Avec la participation du CNFS à l’organisation du Rendez-Vous cette année, les volets recherche et éducation seront davantage présents.
Avec la participation du CNFS à l’organisation du Rendez-Vous cette année, les volets recherche et éducation seront davantage présents.

Le Rendez-Vous santé en français « C’est par les partenariats qu’on change le système »

Jean-Pierre Dubé
Jean-Pierre Dubé
Francopresse
Il n’y a pas 150 façons de faire, veut le dicton. Mais ce n’est pas l’avis de la Société santé en français. L’organisme marque son 15e anniversaire et le sesquicentenaire du Canada avec un Rendez-Vous 2017 sous le thème de « 150 visages, 150 raisons et 150 engagements ». Quelque 350 participants sont attendus à l’évènement qui se déroulera du 1er au 3 novembre à Ottawa. « On est connectés de près avec plein d’initiatives, bien plus que 150, avec des gens qui font des projets dans leur milieu, explique l’agent de communications, Antoine Désilets. On avait fait des appels de proposition et on a reçu assez de réponses pour faire 125 présentations en trois jours.

« Il y a trop de contenus pour le temps qu’on avait. On maximisera sur des séances parallèles (entre les conférences, plénières et panels) en tenant des présentations simultanées dans six salles. »

L’envergure du Rendez-Vous met en valeur la maturité de l’organisation qui maintient une direction très claire depuis la fondation en 2002, selon le relationniste : le partenariat au national et à l’échelle des 16 réseaux des provinces et territoires, mais aussi dans la collaboration internationale. La séance d’ouverture inclura des panellistes en provenance du Pays basque espagnol et du Pays de Galles.

« Tout ça est lié aux dossiers de la santé qu’on mène au Canada, précise Antoine Désilets. Ce qui se fait ici pour offrir de services à une minorité de langue officielle, ça intéresse plein d’endroits dans le monde qui ont une minorité. Entre autres, pour les normes linguistiques. »

Le dossier des normes en français aurait beaucoup évolué depuis que la SSF est signataire avec Agrément Canada (l’agence indépendante de certification des établissements) d’une entente de collaboration « vue à l’extérieur du pays comme un modèle novateur », ajoute-t-il, et avec l’Organisation des normes de santé, « un joueur à l’échelle internationale ».

Dans ses débuts, l’organisme a choisi une approche au changement intitulée « Vers l’unité pour la santé », créée par un médecin suisse, ancien cadre de l’Organisation mondiale de la santé. Charles Boelen est reconnu comme « le père philosophique » de la SSF, note l’agent de communication.

« Quand il était à l’OMS, il avait développé un modèle qui reconnaissait le travail de réseautage, de partenariat, de synergie entre les gens. On est une des rares organisations dans le monde qui l’applique, et à ma connaissance la seule au Canada. »

Voilà pourquoi le Rendez-Vous est « une rencontre d’idées et de gens, de solutions et de relations, dit-il. C’est par les partenariats qu’on change le système de santé. »

Et de partenaires de l’évènement, la SSF en a inclus un de taille cette année. « Le Consortium national de formation en santé a toujours participé, mais c’est la première fois qu’on organise le Rendez-Vous conjointement, souligne Antoine Désilets. Ça nous apporte un focus un peu plus sur la recherche et l’éducation que les autres années. »

Les deux organismes sont des poids lourds en milieu minoritaire, mobilisant des communautés et des institutions, des étudiants et des professionnels ainsi que des gouvernements. Le secteur a reçu un appui majoré de la Feuille de route pour les langues officielles 2013-2018. Ottawa accordait une aide quinquennale de 17,3 millions au CNFS et de 7,9 millions à la SSF par année.

Les organisateurs marqueront la fin de l’évènement avec la signature de 150 engagements de leadership de participants « prêts à passer à l’action et à changer des choses ».