Mardi, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, révélait qu’une rencontre prévue à Caraquet avec la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) avait été annulée au dernier moment en raison de pressions politiques exercées sur l’organisme. La SANB a démenti cette version des faits.
Mardi, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, révélait qu’une rencontre prévue à Caraquet avec la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) avait été annulée au dernier moment en raison de pressions politiques exercées sur l’organisme. La SANB a démenti cette version des faits.

La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick consultera ses membres avant tout contact avec le Bloc québécois

Justin Dupuis
Acadie Nouvelle
 ACADIE NOUVELLE (Nouveau-Brunswick) – Face au tollé soulevé par une rencontre devant avoir lieu avec le Bloc québécois à Caraquet plus tôt cette semaine, la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick s’engage désormais à consulter ses membres avant d’entreprendre tout projet de rapprochement avec la formation souverainiste.

Mardi, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, révélait qu’une rencontre prévue à Caraquet avec la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) avait été annulée au dernier moment en raison de pressions politiques exercées sur l’organisme.

La SANB a démenti cette version des faits. La réunion, dit-elle, a été annulée en raison de la rhétorique électoraliste de M. Blanchet voulant que le Bloc ait été le seul parti à défendre les communautés francophones hors Québec à la Chambre des communes.

Sur les ondes de Radio-Canada Acadie, mercredi matin, le président de la SANB, Alexandre Cédric Doucet, a pourtant affirmé avoir accepté la rencontre avec Yves-François Blanchet à la condition que celle-ci demeure «secrète.» C’est lorsque des journalistes ayant eu vent de l’affaire se sont mis à contacter la SANB que la décision a été prise de ne pas rencontrer le chef souverainiste.

Invité à expliquer pourquoi la SANB a cru bon de dénoncer la rhétorique de M. Blanchet alors que la rencontre aurait vraisemblablement eu lieu si l’affaire n’avait pas été ébruitée, M. Doucet a expliqué à l’Acadie Nouvelle que plusieurs raisons expliquaient la décision.


« Ça n’avait pas beaucoup de sens pour nous de rencontrer un parti qui n’a aucun député ou de candidats sur le territoire du Nouveau-Brunswick. »
Alexandre Doucet, président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick

Est-ce juste de penser qu’il s’agissait de se mettre à l’abri de critiques d’une partie de la communauté acadienne qui digère mal un éventuel rapprochement avec le Bloc? M. Doucet n’a pas voulu le confirmer, mais concède qu’il s’agit d’un dossier épineux. Les réactions suscitées par la rencontre avortée avec Yves-François Blanchet et la révélation par Radio-Canada Acadie, en mars dernier, que la SANB s’était considérablement rapprochée du Bloc en sont la preuve, dit-il.

«La prochaine fois que le Bloc nous enverra une invitation, on va tout simplement envoyer un sondage à nos membres pour savoir s’ils sont d’accord, explique Alexandre Cédric Doucet. À chaque fois, on a vu que c’est un sujet qui divise, donc s’il y a une prochaine fois, on va poser la question aux membres.»

Consultez le site du journal Acadie Nouvelle

«Non à l’Acadie-bashing»

Dans un communiqué publié mercredi après-midi, la SANB a aussi tenu à dénoncer la violence des propos dirigés à son endroit à la suite de l’annulation de la rencontre prévue avec le Bloc québécois.

«Depuis l’annonce, j’ai reçu plusieurs menaces de violence physique envers ma personne. Plusieurs internautes se sont attaqués aux Acadiennes et aux Acadiens de façon extrêmement gratuite et vulgaire», a déclaré M. Doucet.

En effet, plusieurs messages publiés mardi sur le compte Twitter d’Alexandre Cédric Doucet s’en prennent directement à lui.


« Les gens qui nous représentent, que ce soit sur le plan politique, institutionnel ou communautaire, font de plus en plus l’objet d’attaques personnelles. Je trouve ça déplorable que le niveau du débat se retrouve là, plutôt que d’émettre des critiques à l’endroit des politiques des organismes ou des partis. »
Alexandre Doucet

Si plusieurs messages étaient bel et bien disgracieux, d’autres internautes québécois étaient tout simplement perplexes face à ce qu’ils ont perçu comme une main tendue aux Acadiens. La réponse de la SANB a-t-elle pu être interprétée comme rejet des Québécois? Alexandre Cédric Doucet ne le croit pas.

«Je crois qu’il est très important de faire une distinction entre le Bloc québécois et les Québécoises et les Québécois. On le fait déjà, mais lorsque l’on va vouloir avoir de l’appui de la nation québécoise, on va se tourner vers le gouvernement qui aura été élu à l’Assemblée nationale du Québec. La nation québécoise et la nation acadienne ont en commun un amour pour la langue française et un désir de la protéger», a-t-il expliqué à l’Acadie Nouvelle.