Logo MIFO
Logo MIFO

Le MIFO lance une campagne de financement de 2,5 M$

Jean-Marc Pacelli (L’Orléanais)
L’ORLÉANAIS (Ontario) – Le Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO) a lancé, fin novembre, la campagne de financement «Acteurs du Mouvement», dans le but d’obtenir des fonds pour la construction d’un nouveau centre culturel.

«Nous parlons de ce grand projet depuis plusieurs années et nous tournons officiellement une page déterminante de l’histoire du MIFO et d’Orléans. Nous voyons loin et nous voyons grand pour Orléans», a affirmé la présidente de l’organisme, Trèva Cousineau. Des 2,5 millions de dollars que la campagne cherche à amasser en un an, 1,98 million a déjà été sécurisé : «À même ses surplus, le MIFO a amassé 1,2 million au cours des 10 dernières années et on a commencé à amasser de l’argent de façon silencieuse auprès des amis du MIFO depuis sept mois», a affirmé le président de la campagne, Sébastien Lorquet, pour expliquer la somme impressionnante déjà en banque.

Grâce à son nouveau centre, dont l’ouverture est prévue à l’automne 2023, l’organisme triplera sa superficie, passant à 48 000 pieds carrés. Outre des bureaux administratifs mieux adaptés aux besoins des employés, les nouveaux espaces prévoient l’ajout d’un gymnase double, de salles polyvalentes et de locaux pour la création artistique, ainsi que des espaces pour la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) et le Théâtre du Village d’Orléans.

La nouvelle infrastructure devrait permettre d’attirer 83 000 usagers et de générer 12,7 millions en retombées économiques annuellement, en plus de créer de nouveaux emplois locaux.

Une facture de 25 millions

Le montant visé par la campagne n’est qu’une fraction des 24,7 millions nécessaires à la construction du nouveau bâtiment, auparavant évaluée à 14 millions. En plus de l’inflation, le MIFO a dû revoir ses couts à la hausse afin de répondre aux exigences énumérées dans une demande provinciale de financement. «On a aussi choisi d’ajouter des éléments qu’on pensait ajouter plus tard, comme des gradins pour la salle multifonctionnelle et des paniers de basketball», explique la directrice générale Marie-Claude Doucet.

Pour atteindre son objectif, l’organisme a fait appel aux trois paliers de gouvernement.

Au niveau municipal, 529 000 $ ont été accordés pour la construction d’un gymnase. L’année prochaine, la Ville annoncera si elle injecte du financement supplémentaire, pour porter sa contribution totale à 2 millions.

En novembre dernier, le gouvernement Ford a reçu une demande de financement de 8,24 millions par l’entremise du Programme d’infrastructure Investir dans le Canada. La réponse est prévue dans la deuxième moitié de 2020.

Selon Marie-France Lalonde, ancienne députée provinciale et actuelle députée libérale fédérale, si la province donne le feu vert au projet, le fédéral devrait emboiter le pas : «L’argent est déjà disponible dans le programme. La Ville d’Ottawa nous assure qu’elle a choisi le projet. C’est maintenant à la province de l’endosser, car c’est elle qui dirige où va l’argent alloué», précise-t-elle.

En plus de la contribution fédérale demandée à travers ce programme, des demandes de financements supplémentaires seront déposées auprès du gouvernement Trudeau pour divers aspects du projet de construction.


Consultez le site du journal L’Orléanais.