On estime que l’agriculture est responsable d’environ le quart du total des émissions de l’Île, puisque les pesticides, le fumier et les animaux rejettent inévitablement des gaz à effet de serre. La Fédération de l’Agriculture de l’Î.-P.-É. s’attend à collaborer avec la Province.
On estime que l’agriculture est responsable d’environ le quart du total des émissions de l’Île, puisque les pesticides, le fumier et les animaux rejettent inévitablement des gaz à effet de serre. La Fédération de l’Agriculture de l’Î.-P.-É. s’attend à collaborer avec la Province.

Plan d’action sur les changements climatiques : 47,8 M$ pour réduire l’impact de l’Î.-P.-É. sur le climat

Catherine Paquette
La Voix acadienne
Mise sur pied de programmes visant l’économie d’énergie et la réduction des émissions de gaz à effet de serre : les propriétaires résidentiels, les propriétaires d’entreprise et les agriculteurs de l’Î.-P.-É. profitent d’investissements de 47,8 millions $.

Les gouvernements de l’Île-du-Prince-Édouard et du Canada ont annoncé en juin un investissement conjoint de 47,8 millions de dollars pour assurer la réalisation des objectifs prévus au Plan d’action sur les changements climatiques de la province.

Ces fonds permettront de mettre sur pied trois programmes offrant des incitatifs aux propriétaires résidentiels, à l’industrie et aux secteurs agricole et forestier pour les encourager à économiser de l’énergie et réduire les émissions de gaz à effet de serre.


Modernisation et nouvelles pratiques

À travers un premier programme, le gouvernement accompagnera les propriétaires dans la modernisation de leurs bâtiments en fournissant des rabais sur l’achat de produits écoénergétiques. Le communiqué du gouvernement cite aussi le remplacement de combustibles et des « changements de procédés » dans le secteur industriel, sans donner plus de détails.

Le deuxième programme vise à mettre sur pied de nouvelles pratiques chez les producteurs agricoles. Selon le gouvernement provincial, l’agriculture est responsable de 23 % du total des émissions de l’Île, puisque les pesticides, le fumier et les animaux rejettent inévitablement des gaz à effet de serre comme le méthane et les oxydes nitreux.


Lire l’article intégral sur le site de La Voix acadienne