La consigne pour les bouteilles a été éliminée au Nunavut depuis le 31 juillet dernier.
La consigne pour les bouteilles a été éliminée au Nunavut depuis le 31 juillet dernier.

Fin de la consigne pour les bouteilles au Nunavut : une décision controversée

Karine Lavoie
IJL - Réseau.Presse - Le Nunavoix
IJL LE Nunavoix (Nunavut) – Alors que la gestion des déchets est préoccupante dans le Nord, la Société des alcools et du cannabis du Nunavut a récemment annoncé la fin de la consigne pour les bouteilles de verre et de plastique.  

Depuis le 1er avril dernier, la Société des alcools et du cannabis du Nunavut (SACN) a éliminé la consigne sur tous les contenants, à l’exception des canettes d’aluminium, qui sont plus faciles à transporter vers les usines de recyclage dans le sud du pays.

L’organisation, qui a laissé aux résidents d’Iqaluit jusqu’au 31 juillet pour procéder au remboursement de leurs consignes, explique sa décision en évoquant le fait que les bouteilles retournées se retrouvaient jetées dans les décharges publiques de toute façon.

Cette annonce se veut préoccupante dans le contexte d’une gestion des déchets déficiente dans le Nord et pourrait représenter un recul en ce qui concerne les habitudes de recyclage de la population nunavoise.

Un programme mal adapté 

Ainsi, depuis quelques mois, les Nunavummiuts n’ont plus à payer et ne seront plus remboursés pour la consigne de 14 cents pour les bouteilles de bière et de cidre, et de 29 cents pour les bouteilles de vin et d’alcools forts.

La SACN explique cette décision en affirmant avoir hérité du programme de consigne du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest en 2004 et avoir exécuté le programme de la même façon depuis ce temps.


« Étant donné que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest avait initialement conçu le programme pour qu’il fonctionne sur son territoire — assez différent du nôtre — certains éléments du programme n’étaient pas adaptés au Nunavut depuis le début. »
Weichien Chan, gestionnaire des communications au ministère des Finances du Nunavut

La SACN explique qu’elle a facturé et remboursé des consignes sur les bouteilles en verre pendant des années alors qu’il n’y avait aucune installation d’embouteillage ou de recyclage sur le territoire.

«Cela signifie que, jusqu’à il y a quelques mois, la SACN facturait à ses consommateurs une consigne sur les bouteilles juste pour les voir finir dans les décharges locales de toute façon», décrit Weichien Chan.

Un pas en arrière?

Le gestionnaire des communications estime que cette décision ne devrait pas augmenter la quantité globale de déchets étant donné que les bouteilles en verre se retrouvaient déjà dans les décharges locales.

«D’un point de vue environnemental, le verre est lui-même assez inerte. Comme nous le comprenons, cela signifie que le verre ne réagit pas facilement ou souvent avec d’autres produits chimiques ou matériaux et ne se dégrade donc pas de manière nocive dans la terre ou l’eau», affirme Weichien Chan.

Du côté d’Océans Nord Canada, une organisation qui soutient la conservation marine en collaboration avec les communautés autochtones et côtières, l’annonce de la fin des consignes n’est pas vue d’un bon œil :


« En général, la décision est un pas en arrière. Amener les gens à trier les déchets est une étape importante dans le cycle du recyclage et, lorsque cela n’est plus nécessaire, ça devient plus difficile à recommencer. »
Susanna Fuller, vice-présidente des opérations et des projets d'Océans Nord Canada

«Dans d’autres régions, les canettes d’aluminium étaient restreintes jusqu’à ce qu’il y ait un recyclage adéquat ; ce fut le cas à l’Île-du-Prince-Édouard pendant de nombreuses années. Ça pourrait donc aussi être une option [pour le Nunavut], mais ça ne concerne certainement pas le plastique», ajoute-t-elle.

L’urgence de poser des actions concrètes

Selon Océans Nord Canada, les déchets sont un énorme problème dans l’Arctique et le deviendront de plus en plus.

Dans son rapport Vers un Arctique sans déchets (en anglais seulement) publié en mars 2021, l’organisation soulève l’urgence d’une gestion efficace des déchets dans les communautés arctiques : «Notre rapport a révélé que les collectivités de l’Inuit Nunangat accumulent des niveaux de déchets similaires à ceux du Sud, mais qu’elles ont moins de moyens de détourner ces déchets (comme par le biais de programmes de recyclage ou de compostage)», peut-on y lire [traduction libre].

Susanna Fuller croit que diverses pistes de solutions devraient être envisagées pour assurer une meilleure gestion des déchets.

La gestion des déchets représente un enjeu important au Nunavut.

«À court terme, des efforts devraient être faits pour rétablir les retours et travailler avec les systèmes de transport pour acheminer le recyclage vers les installations du Sud. À long terme, il faut étendre la responsabilité des producteurs dans la mesure du possible et probablement davantage de soutien fédéral. À plus long terme, la gestion des déchets devrait être envisagée dans le cadre de l’Inuit Crown Partnership», soutient-elle.

Bien que la décision de mettre fin à la consigne soit récente et que la SACN n’ait donc pas l’intention de remettre ce programme en place pour le moment, l’organisation se dit consciente que les communautés, les technologies et les industries évoluent.

«Si quelque chose devait changer et que la capacité de recycler au Nunavut s’améliore, la SACN serait prête à revoir et à explorer comment elle pourrait soutenir un tel changement dans le contexte des produits qu’elle vend», conclut Weichien Chan.