Plus de 400 000 tonnes de roches ont été extraites jusqu’à présent de la mine à ciel ouvert. Plusieurs affiches à Nechalacho sont en anglais, en français et en Wiilideh Yati.
Plus de 400 000 tonnes de roches ont été extraites jusqu’à présent de la mine à ciel ouvert. Plusieurs affiches à Nechalacho sont en anglais, en français et en Wiilideh Yati.

Aux TNO, à la mine de Nechalacho, le minéral bientôt transporté

Marie-Soleil Desautels
L'Aquilon
L’AQUILON (Territoires du Nord-Ouest) – Le premier mille tonnes de minéraux contenant de précieuses terres rares canadiennes sera transporté ce mois-ci de la mine Nechalacho vers Saskatoon.

Depuis le dégel du sol ce printemps, les opérations progressent à la première mine de terres rares du Canada, Nechalacho, située à une centaine de kilomètres au sud-est de Yellowknife et exploitée par l’entreprise Cheetah Resources.

Les premières tonnes de bastnaésite, un minéral rougeâtre qui emprisonne des terres rares, extraites et enrichies durant l’été, seront transportées en octobre vers Saskatoon, tout juste avant que le froid ne mette fin aux opérations.

L’une des premières choses que l’on remarque en arrivant sur le site de la mine Nechalacho est le quartz blanc concassé qui recouvre une partie du sol du campement ainsi que les routes de terre.

La bastnaésite, que Cheetah Resources cherche à isoler, est mêlée avec du quartz dans la roche extraite du sol. Ce que certains utilisent comme pierres décoratives pour leurs aménagements paysagers est, ici, un sous-produit indésirable.

Moins de roches que prévu ont par ailleurs été extraites de la mine à ciel ouvert, où une pelle mécanique s’activait encore à remplir les bennes de camions, fin septembre.

«On est un peu en retard», affirme le vice-président directeur de Vital Metals, Mathew Elder. Cheetah Resources est la filiale canadienne de la minière australienne Vital Metals.

Consultez le site du journal L’Aquilon

Une première phase sur trois ans

«Un peu plus de 400 000 tonnes de roches, sur les 600 000 tonnes prévues» ont été extraites du sol durant cette première saison d’opérations par l’entreprise Det’on Cho Nahanni Construction, propriété des Dénés Yellowknives. Vital Metals estime que le reste sera extrait en 2022 ou 2023, selon leurs besoins.

Sur le site, le minéral est enrichi grâce à un trieur à base de capteurs, une imposante machine qui roule à plein régime. Des morceaux de minerai sont déposés sur le convoyeur à l’entrée de la machine.

Dans son ventre, elle les bombarde de rayons X, ce qui lui permet de distinguer les morceaux de bastnaésite de ceux de quartz. Elle les sépare les uns des autres grâce à de puissants jets d’air. À sa sortie, deux convoyeurs : l’un, où la bastnaésite chemine jusqu’à tomber dans de gros sacs de plastique qui seront transportés à Saskatoon, l’autre où le quartz finit par s’empiler sur le sol.

«On a fait plusieurs tests pour optimiser le trieur, notamment en lui faisant ingérer des morceaux de minerai plus ou moins gros», dit Mathew Elder. Le trieur, qui séparait des morceaux entre 8 et 30 mm de diamètre, récupère «près de 95 % de la bastnaésite», ce qu’il estime «excellent».

La compagnie prévoit qu’environ 1000 tonnes de bastnaésite enrichie partiront en octobre par barges, trains et camions vers Saskatoon, où l’usine d’hydrométallurgie de Cheetah Resources est actuellement en construction. Les dirigeants espèrent produire de la poudre de terres rares mixtes dès 2022, déjà vendue pour purification à la société norvégienne REEtec.

La première phase de la mine Nechalacho est un projet de démonstration qui s’étalera sur trois ans.