L’ajustement le plus récent de l’horloge de l’apocalypse date du 23 janvier 2020 et a été réalisé en raison de l’incapacité des dirigeants mondiaux à faire face aux menaces imminentes d’une guerre nucléaire et du changement climatique.
L’ajustement le plus récent de l’horloge de l’apocalypse date du 23 janvier 2020 et a été réalisé en raison de l’incapacité des dirigeants mondiaux à faire face aux menaces imminentes d’une guerre nucléaire et du changement climatique.

Horloge de l’apocalypse : quelle heure sera-t-il en 2021?

Jacinthe Laforest
Jacinthe Laforest
La Voix acadienne
LA VOIX ACADIENNE (Île-du-Prince-Édouard) – À minuit, l’horloge conceptuelle mise à jour par les scientifiques du Bulletin of the atomic scientists représente la fin du monde. En janvier 2020, avant même que la pandémie ne prenne de l’ampleur, les autorités responsables de cette ont pris la décision de l’avancer de 20 secondes. Depuis sa création en 1947, jamais l’horloge symbolique n’avait été à moins de deux minutes de l’apocalypse.

La décision d’avancer, de reculer ou de garder la même heure est prise chaque année, en général avant la fin du mois de janvier. La pandémie sera surement un facteur pris en compte à la fin du mois de janvier 2021. Et certainement, le départ de Donald Trump de la Maison-Blanche et l’arrivée d’un président plus diplomatique pourrait inciter les scientifiques responsables à reculer l’horloge. 

À titre d’exemple, les États-Unis et la Russie se sont renvoyé la balle cet automne sur le renouvèlement du traité New Start sur les armements stratégiques nucléaires, conclu en 2010, après son expiration en 2021. 

Bien que l’horloge soit relativement peu connue du grand public, celle-ci est un outil par lequel des sommités scientifiques évaluent les risques et expliquent que quelques gestes, intentionnels ou non, pourraient faire basculer les aiguilles sur minuit.

Créée en 1947, deux ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et au début de la guerre froide entre l’Est et l’Ouest, cette horloge symbolique est périodiquement mise à jour par les directeurs du Bulletin des scientifiques atomistes (BAS) de l’Université de Chicago.

À l’origine, elle représentait la possibilité d’une guerre nucléaire mondiale, en soulignant la menace liée à la prolifération des armes nucléaires. 

Lire l'intégralité de l'article sur le site du journal La Voix acadienne