De gauche à droite : Donald DesRoches (président du Collège de l’Île), Zaïn Esseghaïer (baccalauréat en enseignement du français langue seconde), Kelly Allen (enseignante du français de base), Ron MacDonald (doyen de la faculté d’éducation à UPEI), Aubrey Cormier (directeur général de la SSTA), Gail Lecky (directrice de CPF), Deneen Gallant-Norring (direction des écoles publiques), Diane Arsenault (directrice du Secrétariat aux Affaires acadiennes et francophones), Jacinthe Lemire (directrice de la CIFÎPÉ), Sheri Brumsey (agente de projet à CPF), René Hurtubise (ministère de l’Éducation) et Robert Maddix (RDÉE Î.-P.-É.). Ils font tous partie du Réseau pour le français à l’Île.
De gauche à droite : Donald DesRoches (président du Collège de l’Île), Zaïn Esseghaïer (baccalauréat en enseignement du français langue seconde), Kelly Allen (enseignante du français de base), Ron MacDonald (doyen de la faculté d’éducation à UPEI), Aubrey Cormier (directeur général de la SSTA), Gail Lecky (directrice de CPF), Deneen Gallant-Norring (direction des écoles publiques), Diane Arsenault (directrice du Secrétariat aux Affaires acadiennes et francophones), Jacinthe Lemire (directrice de la CIFÎPÉ), Sheri Brumsey (agente de projet à CPF), René Hurtubise (ministère de l’Éducation) et Robert Maddix (RDÉE Î.-P.-É.). Ils font tous partie du Réseau pour le français à l’Île.

Le Réseau pour le français à l’Île est créé

Jacinthe Laforest
Jacinthe Laforest
La Voix acadienne
Le Réseau pour le français à l’Île, dont le nom anglais sera PEI French Network, a été officiellement lancé le 12 décembre à Charlottetown. Pour Donald DesRoches, président du Collège de l’Île, ce nouveau groupe pourrait « façonner le visage de la province pendant les années à venir ».

Il n’est pas le seul de cet avis. « Je pense que nous avions besoin de créer ce réseau. Nous voyons tous le potentiel d’un mécanisme de collaboration accrue. Nous avons des intérêts communs », a indiqué en entrevue le doyen de la Faculté d’éducation de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, Ron MacDonald.

« La mise sur pied de ce Réseau est le résultat d’un rêve que partagent plusieurs partenaires. Mon rêve à moi, c’est que grâce à ce réseau, ma faculté pourra former encore plus de futurs enseignants très compétents en français », a souligné Ron MacDonald.