La rencontre des Gallant qui s’organise avec des gens d’un peu partout.
La rencontre des Gallant qui s’organise avec des gens d’un peu partout.

Les rencontres de familles sont l’âme du Congrès mondial acadien

Jacinthe Laforest
Jacinthe Laforest
La Voix acadienne
La Voix acadienne, IPÉ. Le Congrès mondial acadien est un événement haut en couleur. On ne peut pas imaginer un CMA sans ses manifestations grandioses, pas plus qu’on ne pourrait imaginer un CMA sans rencontres de familles.

Le Congrès mondial acadien est un événement haut en couleur, avec des activités d’envergure qui vont laisser des traces longtemps après que la poussière sera retombée.  

Tout le monde veut assister aux grands spectacles et être ébloui par le talent et les trésors d’ingéniosité déployés pour en mettre plein la vue. On ne peut pas imaginer un CMA sans ces manifestations grandioses, pas plus qu’on ne pourrait imaginer un CMA sans rencontres de familles.

C’est dans ces rencontres plus intimes que les liens entre cousins de par le monde se tissent et se tricotent, d’un CMA à l’autre. Ces rencontres sont véritablement l’âme qui insuffle sa raison d’être au CMA 2019 et à tous ceux qui suivront, certainement.

En 2019, 36 familles ont inscrit un événement, des Arsenault aux Thibodeau, en passant par les Gallant, les Richard et les Barriault, pour en nommer quelques-unes.

Comme c’est la toute première fois que le Congrès mondial acadien a lieu, partiellement du moins, à l’Île-du-Prince-Édouard, c’est aussi la première fois que des rencontres de familles ont lieu en sol insulaire.

Ce sera notamment le cas de la grande famille des Arsenault et de la non moins grande famille Haché-Gallant. Les deux rencontres auront lieu en même temps, c’est à dire la fin de semaine des 17 et 18 août, la première à Abram-Village et la seconde à Skmaqn–Port-la-Joye–Fort Amherst.  


Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal La Voix acadienne