Louis Riel
Louis Riel

Louis Riel restera-t-il un héros dans les livres scolaires?

Geoffrey Gaye
Initiative de journalisme local – APF – Ouest
INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL – APF (Ouest) — Le 29 janvier, Adriana LaGrange, ministre albertaine de l’Éducation, présentait un rapport d’expert censé orienter la future réforme des programmes scolaires. Ce dernier ne fait aucune mention des perspectives francophones, ce qui inquiète la communauté. «Il semblerait que rien ne va changer», rassure la Fédération des Conseils Scolaires Francophones de l’Alberta (FCSFA) après avoir pris contact avec le Ministère.

«On n’aime pas être omis des documents, mais au vu de la réponse du gouvernement on dirait qu’il n’y a pas à s’inquiéter», dit Réginald Roy, président de la FCSFA. Il ajoute : «j’ai fait un appel auprès du Ministère aujourd’hui. Ce que j’ai entendu dire c’est qu’aucun changement ne sera apporté au curriculum de 2017 concernant les perspectives francophones. J’ai alors fait une demande au gouvernement pour que cela soit annoncé officiellement afin de répondre aux inquiétudes de la communauté.»

Plusieurs parents d’élèves francophones s’étaient inquiétés après la présentation du rapport par Ariana LaGrange, ministre de l’Éducation. Il comporte 26 recommandations faites par un comité de consultation, mais pas de trace de francophones.

Le mot n’y figure qu’une fois, à la fin. La Fédération des Conseils Scolaires Francophones de l’Alberta y est remerciée parmi «les partenaires du secteur de l’éducation qui ont partagé leurs points de vue sur le système éducatif de la maternelle à la 12e année.» Réginald Roy confirme que la FCSFA a bien participé à une session de consultations. «Nous nous sommes entretenus deux heures face au panel, ils étaient très à l’écoute.»

Surpris de ne pas voir apparaitre le volet francophone dans le rapport, il a contacté le gouvernement. Une personne lui aurait répondu que le rapport listait les points à améliorer et pas ce qui marche bien. Réginald Roy annonce qu’il serait satisfait que les perspectives francophones des programmes scolaires élaborés en 2017 soient maintenues. 


La communauté s’inquiète sur les réseaux sociaux

D’autres sont plus inquiets. Sur la toile, quelques membres de la communauté alertent. «Est-ce qu’il y a quelque chose qui m’échappe? J’ai l’impression que les perspectives francophones sont en voie de disparition», lance sur Twitter Denis Perreaux, directeur de la Société historique francophone de l’Alberta. Sur cette publication, il interpelle Laila Goodridge, secrétaire parlementaire à la francophonie, mais aussi Annie McKitrick, ancienne députée provinciale pour le NPD, et Lesley Doell, membre du conseil d’administration de l’ACFA et éducatrice de langue française, engagée pour le Parti conservateur.

Dans la même période, sur Facebook, un groupe de conversation sur le continuum en éducation se crée. Les membres de la communauté, et plus spécifiquement les parents d’élèves, sont invités à se mobiliser pour faire avancer les droits à l’éducation des francophones, «au nom de l’article 23 de la Charte des droits et libertés». Pierre Asselin, membre du CA de l’ACFA «et parent d’élève» est l’un des créateurs de ce groupe. «On a pensé que c’était une bonne idée de discuter à travers ce groupe, de partager les défis», dit-il.

Parmi les sujets discutés, celui du futur nouveau programme scolaire. Pierre Asselin s’inquiète de la disparition des perspectives francophones dans les programmes scolaires. «Dans le rapport, la perspective francophone n’est plus là. On espère que c’est juste un oubli, car la communauté est très nerveuse avec l’inquiétude de perdre l’éducation.»

 

La perspective francophone, un enjeu majeur

«Les perspectives francophones» représentent un enjeu important pour les Franco-Albertains attachés à leur culture. Claudette Roy, présidente de la Société historique francophone de l’Alberta, se rappelle une époque où seule la perspective anglophone était enseignée en cours d’histoire. «Dans les années 30-40, les livres étaient écrits en anglais avec une perspective anglophone. Tout le monde devait comprendre l’histoire de la même manière. C’était un récit narratif qui était censé être bon pour le Canada.»

«Les francophones ont souvent été exclus des livres d’histoires, on parlait des Premières Nations et de l’arrivée des Européens en Alberta à la fin du 19e siècle, mais les missionnaires francophones arrivés plus tôt ont été passés sous silence.» Des exemples comme celui-là, elle en a plein. Pour faire court, «les francophones ne se reconnaissaient pas dans les sciences sociales.»

En 2005, Claudette Roy a participé à la première élaboration d’un programme scolaire albertain comprenant des perspectives francophones. «Les éditeurs nous envoyaient les brouillons de livres scolaires et nous devions y ajouter des perspectives.» Elle cite l’exemple de Louis Riel qui était «souvent perçu comme un traitre par les anglophones, mais comme un héros par les francophones et les Premières Nations.»


En 2017, la DEF restructurée

Le service ministériel dont elle faisait partie n’existe plus. En 2017, le gouvernement néodémocrate a créé un nouveau programme scolaire où les perspectives francophones étaient étendues à d’autres matières que les sciences sociales. Mais par la même occasion, il a restructuré la Direction de l’éducation française (DEF), la section francophone du ministère de l’Éducation. La quarantaine d’employés avaient été répartis dans plusieurs groupes de travail, principalement composés d’anglophones. Une décision toujours incomprise par une partie de la communauté.

Le président de la FCSFA, qui représente les conseils scolaires francophones de la province, affirme ne pas avoir porté auprès du panel la revendication de former à nouveau la DEF. «Notre priorité à la FCSFA, c’est la satisfaction des parents d’élèves et l’enseignement des élèves. Comment le gouvernement gère son organisation? On peut les conseiller s’ils le souhaitent, mais ça ne nous concerne pas.»