De gauche à droite, 1re rangée : Carlo Lavoie, membre du Comité consultatif, Colleen Soltermann, présidente de la Société acadienne et francophone de l’I.-P.-É., et Jacinthe Lemire, présidente du Comité consultatif de la communauté acadienne et francophone de l’I.-P.-É.  À l’arrière : Sonny Gallant, chef par intérim du Parti libéral, Dennis King, premier ministre et ministre responsable des Affaires acadiennes et francophones, et Peter Bevan-Baker, chef du Parti de l’Opposition.
De gauche à droite, 1re rangée : Carlo Lavoie, membre du Comité consultatif, Colleen Soltermann, présidente de la Société acadienne et francophone de l’I.-P.-É., et Jacinthe Lemire, présidente du Comité consultatif de la communauté acadienne et francophone de l’I.-P.-É. À l’arrière : Sonny Gallant, chef par intérim du Parti libéral, Dennis King, premier ministre et ministre responsable des Affaires acadiennes et francophones, et Peter Bevan-Baker, chef du Parti de l’Opposition.

Les services en français font des progrès lents, mais certains

Jacinthe Laforest
Jacinthe Laforest
La Voix acadienne
Le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, a déposé le rapport annuel de l’année 2018-2019 des progrès dans l’application de la Loi sur les services en français, le mercredi 27 novembre.

«C’est difficile de dire ce que j’en pense, car je ne l’ai pas vu encore. Cependant, on remarque des progrès constants, et trois nouveaux services ont été désignés durant la dernière année.

À la Société acadienne et francophone de l’Ile, on aimerait voir une planification à long terme. L’arrimage des capacités bilingues de la province avec les besoins de la communauté à ses limites», déclare la présidente de la société acadienne et francophone de l’I.-P.-É., Colleen Soltermann, dont la photo est, par ailleurs, sur la première page du rapport en question. 


Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal La Voix acadienne