La ministre fédérale Mélanie Joly anime une réflexion sur le bilinguisme lors d’une tournée à travers le Canada dans le but de moderniser la Loi sur les langues officielles.
La ministre fédérale Mélanie Joly anime une réflexion sur le bilinguisme lors d’une tournée à travers le Canada dans le but de moderniser la Loi sur les langues officielles.

Loi sur les langues officielles : Les institutions fédérales doivent incarner le bilinguisme

Sylvie Branch
Le Droit
Le Droit, On. Les institutions fédérales ont un rôle à jouer dans la modernisation de la Loi sur les langues officielles, ont évoqué une centaine de participants au deuxième forum sur la modernisation qui a eu lieu à Ottawa lundi.

Les institutions fédérales ont un rôle à jouer dans la modernisation de la Loi sur les langues officielles (LLO), ont évoqué les participants au deuxième forum qui s’est arrêté à Ottawa lundi matin.

Près d’une centaine de personnes se sont réunies à l’Université d’Ottawa (Ud’O) afin d’écouter les échanges entre les panélistes et poser des questions sur le thème des institutions fédérales qui incarnent les langues officielles.

Le rôle joué par Radio-Canada dans la promotion de la dualité linguistique a été abordé. Certains croient que la Société d’État permet de favoriser et d’encourager l’épanouissement des minorités francophones et anglophones.

« C’est une institution essentielle pour que nos langues officielles grandissent et qu’elles soient protégées et puissent s’épanouir. Il faut que les gens soient fiers de parler français en milieu minoritaire et fiers de parler anglais au Québec. C’est en entendant de la musique, des conversations et des entrevues en français dans toutes les provinces qu’on se rend compte à quel point notre statut de pays bilingue est unique au monde et nous donne un grand avantage économique, social et culturel au niveau international », relate Marie-Paule Charette-Poulin, ex-sénatrice qui a œuvré plusieurs années au sein du diffuseur public.

Le défi pour Radio-Canada, tel que soulevé par des membres du public, est de favoriser la diversité hors Montréal.


Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Droit.