Les aînés peuvent encore contribuer à la société. Les villes peuvent leur faciliter la vie.
Les aînés peuvent encore contribuer à la société. Les villes peuvent leur faciliter la vie.

Ainés franco-ontariens : la FARFO accompagne les municipalités

Clément Lechat
IJL — Réseau.Presse – L’Express.ca
 IJL L’EXPRESS (Ontario) – Niveau de scolarité et de revenus inférieurs, isolement, santé physique et mentale moins bonne… Les ainés franco-ontariens sont plus âgés et vulnérables que le reste de la population ontarienne. Face aux défis du vieillissement, la Fédération des ainés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO) a lancé son programme «communautés-amies des ainés» en mars.

Welland, Ottawa, Rivière des Français, Alfred-Plantagenet… Au total, la Fédération des ainés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO) a rencontré virtuellement une quarantaine de municipalités urbaines et rurales de l’Ontario, afin de les accompagner dans l’élaboration ou l’amélioration de leur plan d’action «Collectivités-amies des ainés».

Dans les grandes villes, il y avait déjà des comités consultatifs sur la question, mais pas au niveau francophone. Il fallait trouver les moyens de combler ce vide par rapport aux municipalités anglophones», explique Marc Chénier, coordinateur régional de la FARFO en charge du projet.

Améliorer le quotidien des ainés

Les ainés représenteront 22,2 % de la population ontarienne en 2046, contre 17,6 % en 2020. Une tendance au vieillissement qui s’accélère aujourd’hui, car les générations du babyboum passent le cap des 65 ans.

Dès 2006, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avertissait les gouvernements sur les défis posés par ce changement démographique. «Il fallait trouver des moyens pour permettre à la population ainée d’avoir accès à des services adaptés en fonction de la réalité qu’elle vivait», rappelle M. Chénier.

Les recommandations de l’OMS aboutissent en 2014 à une législation fédérale qui confie aux provinces l’élaboration de leur propre plan «communautés-amies des ainés». En 2016, ces plans s’étendent aux villes.

«Elles ont dû renouveler leurs services et leurs biens municipaux par rapport aux besoins des ainés», explique M. Chénier. À la clé, davantage d’investissements ont été réalisés. Transports en commun aménagés, affichages municipaux plus lisibles, accessibilité des piscines et des salles communautaires, trottoirs adaptés… Les impacts sont nombreux.

Travailler plus efficacement

Bien qu’il s’agisse d’une obligation provinciale, les plans d’action tardent parfois à faire ressentir leurs effets sur le quotidien des ainés, regrette Marc Chénier.

«Les villes n’ont pas fait évoluer leur plan dans le temps. Quand on regarde ce qui a été fait, on voit qu’elles ne l’ont pas nécessairement suivi». C’est pourquoi la FARFO ambitionne de devenir porte-parole des ainés auprès du monde municipal grâce à ce programme.

L’idée derrière son projet est simple : coopérer pour avancer plus efficacement. En faisant travailler ensemble les municipalités et les organisations communautaires, la FARFO espère qu’elles échangeront des solutions pour améliorer le bienêtre des ainés franco-ontariens.

«L’union fait la force», souligne M. Chénier, qui espère voir émerger une dynamique positive.


« Nous sommes un catalyseur d’informations à destination des municipalités. Nous rencontrons régulièrement des intervenants dans les domaines des sciences sociales et de la santé, des avocats, des comptables. Le but est de rassembler tout le monde pour conseiller les municipalités sur les services à établir, et sur la façon dont elles peuvent bonifier leur plan d’action. »
Marc Chénier, coordinateur régional de la FARFO en charge du projet "Collectivités-amies des ainés"

Une aide pour les villes rurales

Il y aura presque deux-millions d’ainés supplémentaires en Ontario d’ici 25 ans. Ce changement démographique pose un défi aux municipalités, car mettre en œuvre leur plan d’action relève d’un casse-tête budgétaire, surtout pour les villes rurales.

L’accompagnement de la FARFO se révèle ainsi décisif pour ces municipalités qui n’ont pas les moyens de leurs ambitions. Par exemple, elle peut jouer le rôle d’interlocutrice auprès du gouvernement fédéral et provincial pour demander des subventions supplémentaires.

D’autre part, l’organisme communautaire conseille ces villes rurales pour trouver les solutions adaptées.


« Ici, les ainés restent le plus longtemps possible chez eux. Il vaut mieux coordonner les échanges de services entre municipalités, promouvoir la venue de médecins de famille, chercher des aidants naturels. Ce sont des petits gestes, mais qui deviennent importants dans le monde rural. »
Marc Chénier

À lire aussi sur L'Express : Les proches aidants, une ressource indispensable

Changer de regard sur nos ainés

Avec ce projet de communautés-amies des ainés, la FARFO voit plus loin et espère changer le regard porté sur les ainés. Parfois perçus à tort comme des «fardeaux» par les municipalités, les ainés sont au contraire des personnes essentielles, selon Marc Chénier.

«Ce n’est pas parce qu’on est ainé qu’on ne vit plus. On peut participer davantage au tissu social de nos communautés», insiste-t-il.

«Les ainés peuvent apporter leur expérience, leur expertise et leurs services à tous les niveaux du développement municipal. Ils sont très impliqués dans les comités municipaux, car ils ont du temps à donner. Cela ne doit pas disparaitre», souligne-t-il.

Si les ainés sont un pilier de la vie associative locale, M. Chénier craint que la pandémie ait changé la donne. «C’est devenu de plus en plus difficile pour les personnes âgées de faire du bénévolat. Elles ont peur. Il faut rétablir la confiance. Je suis préoccupé, car cela me dit que les personnes ainées sont de plus en plus isolées», confie-t-il.

La mise en place du projet «Collectivités-amies des ainés» a été ralentie par la pandémie. Mais la FARFO entend maintenant rencontrer à nouveau les municipalités pour commencer le travail en présentiel.