Trèva Cousineau, qui a travaillé avec Mike Harris au sein du <em>Ontario School Trustees Council</em>, considère que l’ancien politicien «a un visage à deux faces.»
Trèva Cousineau, qui a travaillé avec Mike Harris au sein du <em>Ontario School Trustees Council</em>, considère que l’ancien politicien «a un visage à deux faces.»

Remise de l’Ordre de l’Ontario à Mike Harris : «Un affront aux francophones»

André Magny
Initiative de journalisme local - APF - Ontario
IJL (Ontario) — En 1997, Trèva Cousineau était sur la ligne de front quand SOS Montfort se battait contre la fermeture de l’Hôpital Montfort d’Ottawa. Elle était alors la présidente de l’Association canadienne-française de l’Ontario (l’ACFO provinciale). La remise prochaine de l’Ordre de l’Ontario à l’ancien premier ministre provincial, Mike Harris, la fait plus que sourciller.

Actuellement présidente de Dialogue Canada, organisme voué «à la paix sociale par l’éducation, la communication et la participation», Trèva Cousineau raconte qu’elle a connu Mike Harris alors qu’ils travaillaient au sein du Ontario School Trustees Council. Elle le considérait alors comme un ami.

 Elle croyait à l’époque qu’il aurait une oreille attentive à l’égard des francophones. Elle a vite été déçue. «Une fois qu’il est devenu premier ministre, je n’ai jamais réussi à le rencontrer, dit-elle. Il n’a jamais accepté mes invitations.»

Pour elle, la nomination de M. Harris au sein de l’Ordre de l’Ontario est «un peu un affront aux francophones.» Elle considère même que l’ancien politicien «a un visage à deux faces.»

Trèva Cousineau ne garde pas un très bon souvenir de l’attitude de Mike Harris à l’égard des francophones.

Autre son de cloche

Questionné sur le fait que l’honneur fait à Mike Harris peut surprendre du côté franco-ontarien, l’avocat, professeur de droit à l’Université d’Ottawa et lui-même lauréat de l’Ordre de l’Ontario Gilles LeVasseur, estime que cette haute distinction «porte sur l’ensemble de l’œuvre d’un individu et à ce titre, il a agi comme premier ministre de l’Ontario. Il ne faut pas limiter la reconnaissance à certains dossiers, mais regarder les actions dans son ensemble et voilà pourquoi il mérite la distinction.»

Administrateur au sein du Regroupement des gens d’affaires de la capitale nationale (RGA), Gilles LeVasseur est d’avis que l’épisode de l’Hôpital Montfort aura permis aux francophones de l’Ontario «de revendiquer des droits dans le domaine de la santé, ce qui n’était pas le cas et surtout, une reconnaissance juridique où la Loi sur les services en français est une loi quasi constitutionnelle.»

L’avocat et professeur de droit à l’Université d’Ottawa, Me Gilles LeVasseur, estime que la lutte de SOS Montfort a permis aux Franco-Ontariens de s’investir dans un nouveau champ, la santé, et d’y revendiquer leurs droits.

Des silences qui en disent long

Pour recevoir l’Ordre de l’Ontario, il faut qu’une personne soit proposée par une autre et que le dossier soit accompagné par au moins deux témoignages différents signés. Le bureau de l’Ordre de l’Ontario n’a pas donné suite à notre demande d’identification des témoignages de la nomination de Mike Harris.

Premier ministre de l’Ontario de 1995 à 2002, Mike Harris, en voulant fermer Montfort, a soulevé un tollé de protestation, canalisé au sein de SOS Montfort, dont l’ancienne mairesse de Vanier, Gisèle Lalonde, était la figure de proue.

Comment certains acteurs ou organismes de l’époque réagissent-ils à cet honneur à l’égard de Mike Harris?


« Nous ne désirons pas commenter cette nouvelle. »
Geneviève Picard, directrice des communications de l’Hôpital Montfort

Idem du côté de l’Assemblée de la francophonie ontarienne (AFO), qui a décliné la demande d’entrevue.

L’ancienne procureure générale de l’Ontario, Madeleine Meilleur, était infirmière à Montfort en 1997. Elle a fait partie du combat pour sauver l’hôpital francophone d’Ottawa. Elle aussi a préféré s’abstenir de commenter. Quant à Ronald Caza, qui était à l’époque le conseiller juridique de l’Hôpital Montfort, il n’a pas retourné nos appels ou nos courriels malgré nos nombreuses demandes.

Selon Gilles LeVasseur, «la crise de Montfort est aussi une victoire pour les francophones et la prise en main par ces derniers. Ainsi, on doit dire merci à la bande de Mike Harris».

La crise de Montfort

«Le 24 février 1997, la Commission de restructuration des services de santé de l’Ontario recommande la fermeture du seul hôpital universitaire francophone en Ontario et dans tout le Canada à l’ouest du Québec. La communauté francophone réagit fortement. Sous la direction du président-directeur général, Gérald Savoie, de la présidente du Conseil d’administration Michelle de Courville Nicol et de l’ancienne mairesse de Vanier et présidente du mouvement SOS Montfort Gisèle Lalonde, on s’engage dans une lutte en règle.

«Montfort fermé? Jamais!» À la suite de manifestations massives et d’une couverture médiatique importante, la cause se rend à la Cour divisionnaire de l’Ontario. En décembre 1999, Montfort gagne sur la force du principe fondamental non écrit de la Constitution, soit le respect et la protection des minorités linguistiques.

Quelques jours suivant cette décision, le gouvernement a porté la décision en appel. Deux ans plus tard, le 7 décembre 2001, Montfort obtient une victoire finale devant la Cour d’appel de l’Ontario. Source : L’histoire de l’Hôpital Montfort