Les professionnels de l’immersion se heurtent à un manque de ressources

Jacinthe Laforest
Jacinthe Laforest
La Voix acadienne
Le ministère du Patrimoine canadien a confié à l’Association canadienne des professionnels de l’immersion (ACPI) le mandat de dresser le portrait des professionnels de l’immersion française de tout le pays.

Au cours d’une vaste consultation pancanadienne, menée d’avril 2016 à décembre 2017, 900 professionnels de l’immersion ont décrit leurs réalités, leurs défis, leurs besoins et leurs perceptions quant à l’avenir de leur profession.

« Le rapport révèle assurément la richesse de nos conversations, mais aussi la trajectoire de la croissance fulgurante de l’immersion française au pays », a indiqué la directrice générale de l’organisme national, Chantal Bourbonnais. 

Cette croissance de la popularité de l’immersion française est certes positive. De 2012 à 2016, une période de quatre ans, le nombre d’enseignants en immersion française a augmenté de 21 % selon Statistique Canada. Cette hausse est attribuable et directement proportionnelle à la hausse des inscriptions dans ces programmes : de 2011 à 2016, une période de cinq ans, les inscriptions en immersion au Canada ont augmenté de 20 %. De 2015 à 2016 seulement, la hausse était de 4,6 %.


Lire l’article complet sur le site de La Voix acadienne…