Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a procédé à l'abattage aérien de 41 loups entre avril et mai 2020.
Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a procédé à l'abattage aérien de 41 loups entre avril et mai 2020.

On abat bien les loups du Slave Nord

Nelly Guidici
L’Aurore boréale
L’AQUILON, L’AURORE BORÉALE, LE NUNAVOIX (Arctique) – Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a procédé à l’abattage aérien de loups dans le cadre de son programme de conservation de la population de caribous des hardes Bathurst et Bluenose-Est. Cette approche ne fait pourtant pas l’unanimité.

Cet article fait partie du projet interterritorial Articles de l’Arctique entre l’Aquilon, l’Aurore boréale et le Nunavoix.

Lancé en janvier, le plan de protection des caribous de la région Slave Nord doit permettre de maintenir la population de caribous en autorisant la chasse aux loups. Selon le document, la prédation contribue de manière significative à la protection des caribous.

Ces mesures de réduction de la population de loups font partie d’une approche de cogestion plus vaste avec l’Office des ressources renouvelables du Wek’èezhìi.
À ce jour, le ministère de l’Environnement du gouvernement des TNO confirme que 39 loups ont été chassés entre les mois de janvier et mai 2020. De plus, une opération d’abattage aérien s’est soldée par l’élimination de 41 loups supplémentaires en huit semaines entre avril et mai 2020.

«L’abattage des loups par hélicoptères n’est pas autorisé aux TNO. Cependant, l’abattage par voie aérienne a été effectué à des fins de gestion des ressources fauniques dans les circonstances de déclin dramatique du nombre de caribous de la harde de Bathurst et Bluenose-Est», indique Joslyn Oosenbrug, gestionnaire des relations publiques et des communications au ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles. 

Pour procéder à cette opération, le gouvernement a embauché un «pilote et un tireur, chacun qualifié et expérimenté, afin que l’abattage se fasse de la façon la plus humaine et efficace possible.»

Lancé en janvier, le plan de protection des caribous de la région Slave Nord doit permettre de maintenir la population de caribous en autorisant la chasse aux loups. Selon le document, la prédation contribue de manière significative à la protection des caribous.

Le gouvernement estime qu’une pression constante sur les populations de loups peut contribuer à hausser le taux de survie du caribou, il admet cependant qu’il faudra du temps pour observer les effets de telles pratiques.

En se basant sur des données scientifiques récentes combinées aux connaissances traditionnelles et locales, le gouvernement territorial a déterminé que l’élimination de 27 à 37 loups de l’aire de répartition hivernale du caribou de Bathurst et de 66 à 90 loups de l’aire de répartition hivernale du caribou de Bluenose-Est donnerait les meilleures chances aux hardes de se rétablir.

Avec 80 loups abattus au total, le compte n’est pas atteint.

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal L’Aquilon