Drapeau Fransaskois
Drapeau Fransaskois

Réseau en immigration francophone de la Saskatchewan : Vers un bilan de 10 années d’immigration

Lucas Pilleri
Initiative de journalisme local - APF - Saskatchewan
Initiative de journalisme local – APF (Saskatchewan) – Le Réseau en immigration francophone de la Saskatchewan s’est réuni le 14 janvier à Regina pour faire le point. D’ici quelques mois, en s’appuyant sur le témoignage des organismes d’accueil et des nouveaux arrivants eux-mêmes, un rapport sera produit pour dresser le portrait de l’immigration des francophones dans la province de cette dernière décennie.

Le Réseau (RIF-SK) s’est rencontré pour la dernière fois du cycle 2017-2020. «Il y avait une certaine dose d’émotion parmi les participants, note Marie Galophe, coordinatrice du RIF. Dieu sait qu’on vient de loin. Le réseau est passé à travers des crises pour se trouver. On passe à un autre niveau de maturité et de réflexion.»

La rencontre a permis de faire le point sur le plan opérationnel du RIF via une autoévaluation des membres. Une vingtaine de personnes ont répondu à l’appel, en personne ou en ligne, représentant la majorité du réseau. «C’était vraiment intéressant de voir les organismes faire une autocritique de leurs propres actions, se réjouit Marie Galophe. Cette approche basée sur les résultats est en ligne avec les recommandations d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC). Le réseau se professionnalise au fur et à mesure.»

Une approche consultative

Le Conseil économique et coopératif (CÉCS) était présent pour le bilan. «Nous sommes vraiment très satisfaits par rapport aux services et programmes qu’on offre. Ces trois dernières années, on a eu l’opportunité de gérer de nouveaux programmes destinés aux nouveaux arrivants : le programme Connecteur SK, l’accès à l’emploi pour les jeunes et les femmes de minorité visible», rapporte Jean de Dieu Ndayahundwa, gestionnaire en développement économique communautaire.

L’intégration socioéconomique des nouveaux arrivants et la promotion des services qui leur sont destinés semblent bien maitrisées au sein du réseau. En revanche, le fort taux de roulement au sein des organismes est un frein pour Marie Galophe : «Quand les gens partent, il y a une perte de savoir qu’on doit compenser.»

Les membres du RIF doivent répondre à un sondage afin d’identifier des stratégies d’engagement des nouveaux arrivants, une mission souvent ardue : «Saskatoon et Regina sont les villes les plus difficiles où mobiliser les nouveaux arrivants. Ils ont plus de chances de disparaitre dans la masse critique», observe Marie Galophe. Une stratégie de rétention reste à trouver : «On ne cherche pas seulement à avoir des chiffres, mais à avoir des Fransaskois qui participent à la vie de la communauté», rappelle-t-elle.

Une représentation graphique du fonctionnement du RIF est envisagée pour une meilleure vulgarisation à l’ensemble de la communauté. Notamment avec l’arrivée récente du SAIF-SK, le Service d’aide à l’immigration francophone de la Saskatchewan qui constitue une nouvelle porte d’entrée pour les nouveaux arrivants. «Chaque organisme a un mandat particulier, mais ensemble on peut trouver un moyen de construire pour que l’accueil, l’accompagnement et l’intégration soient vraiment une réalité pour les nouveaux arrivants», perçoit Jean de Dieu Ndayahundwa.

L’Association communautaire fransaskoise de Gravelbourg (ACFG) est le dernier organisme à avoir rejoint le RIF-SK en septembre 2019, portant à 16 le nombre des membres. «Ça représente une augmentation de 4 % sur les 3 dernières années, indique Marie Galophe. L’enjeu est la régionalisation de l’immigration.» L’adhésion d’un nombre croissant d’organismes montre que le dossier devient prioritaire selon la coordinatrice. «Cette augmentation représente l’ampleur du phénomène migratoire.»


Par et pour les nouveaux arrivants

Début janvier, des groupes de discussion pour étudier le parcours des nouveaux arrivants francophones ces 10 dernières années ont eu lieu à Moose Jaw, Prince Albert et Regina. Ceux de Saskatoon et Gravelbourg ont été annulés, faute de participants ou de mauvaise météo. «Le but est de comprendre ce qui a bien marché et moins bien marché, quelles solutions on peut trouver pour améliorer ce parcours», explique Marie Galophe.

Une vingtaine de personnes au total ont ainsi témoigné. «On a été vraiment chanceux d’avoir des profils aussi diversifiés, avec différentes origines, différents niveaux de francisation, des nouveaux arrivants récents et moins récents», décrit la coordinatrice. Puis, un sondage sera adressé aux participants et à d’autres nouveaux arrivants, visant une cinquantaine de réponses. «C’est vraiment du par et pour les nouveaux arrivants», souligne-t-elle. Cette approche de consultation directe, une première, pourrait être répétée à l’avenir.

En outre, le RIF a commandé des statistiques précises auprès d’IRCC. «Cette commande est cruciale. On veut savoir où sont les nouveaux arrivants en Saskatchewan, leur statut, leur niveau d’éducation, la langue parlée, leur profession…», précise l’agente. Avec tous ces éléments en main, le consultant Maurice Chiasson remettra un rapport en avril-mai prochain. Ce document permettra d’améliorer le plan opérationnel 2020-2025 du réseau.


Encore des efforts

Pour Ronald Labrecque, directeur général de l’Assemblée communautaire fransaskois (ACF), la réunion du RIF a permis de prendre du recul sur le plan 2000-2020 en immigration. «Si on regarde en arrière, il y a des choses qui sont plus avancées et d’autres moins.» Parmi les points à améliorer figurent les services de prédépart offerts depuis mai 2019 par l’ACF.

Le service téléphonique et électronique qui aide les immigrants à planifier leur arrivée au Canada n’a pas encore fait ses preuves. «À date, on a eu 3-4 familles qui se sont installées en Saskatchewan en passant par ce service. Au Manitoba, c’est presque une centaine», constate-t-il.

Ce contraste serait dû à une promotion à l’international active du gouvernement manitobain, contre très peu de choses entreprises en Saskatchewan. «D’après nous, c’est ça qui fait la différence. Si les gens ne savent pas qu’on existe, ils ne vont pas venir s’installer ici», défend Ronald Labrecque. Une rencontre avec le ministre de l’Immigration est prévue le 27 janvier.

Plus largement, le directeur de l’ACF aimerait que les francophones fassent partie intégrante du plan de croissance de la province qui cherche à augmenter la population de 300 000 personnes d’ici 2030. «On veut discuter avec eux pour faire partie de cette initiative-là, pour mieux réussir. Et pour se rapprocher de la cible de 4,4 % d’immigration francophone hors Québec.» Présentement, les communautés francophones en situation minoritaire peinent à atteindre 1,6 %.