La photographe micmaque Patricia Bourque à la galerie de la Guild à Charlottetown. Derrière elle, ce sont les photographies qu’elle a prises pour son exposition Beyond the Regalia.

Les femmes mi’kmaq au cœur d’une exposition à Charlottetown

La Voix acadienne, IPÉ. L’œuvre de Patricia Bourque occupe présentement une galerie de Charlottetown. Chaque photographie met en valeur des femmes Mi’kmaq. «Je veux qu’elles se voient comme je les vois», affirme l’artiste.

Jusqu’au 18 aout, la photographe Mi’kmaq Patricia Bourque occupe la galerie de la Guild de Charlottetown avec l’exposition «Beyond the Regalia». Les photographies mettent en valeur des femmes du territoire traditionnel Mi’kma’ki. «Quand je regarde ces femmes, je vois de l’honneur et du respect. Je veux qu’elles se voient comme je les vois», affirme l’artiste.

Qu’elles soient jeunes ou mures, ces femmes mi’kmaq ont toutes une histoire à raconter, explique Patricia Bourque. À côté de chaque œuvre, l’artiste a donc glissé un petit mot de mise en contexte. Beaucoup des femmes photographiées sont des modèles dans leur communauté et gagnent à être connues. «Changer les mentalités, ça passe par l’éducation et par la reconnaissance», précise Patricia Bourque, qui souhaite que la population prenne le temps de venir découvrir ces femmes inspirantes.

La photographe raconte que lorsqu’elle propose aux femmes de sa communauté de les prendre en photo, elles répondent presque toujours : «Tu veux prendre une photo de moi? Pourquoi?» C’est une des raisons qui poussent Patricia Bourque à vouloir prouver aux femmes qu’elles sont pleines de force, de courage et de beauté naturelle. Bref, l’artiste souhaite que ces femmes considèrent leur importance dans la communauté.

L’esthétique noir et blanc choisie par la photographe permet aux visiteurs d’éliminer les détails superflus, pour se concentrer sur les émotions contenues dans les portraits.


Se défouler dans l’art

Patricia Bourque révèle que la photographie est un outil d’expression très important dans sa vie. «C’est une échappatoire à ma colère par rapport à certaines injustices qui perdurent encore aujourd’hui», exprime-t-elle.


Lire l’article intégral dans le site de La Voix acadienne

Francopresse. Le 28 août 2019 marque un moment important dans l’histoire de la Société Saint-Thomas-d’Aquin : ce sera le début des célébrations du centième anniversaire de l’organisme porte-parole des francophones de l’Île.

Décidément, 2019 marque deux moments importants dans l’histoire de la Société Saint-Thomas-d’Aquin : pour la première fois de son existence, le Congrès mondial acadien se déroulera en partie à l’Île-du-Prince-Édouard, et ce, à compter du 10 août. Et 18 jours plus tard, le 28, ce sera le début des célébrations du centième anniversaire de la SSTA.

Le conseiller municipal Steve Roddick a proposé de déclarer l’état d’urgence climatique le 24 juin dernier. Les discussions entre le maire et les six conseillers municipaux n’ayant pas abouti, le sujet sera à nouveau étudié au mois de septembre en réunion du conseil municipal.

Conscient que le Nord et le Yukon en particulier subissent de plein fouet les effets dus au réchauffement climatique, Steve Roddick, conseiller élu à la Ville de Whitehorse en octobre 2018, a décidé de passer à la vitesse supérieure. Le 24 juin dernier, il a présenté une motion visant à reconnaitre l’état d’urgence climatique à Whitehorse. «J’ai mis le sujet sur le tapis, car je pense que le changement climatique est une question cruciale pour les municipalités et les villes et cela affecte nos infrastructures et notre façon de vivre au Yukon», explique-t-il lors d’une entrevue.

Le Droit, On. La députée provinciale d’Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, a officiellement déposé sa lettre de démission le mercredi 31 juillet et tire ainsi un trait sur la vie politique.

La députée provinciale d’Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, a officiellement déposé sa lettre de démission le mercredi 31 juillet et tire ainsi un trait sur la vie politique.

La population mondiale passerait de 7,7 à près de 10 milliards entre 2020 et 2050, selon l’Organisation des Nations Unies. La majorité de cette croissance se produirait en Afrique, l’habitat de 60 % des francophones de la planète. Bonne nouvelle? Un péril guette cependant : le réchauffement climatique frapperait durement le continent.

La francophonie grimpe dans l’échelle démographique grâce à l’essor du français en Afrique. Selon l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la population continentale de langue française est passée de 270 à 300 millions en quatre ans et pourrait doubler d’ici 2070.