Des drapeaux de la Saskatchewan flottent sur le pont de la rue Albert à Regina.
Des drapeaux de la Saskatchewan flottent sur le pont de la rue Albert à Regina.

Une Fransaskoisie divisée à l’approche des élections provinciales

Marie-Paule Berthiaume
Initiative de journalisme local – APF – Ouest
INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL (Ouest) – Les Fransaskois se rendront aux urnes le 26 octobre. Le premier ministre Scott Moe tentera de reporter au pouvoir le Parti saskatchewanais pour un quatrième mandat consécutif. Chez les francophones, ce sont les enjeux de l’éducation, de la santé et de la francophonie qui sont au cœur des préoccupations.

Éducation : une évolution à pas de tortue

Selon Denis Simard, président de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), comme les jeunes représentent l’avenir de la communauté, les infrastructures scolaires restent un enjeu phare constant. 

Il accueille avec optimisme la décision rendue en Colombie-Britannique par la Cour suprême du Canada en juin dernier, fruit d’une saga judiciaire ayant duré plus de dix ans, en faveur d’une éducation britannocolombienne en français équivalente à celle en anglais.

 Il confie cependant que la communauté fransaskoise aimerait éviter les recours juridiques pour obtenir de nouvelles écoles.

À lire aussi : Les francophones de la Colombie-Britannique crient victoire

Santé : une progression lente, mais positive

«Le gouvernement a depuis maintenant 14 ans une politique de services en français», indique Denis Simard. Comme c’est une politique et non une loi, précise-t-il, les secteurs des services sociaux, de la justice et de la santé peinent à l’appliquer.

Selon Denis Simard, président de l’Assemblée communautaire fransaskoise, comme les jeunes représentent l’avenir de la communauté, les infrastructures scolaires restent un enjeu phare constant.

La directrice générale du Réseau Santé en français de la Saskatchewan (RSFS), Frédérique Baudemont, dénote une difficulté à identifier les professionnels de la santé pouvant offrir des services en français et à obtenir de l’information en français dans des délais équivalents à la majorité lors de circonstances particulières telle que la pandémie.

Les services offerts aux Fransaskois en milieu rural sont encore plus précaires, affirme-t-elle. Aussi, les ainés, qui forment plus de 50 % de la population fransaskoise, nécessitent plus de services en soins de longue durée et en transport public. 

Les nouveaux arrivants, eux, font souvent face à un manque de connaissance du système de santé, à de l’isolement et à une connaissance de l’anglais limitée. La santé mentale, ajoute-t-elle, est aussi un enjeu qui touche des gens de tout âge et pour lequel il n’y a aucun service offert en français.

Malgré tout, Denis Simard et Frédérique Baudemont s’accordent sur le fait qu’il existe un dialogue actif et plutôt prometteur avec le gouvernement à l’égard des défis de la communauté fransaskoise en santé.

Les Fransaskois et la politique

Selon Wilfrid Denis, sociologue ayant dirigé la Commission sur l’inclusion dans la communauté fransaskoise en 2005-2006, d’autres enjeux politiques ressortent en culture, en économie et en environnement. 

De façon générale, en temps de crise, indique-t-il, la culture passe en dernier lieu.


« Or, c’est la même chose pour les Fransaskois. Peu de gens s’en préoccupent, sauf ceux qui sont actifs dans ce secteur. »
Wilfrid Denis, sociologue

Il souligne également que les fermiers sont toujours préoccupés par les récoltes, le prix de leurs denrées et l’à-propos des efforts des gouvernements pour leur venir en aide, surtout en temps de pandémie. 

Il ajoute à ces préoccupations l’extraction du pétrole et son transport via les pipelines. «Les Fransaskois sont comme les autres électeurs, ajoute-t-il, soit très divisés entre les pros et les antipipelines.»


« Les besoins sont très diversifiés et fragmentés tout comme les opinions et les options politiques, ce qui divise le vote fransaskois et l’empêche d’avoir une force politique lors des élections. »
Wilfrid Denis, sociologue

Il y a peu de circonscriptions où le vote fransaskois peut avoir un impact, renchérit-il, comme ils votent selon des enjeux fort divers et selon leur préférence politique, rarement selon leurs besoins spécifiques en tant que Fransaskois.

Le sociologue Wilfrid Denis rappelle que l’enjeu culturel se fait damer le pion par les enjeux économiques et environnementaux.

Et l’identité fransaskoise dans tout ça?

Denis Simard œuvre pour la Fransaskoisie depuis quarante ans. Il souligne en premier lieu le travail accompli par la génération qui l’a précédé en défendant la langue au risque de mettre des vies en péril et de voir ses institutions persécutées. À cette époque, raconte-t-il, on parlait de Canadiens français. 

Avec l’influence des jeunes en immersion française, la communauté francophone de Saskatchewan a été amenée à réfléchir sur l’évolution de son accent et de sa culture. Puis, l’immigration s’est imposée. 

Ces bouleversements ont créé, rappelle Denis Simard, de grandes tensions qui ont mené à la création du terme «fransaskois», une appellation d’abord protectionniste qui s’est depuis ouverte au monde. 

«On ne peut pas donner le nom de Fransaskois à personne, explique Denis Simard, on doit se le donner à nous-même». Cette précision a mis fin, selon lui, à bien de la frustration chez ceux au profil atypique qui avaient le désir de s’associer à la communauté fransaskoise.