratiques, donc nous tenons à demander au gouvernement d’agir et de faire ce qui est nécessaire — ce qui est juste — afin de corriger cette situation afin d’assurer la fin de ces injustices raciales systémiques au sein de la fonction publique. »
Bernadeth Betchi, une des porte-paroles du groupe Recours collectif noir

Consultez le site du journal Le Droit

Le groupe Recours collectif noir, représenté entre autres par l’avocat torontois Hugh Scher, affirme avoir échappé à des promotions à cause de l’ethnicité. Le ministère de la Justice est représenté par le cabinet juridique Fasken dans ce dossier.

«Une grande proportion» des personnes inscrites à la demande judiciaire est de l’Ontario, précise Bernadeth Betchi.

«La fonction publique canadienne se représente en tant qu’organisation “non partisane, fondée sur le mérite et représentative, au service de tous les Canadiens”». Ce principe est louable, dit-elle, et beaucoup de Canadiens et surtout les Canadiens noirs font face à une autre réalité.

«Les Canadiens noirs ne sont pas représentés au même niveau que leurs collègues au sein des échelons supérieurs de la fonction publique et d’opportunités de croissance et de promotion. La pratique systémique d’exclusion des fonctionnaires noirs a transformé leurs rêves en souffrances et douleurs.»