Retour de Sicile du fils de Howard Blinn, Omer, et du petit-fils, Howard

Richard Landry
Le Courrier de la Nouvelle-Écosse
En Sicile, environ 350 militaires canadiens victimes de la Seconde Guerre mondiale reposent au cimetière d’Agira. Du nombre, Howard Blinn, victime de la guerre à l’âge de 29 ans. Son fils et son petit-fils sont allés lui rendre hommage, cet été.

En Sicile, environ 350 militaires canadiens, victimes de la Seconde Guerre mondiale, sont enterrés au cimetière d’Agira. Dans ce site où reposent seulement les sépultures de soldats canadiens se trouve notamment Howard Blinn, victime de la guerre à l’âge de 29 ans, soit à la fin juillet 1943.

Howard Blinn, le père d’Omer Blinn de Pointe-de-l’Église, était là à faire la guerre depuis trois ans et demi. Il s’était enrôlé à la fin de 1939. « De ce que je comprends, un père de famille gagnait plus en allant à la guerre que ce que mon père aurait gagné au moulin à bois. […] Il ne gagnait que 75 cents par jour en travaillant au moulin à bois, sans compter les dépenses de se rendre au moulin et l’habitude d’acheter à crédit dans le magasin de l’entreprise », explique Omer Blinn. Un soldat gagnait 1,25 $ par jour en plus d’être logé et nourri.

 « Mon père est allé d’abord au camp d’Aldershot près de Kentville », alors qu’Omer avait 4 ans, « puis il est allé en Angleterre et en Afrique du Nord pour son entraînement. Il a participé à l’invasion de la Sicile à la fin juillet 1943 avec Gérard Doucet (le frère de feu Dr Félix Doucet de Weymouth) et un monsieur Amirault d’Ohio (Clare). Les trois ont été tués ensemble à la guerre. Howard travaillait auparavant au moulin d’Alphée Thériault, avec son partenaire Émile (à Ben) Belliveau de l’Anse‑des‑Belliveau. Ce dernier avait aussi un magasin où on pouvait acheter à crédit. »

Les moyens de communication étaient difficiles en ces temps-là. Il n’y avait pas le téléphone, seulement les télégrammes. « Ma mère a appris la nouvelle de la mort de mon père par une lettre arrivée par la poste. Mon père a eu trois enfants, dont William, qui est décédé à la naissance. Il y a Melburn (de Petit-Ruisseau), mon cadet d’un an, et moi-même. » Omer n’avait que 7 ans quand son père est décédé à la guerre en Sicile.

Avec l’aide de sa famille immédiate, désormais veuve, Dorothée (Dora) Thibault a réussi à faire éduquer ses deux fils et à entretenir la maison familiale tout en faisant surtout de la couture aux États‑Unis avec sa sœur.

Une visite en Sicile

Omer Blinn a visité le tombeau de son père, Howard, avec son épouse Bernadette, et leur fils, Howard, et leur bru Diane. « Nous avons placé une plaque contenant une croix et un drapeau acadien sur le tombeau, et ces objets sont restés là pour la journée. Le cimetière est nettoyé tous les soirs et tous les articles sont enlevés des tombeaux. Le site est très beau, tranquille, au milieu de nulle part », de préciser Omer.

C’est la deuxième fois qu’Omer et Bernadette se rendent sur le site, la première fois ayant été quand Omer a trouvé le lieu où son père est enterré. Mais c’était la première visite en Sicile pour le fils d’Omer, le petit-fils aîné de Howard prénommé aussi Howard.

Ils ont passé six jours en Sicile. Le cimetière d’Agira se trouve tout près du site du volcan Etna qui continue de faire irruption.